Comment instaurer une démarche RSE au sein de son entreprise ?

La RSE, qu'est-ce que c'est ? Définition, avantages, étapes clés de mise en œuvre d'une démarche RSE, exemples… Greenly vous dit tout.

RSE 🌱

 — 

6

minutes de lecture

 — 

7/1/2021

reunion

Sommaire

La RSE (ou Responsabilité Sociétale des Entreprises) a le vent en poupe. De fait, la majorité des entreprises aspire aujourd'hui à instaurer une démarche RSE dans le cadre de la conduite de leurs activités. A fortiori maintenant que le changement climatique devient une réalité tangible pour nombre d'entre nous. 😅

Alors : tendance parmi les tendances ou véritable évolution de la sphère professionnelle ?

Les motivations à l'égard du développement d'une stratégie RSE varient grandement d'une structure à l'autre. Elle constitue - le plus souvent - un atout stratégique au service de la stratégie à long terme d'une marque donnée. Mais quels que soient les résultats recherchés, la problématique demeure la même : comment instaurer une démarche RSE au sein de son entreprise ?

D'ailleurs, existe-t-il même un mode d'emploi à ce sujet ? La réponse est "oui". Celui que vous propose Greenly. 😎

Alors ? Qu'est-ce qu'une démarche RSE ? Quels sont les objectifs auxquels celle-ci peut concourir ? Les enjeux auxquels elle est en mesure de répondre ? Les étapes à suivre afin de la mettre en œuvre au sein de son organisation ?

👉 Réponses ici.

📖 Rappel : qu'est-ce que la RSE ? 

RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) : définition 🎓

Selon la Commission Européenne, la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) - également appelée "Responsabilité Sociale des Entreprises" - désigne l'intégration volontaire des préoccupations sociales et environnementales aux activités commerciales et aux relations d'une entreprise donnée.

Concrètement, cela signifie qu'une organisation instaurant une démarche RSE fait en sorte que son modèle soit économiquement viable, sans avoir de répercussions négatives sur la société au sens large (population, environnement, etc.).

👉 Pour en savoir davantage sur les différents labels RSE existants, n'hésitez pas à consulter notre article à ce sujet.

Quels sont les trois piliers de la Responsabilité Sociétale des Entreprises ? 🏛

Les trois piliers de la RSE sont :

  • le pilier économique 💰 (mettre en place une tarification équitable, soutenir les fournisseurs locaux, être transparent auprès des investisseurs, etc.) ;
  • le pilier social 🤝 (améliorer l’égalité des chances et la diversité, garantir la sécurité au travail, respecter les droits de l'homme, etc.) ;
  • le pilier environnemental 🌱 (privilégier le recours aux énergies renouvelables, préserver les ressources naturelles, gérer et limiter ses déchets, mesurer et réduire ses émissions de gaz à effet de serre, financer des projets de compensation carbone, etc.).

Norme ISO 26 000 : le périmètre de la RSE 📗

La norme ISO 26 000 établit le périmètre de la RSE et des actions qui lui sont liées. Celles-ci s'articulent autour de :

  • la gouvernance de la structure ;
  • le respect des droits de l’homme ;
  • la qualité des relations et des conditions de travail ;
  • le respect de l'environnement ;
  • la garantie de la loyauté des pratiques ;
  • l'ensemble des questions liées aux consommateurs ;
  • le soutien aux communautés et au développement local.

👉 Pour plus d'informations sur la norme ISO 26 000, rendez-vous directement sur le site l'Organisation Internationale de Normalisation (International Organization for Standardization).

Loi PACTE : le dispositif réglementaire de la RSE 🚧

De son côté, la loi PACTE (2019) à renforcer la Responsabilité Sociale des Entreprises par de nouvelles dispositions législatives et réglementaires. Ont été actées :

  • l'intégration de la considération des enjeux sociaux et environnementaux à l'objet social de toutes les entreprises ;
  • la reconnaissance de la possibilité pour les entreprises d'intégrer une raison d'être au sein de leurs statuts ;
  • la création du statut d'entreprise à mission.

❓ Qu'est-ce qu'une démarche RSE ?

Mettre en place une démarche RSE consiste à établir un plan d'action en vue de répondre aux enjeux du développement durable. Il s'agit, en fait, de définir quels seront les leviers par l'intermédiaire desquels l'entreprise agira en faveur des trois piliers de la RSE.

Une démarche RSE est-elle donc identique d'une structure à l'autre ? Bien sûr que non. En fonction de la taille, du secteur, du territoire, du contexte, des objectifs, des contraintes - et de bien d'autres facteurs encore - des entreprises concernées, les stratégies déployées varieront grandement, tant par leur définition que par leur mise en œuvre.

🔨 Comment élaborer une démarche RSE ?

Pour élaborer leur démarche RSE, les entreprises doivent d'abord établir une hiérarchie, afin de cerner les thématiques, économiques, environnementales et sociales qui seront les plus susceptibles de les aider à améliorer leurs performances et leur modèle à long terme.

Dans cette optique, on utilise une matrice de matérialité (voir exemple ci-dessous). Cette dernière permet d'évaluer les différentes thématiques, en fonction de l'importance qu'elle revêt aux yeux des parties prenantes, mais aussi du point de vue de l'organisation et de sa stratégie.

Soyons clairs : lorsqu'une société décide de s'investir dans une démarche RSE, il lui est généralement impossible de prendre des initiatives dans chacun de ces domaines. C'est la raison pour laquelle il est important de les classer en fonction de leur pertinence et du contexte global de l'entreprise.

Matrice de matérialité et RSE

📃 Comment évaluer la démarche RSE d'une entreprise ?

Pour évaluer la démarche RSE d'une entreprise, les critères ESG constituent un outil de choix.

👉 Si vous souhaitez découvrir en détail de quoi il s'agit, nous vous recommandons de lire notre article complet sur les critères ESG.

En bref, cependant, retenez simplement que les critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) ont vocation à mesurer la performance de la stratégie RSE d'une entreprise. Ils relèvent donc de l'analyse extra-financière d’une structure donnée. 

De façon imagée, il s'agit ni plus ni moins d'une grille d'analyse hors critères financiers.

Cet outil est très prisé des investisseurs, qui sont de plus en plus soucieux de s'assurer que les entreprises sur lesquelles ils misent anticipent les évolutions environnementales, légales et même comportementales - les individus étant de plus en plus soucieux de privilégier des offres répondant aux questions de développement durable.

🧐 Quel est l'intérêt de la RSE pour une entreprise ?

‍‍

Répondre aux attentes des consommateurs et se démarquer de la concurrence 🧐

En février 2020, Oney et OpinionWay ont rendu publique une étude statuant sur les aspirations et les comportements des consommateurs en France, en Espagne, au Portugal et en Hongrie.

Les chiffres sont sans appel : 9 sondés sur 10 attendent des entreprises qu’elles s’engagent et les aident à mieux consommer.

En outre, l'étude précise que 90 % des consommateurs européens sont sensibles à la notion de "consommation raisonnée". Ils ont, par ailleurs, le sentiment de tendre vers cet objectif.

De fait, les consommateurs se positionnent de plus en plus en tant que "consommacteurs". Ils agissent au travers de leurs choix de consommation.

Pour cette raison, les entreprises ont tout intérêt de prendre le train en marche, plutôt que se trouver à devoir bientôt lui courir après ! En l'état, les nombreux scandales de greenwashing ayant épinglé moult entreprises - dans des secteurs d'activité très divers - ont rendu les clients particulièrement méfiants vis-à-vis des marques.

Outre le fait de réclamer plus de responsabilité sociétale, les consommateurs attendent davantage que des mots et des engagements de façade : ils veulent des décisions. Plus encore : la preuve que lesdites décisions font l'objet d'un plan d'action, afin de traduire concrètement la vision éthique de l'entreprise qui la revendique.

C'est pourquoi la mise en œuvre d'une démarche RSE et la mobilisation des moyens nécessaires à son développement constituent désormais des impératifs. Du moins, pour les entreprises soucieuses de répondre aux attentes de leurs clients et de se démarquer de leurs concurrents.

Fédérer les salariés de son entreprise ✊

Vos salariés sont aussi des "consommacteurs". Pour cette raison, leurs attentes ne sont pas différentes de celles que nous venons d'exposer.

S’appuyant sur une étude Kantar réalisée auprès de 1500 salariés, l'édition 2020 du baromètre de perception de la RSE (publiée par le Medef) mettait ainsi l’accent sur l'importance de ce concept, au regard du niveau d'engagement des collaborateurs d'une entreprise donnée.

83 % des collaborateurs travaillant dans des entreprises dotées d'une fonction ou d'un service RSE estiment que leur organisation peut s'enorgueillir d’avoir “un impact positif” sur la société, contre 59 % des salariés issus de structures qui en sont dépourvues.

Aussi, l’engagement RSE contribue grandement à fidéliser les collaborateurs, en améliorant l’image de l’entreprise.

En outre, 83 % des employés travaillant pour une entreprise où il existe une fonction ou un service RSE soulignent “avoir plaisir à travailler”. Contre 64 % dans les autres structures.

Un dernier chiffre ? 79 % des salariés d'une entreprise où il existe une fonction ou un service RSE se voient toujours travailler pour ladite entreprise dans trois ans... Contre 68 % pour les autres structures. 

Conclusion ? Instaurer une démarche RSE au sein de son entreprise contribue au bien être de l'ensemble des équipes, à leur implication dans leurs activités quotidiennes, ainsi qu'à leur fédération autour d'une action en faveur de causes sociétales et environnementales.

🚀 Lutter contre le greenwashing

Nous l'avons vu il y a un instant : les consommateurs exigent des entreprises qu'elles mettent en œuvre de véritables stratégies, en vue de contribuer au bien être de la société civile et de l'environnement.

Dans ce contexte, certaines entreprises peu vertueuses ont cependant tenté se parer des mérites d'une contribution qu'elles n'avaient pas véritablement initiée ou d'un changement qu'elles n'avaient en rien opéré. En particulier dans le domaine de l'écologie et du développement durable. On appelle cela le "greenwashing".

👉 Si vous voulez en savoir plus à ce sujet, n'hésitez pas à consulter notre guide complet du greenwashing.

‍Ici, nous nous contenterons seulement de rappeler que le greenwashing est un délit. Concrètement, cela signifie que les entreprises qui tentent de tromper leurs interlocuteurs au sujet de leur contribution réelle au développement durable sont passibles d'une peine de prison, ainsi que d'une amende.

Par ailleurs, disons-le : l'image des entreprises accusées de greenwashing en prend généralement un sacré coup. Or, dans ce domaine, la perte de la confiance occasionnée est également synonyme de perte de chiffres d'affaires.

Conclusion ? Si vous voulez démontrer la légitimité de votre engagement en faveur de la défense de telle ou telle valeur, ou de telle ou telle cause, instaurer une démarche RSE au sein de votre entreprise constitue un levier de choix.

👟 Les étapes clés pour mettre en place sa démarche RSE

Première étape : identifier les parties prenantes 🔍

Les parties prenantes d'une entreprise donnée (ou "stakeholders" en anglais) désignent l'’ensemble des acteurs ayant un intérêt quelconque dans les activités de l'organisation. On entend ici également par "intérêt", le fait qu'une partie prenante puisse être affectée, de quelque façon que ce soit, par lesdites activités.

Il peut dès lors s'agir :

  • de parties prenantes internes (salarié, dirigeant, syndicat, etc.) ;
  • de parties prenantes externes (fournisseurs, clients, collectivités locales, etc.).

Les parties prenantes peuvent participer à la vie économique des entreprises et sont susceptibles d'influencer son comportement.

L'identification de ces parties prenantes est essentielle à la définition d'une stratégie RSE pertinente et efficace. De fait, comme nous l'avons vu plus haut, la prise en compte de l'opinion des parties prenantes constitue une étape importante dans la définition de la matrice de matérialité d'une entreprise, ainsi que de ses objectifs.

Deuxième étape : réaliser un audit RSE 📝

Une fois les parties prenantes identifiées et la matrice de matérialité élaborée, les principales thématiques sur lesquelles l'entreprise ambitionne de se concentrer sont a priori définies.

Attention, cependant, à ne pas se précipiter dans la mise en place d'un plan d'action. Après tout, comment peut-on élaborer une politique RSE digne de ce nom et prendre les bonnes décisions, si on ignore tout du postulat de départ ?

Traduction : n'oubliez pas de réaliser un audit RSE, en préambule à toute décision.

💡 Qu'est-ce qu'un audit RSE ? Un audit de responsabilité sociétale (ou responsabilité sociale) est un outil destiné à mesurer les performances d'une entreprise sur les thématiques liées au développement durable.

Dans les faits, un audit de responsabilité sociétale permet donc de préciser les enjeux auxquels la structure s'expose, tant sur le plan des opportunités et que sur celui des risques.

Troisième étape : mettre en place sa stratégie de communication RSE 📢

Pour instaurer une démarche RSE au sein de son entreprise, il est essentiel de communiquer. Et pas seulement à l'extérieur de l'organisation !

La communication se déroule en interne, puis en externe.

Vos équipes doivent être les premières informées, sensibilisées et intégrées à votre stratégie RSE, ainsi qu'à l'importance qu'elle revêt.

Dans l'ordre, nous conseillons donc de :

  • Communiquer auprès des parties prenantes internes, en vue de dresser un état des lieux de la situation actuelle (chiffres et faits à l'appui).
  • Pitcher son projet auprès de ces mêmes parties prenantes, en présentant concrètement la vision de l'entreprise en matière de RSE, ainsi que la manière dont elle souhaite agir pour avoir un impact positif sur la société et l'environnement.
  • Créer un brand book RSE, afin d'officialiser cette prise en compte et cette intégration de la dimension RSE à l'identité de la marque.
  • Communiquer auprès des parties prenantes externes, en usant des formats et des canaux les plus adéquats. Ne vous cantonnez pas au rapport RSE, par exemple. N'hésitez pas à relayer votre engagement sur les réseaux sociaux.

Quatrième étape : former ses collaborateurs aux enjeux RSE 🏹

La formation des parties prenantes internes est essentielle. Du moins, si on souhaite mettre en œuvre des actions de façon efficace.

Ne nous le cachons pas : pour la plupart des entreprises, l'intégration des enjeux RSE au sein de leur stratégie constitue un travail de longue haleine. Bien souvent, il est nécessaire de revoir ses pratiques de fond en comble. Et ce travail de fourmi ne saurait se faire sans la participation active de vos collaborateurs.

Un chiffre ? Selon une étude menée par l'Observatoire Salarié et Entreprise Responsable en janvier 2020, la méconnaissance du sujet de la RSE en interne freine l'absorption des pratiques adéquates pour 39 % des collaborateurs.

D’ailleurs, près de la moitié des salariés peinerait à proposer une définition précise de ce qu’est la RSE. Plus étonnant encore : beaucoup de ces salariés seraient tenus à l’écart. De fait, il semblerait que seuls 8 % d'entre eux soient invités à intégrer la RSE à leur pratique métier. Or, 70 % des salariés sont prêts à s’investir davantage !

N'ayez crainte : nul besoin de réexpédier vos collaborateurs à l'école. Aujourd'hui, de nombreuses solutions et ressources existent, afin de sensibiliser facilement ces derniers aux bonnes pratiques de la RSE.

Les MOOC et les Master class, par exemple, constituent de bonnes options pour la sphère professionnelle. Si vous vous souhaitez offrir à vos collaborateurs plus d'interaction avec les intervenants, privilégiez cependant la seconde option - laquelle leur permettra de poser leurs questions notamment.

👉 La plateforme Eco-Learn propose un catalogue complet de formations dans le domaine du développement durable. N'hésitez pas à vous renseigner !

Enfin, sachez qu'il est même possible de se former à la responsabilité sociétale et au développement durable, en s'inscrivant à la formation sur la norme ISO 26000. Renseignements disponibles sur le site de l'Afnor.

🙋‍♀️ Est-il possible d'être accompagné dans le cadre de sa démarche RSE ?

Oui, mais - vous vous en doutez certainement - cet accompagnement par des acteurs ou des organisations spécialisé(e)s n'est pas gratuit.

Si le coût total de mise en place d'une démarche RSE est parfois difficilement estimable à l'euro près - en raison de la transversalité inhérente à ce genre de politique - il est malgré tout essentiel d'estimer le budget qui pourra être alloué à ladite démarche.

Après quoi, vous pourrez plus facilement juger des options qui s'offrent à vous, si vous souhaitez bénéficier d'un accompagnement dans le cadre de l'instauration de votre démarche RSE.

Cet accompagnement est opéré par des cabinets de conseil, des agences spécialisées ou des experts indépendants œuvrant dans le domaine du développement durable.

💡 Quel type de prestation les cabinets de conseil proposent-ils dans le cadre d'un accompagnement RSE ?

Dans le cadre de l'instauration d'une politique RSE, un cabinet de conseil spécialisé vous servira principalement de guide.

Si vous craignez, par exemple, de rater des étapes ou de négliger certains aspects, le recours à un cabinet de conseil vous permettra d'être aiguillé et de recevoir une aide à chaque étape du parcours.

En outre, si vous aspirez à vous investir dans des thématiques spécifiques, faire appel à un cabinet de conseil spécialiste des domaines concernés vous permettra de bénéficier d'une réelle d'expertise dans le cadre de l'élaboration de votre stratégie.

Ce sera le cas, notamment, si vous souhaitez que votre entreprise s'engage pleinement