Climat : que doit-on retenir du G7 qui s'est tenu à Berlin ?

Les pays du G7 se sont réunis à Berlin pour accélérer la lutte contre le réchauffement climatique. Des engagements historiques ont été pris. Zoom.

Réchauffement climatique 🔥

 — 

8

minutes de lecture

 — 

3/6/2022

arbre eau

Sommaire

Les 26 et 27 mai derniers, les membres du G7 se sont donnés rendez-vous à Berlin, en vue de répondre à cette seule question : comment lutter efficacement contre le réchauffement climatique ? Apparemment, les conclusions du GIEC semblent avoir eu leur petit effet sur nos dirigeants, puisque de nombreux engagements forts - voire historiques - ont été pris à cette occasion. 💪

Entre l’augmentation du financement à destination des pays vulnérables et la protection de la biodiversité, en passant par la décarbonation du secteur routier, quelques avancées ont ainsi été opérées. Zoom. 👇

🧐 Qu’est-ce que le G7 ?

Un peu d’histoire 📖

Le Groupe des Sept (ou G7) est un groupe informel créé en 1975 par la France, suite au premier choc pétrolier de 1973-1974. Il réunit chaque année les pays les plus industrialisés au monde - qui représentent 40 % du PIB mondial et 10 % de la population du globe - afin de « discuter des affaires du monde en toute franchise et sans protocole, dans une ambiance décontractée »

✍️ À noter : le G7 vient en complément du G20, créé pour répondre aux différentes crises économiques et harmoniser les politiques économiques à l'échelle mondiale.

Ainsi, les dirigeants des États-Unis, du Japon, du Canada, de la France, de l’Italie, du Royaume-Uni et de l’Allemagne se retrouvent dans l'optique d'apporter des réponses politiques aux enjeux mondiaux. Cela concerne aussi bien le changement climatique, que la lutte contre le terrorisme, la santé ou encore l’éducation. 🎓

Même si les engagements pris par les grandes puissances économiques ne sont généralement pas contraignants, leur influence permet toutefois d'engendrer un effet domino sur les organisations et institutions internationales. Les décisions prises au cours des réunions du G7 sont ainsi à même d'influencer les pays du monde entier.

👉 À titre informatif, la Russie faisait partie du groupe avant d’être suspendue en mars 2014, suite à l’annexion de la Crimée.

Les enjeux environnementaux de cette réunion 👀

Les 26 et 27 mai 2022, les ministres du Climat, de l’Énergie et de l’Environnement des pays membres du G7 se sont réunis à Berlin. À l’issue de cette réunion, des mesures environnementales à court et à moyen terme - devant impérativement être instaurées au cours de cette décennie - ont été actées.

De fait, afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique, il faut :

  • faire face à la triple crise mondiale du changement climatique, de la perte de la biodiversité et de la pollution ;
  • limiter l'impact environnemental lié à l’activité humaine ;
  • mettre un terme aux modes de production et de consommation non durables.

Par ailleurs, la guerre en Ukraine encourage plus que jamais les États membres à acter la fin de leur dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie.

Cerise sur le gâteau : les conclusions du sixième rapport du GIEC, qui ne nous donnent plus que trois ans pour limiter le réchauffement à + 1,5 °C. 🥵 Dans cette optique, les émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES) doivent être réduites de 27 à 43 % d’ici à 2030 et de 63 à 84 % en 2050.

🤝 Les engagements historiques du G7

Suite à leur rencontre, les ministres du Climat et de l’Énergie ont publié un communiqué commun. Les principaux engagements pris à Berlin sont les suivants…

Accélérer la décarbonation du secteur électrique ⚡️

C’est une grande première dans l’histoire du G7. 🎉 D’ici à 2035, la majorité du secteur électrique de chaque pays membre du G7 doit être décarbonée. Pour ce faire, trois engagements ont été pris :

  • développer des technologies propres ;
  • mettre en place des politiques favorisant la transition écologique ; 
  • accélérer la sortie du charbon. 

Une ombre au tableau : le Japon n’a pas de stratégie de sortie du charbon et dépend fortement de cette énergie. En 2030, le charbon représentera a priori encore 19 % de son mix électrique. 😖

Présente à la réunion du G7, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) propose ainsi un plan en 10 étapes pour sortir des énergies fossiles et réduire la dépendance de l’UE au gaz et au pétrole russe :

  1. réduire les limitations de vitesses de 10 km/h sur les autoroutes ;
  2. instaurer le télétravail trois jours par semaine ;
  3. mettre en place des dimanches sans voiture dans les villes ;
  4. rendre abordable la mobilité douce ;
  5. adopter la circulation alternée dans les grandes villes ;
  6. privilégier le covoiturage pour réduire la consommation de carburant ;
  7. promouvoir l’écoconduite pour les camions et la livraison de marchandises ;
  8. privilégier le train au lieu de l’avion ;
  9. éviter de se rendre aux voyages d’affaires en avion ;
  10. adopter des véhicules électriques.

Aider les pays vulnérables dans leur transition écologique 🌿

Les pays du G7 ont promis de venir en aide aux pays vulnérables, n’ayant pas les moyens de financer leur transition écologique. Concrètement, cela implique donc de :

  • favoriser l’accès à l’eau durable ;
  • apporter les financements nécessaires pour sortir de la dépendance aux énergies fossiles, mais également pour faire face aux conséquences irréversibles causées par le réchauffement climatique - ce que l’on nomme les « pertes et dommages » ; 
  • entamer la mise en œuvre de l’Accord de Paris ;
  • verdir les transports.

Arrêter les financements des projets d’énergies fossiles à l’étranger 💰

Les pays qui proposent des projets d’énergies fossiles (pétrole, gaz et charbon) sans solutions de capture carbone ne recevront plus de financements publics directs. Grâce au revirement du Japon - qui est tout de même le premier financeur des combustibles fossiles au monde - cet engagement entrera en vigueur d’ici à la fin de l’année 2022. 🥳

Cette question avait en fait déjà été abordée en novembre dernier, lors de la COP26 à Glasgow, puisqu’une déclaration à ce sujet y avait été signée par une vingtaine de pays - dont la France. La réunion du G7 a donc permis de réaffirmer un objectif commun : celui de supprimer toute subvention directe aux énergies fossiles d’ici 2025. 

Interrogé par France Info, François Gemenne - membre du GIEC - indique que l’arrêt de ces subventions publiques permettrait « de réduire de 10 % les émissions mondiales de gaz à effet de serre ».

👉 À noter : entre 2018 et 2020, selon l’ONG Oil Change International, les pays du G20 ont attribué 188 milliards de dollars à des projets liés aux énergies fossiles. 😅

Décarboner massivement le secteur routier 🚗

D’ici 2030, les pays du G7 s’engagent à fortement décarboner le secteur routier, considéré comme un des principaux responsables du réchauffement climatique. Cette mesure permettrait en effet de limiter le réchauffement à + 1,5 °C - comme convenu au moment de l’Accord de Paris. 

Pour y parvenir, les sept puissances prévoient d’augmenter « la vente, la part et l’adoption de véhicules légers à émission zéro ». Les transports en commun et les véhicules publics sont autant concernés que les particuliers. Dans les faits, il est donc nécessaire de :

  • se séparer des véhicules diesel et à essence ;
  • réduire les émissions des véhicules moyens et lourds ;
  • recycler durablement les batteries des voitures. 

👀 Compte tenu de la pression exercée par Toyota, le Japon a réfuté un objectif plus fort : celui de mettre fin à la vente des véhicules thermiques en 2035.

Protéger la biodiversité 🐾🌳

À ce jour, un million d’espèces sont en voie d’extinction. Dès 2022, les membres du G7 souhaitent donc prendre des mesures efficaces en vue de mettre fin à ces extinctions de masse. En effet, selon eux, « la protection, la conservation et la restauration de la biodiversité sont essentielles pour faire face au changement climatique »

En outre, ils souhaitent également s’attaquer à la pollution plastique pour protéger la biodiversité en haute mer. 🌊

👉 Quelques chiffres ? Les pays membres s’engagent à protéger 30 % de leurs territoires et 30 % de leurs aires marines et zones côtières.

Pour tenir cet engagement ô combien important, le G7 souhaite la tenue de la conférence mondiale sur la biodiversité (la COP15), plusieurs fois repoussée en raison de la pandémie de Covid-19. De plus, d’ici 2025, le G7 souhaite augmenter les financements internationaux, nationaux et publics à destination de la nature.

Coopérer en faveur de l’environnement 👋

Les ministres du G7 ont lancé un vaste appel à coopérer : conventions pour le climat, plateforme intergouvernementale d’étude de la biodiversité et des services écosystémiques (Ipbes), Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat (GIEC), scientifiques…

L’objectif est de maximiser « les synergies entre l’action sur le climat et la biodiversité, la transition énergétique et la protection de l’environnement ».

🗓 Prochain rendez-vous de taille : la COP27

L'ensemble de ces engagements seront dûment présentés à tous les pays participants à la COP27 (la Conférence annuelle des Nations unies sur les changements climatiques), qui se déroulera du 7 au 18 novembre 2022 à Charm el-Cheikh en Égypte. 

L’objectif étant de les généraliser, en vue de répondre aux enjeux climatiques et ainsi faire face à l’urgence environnementale.

En outre, la conférence prévoit d’engager des discussions à propos de différentes mesures visant à réduire les émissions de GES - le tout, dans le respect des droits humains :

  • l’accélération de la transition énergétique ;
  • la sortie des énergies fossiles ;
  • l’augmentation des financements envers les pays en développement ;
  • la réduction de la demande énergétique ;
  • la captation des émissions carbone.

Le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi, a d’ores et déjà promis qu'il s'agira « d'une véritable conférence africaine pour progresser dans des domaines prioritaires tels que le financement climatique, l'adaptation et les pertes et dommages ».

🌱 Et si vous entamiez la transition environnementale de votre entreprise ? 

Nous le répétons sans cesse : chacun peut agir à son niveau pour lutter contre le réchauffement climatique. Au vu des engagements pris par les dirigeants du G7, ne serait-ce pas le bon moment pour entamer la transition écologique de votre entreprise ? Réalisez votre bilan carbone et diminuez vos émissions dès maintenant. Nos experts attendent votre appel ! 😎

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly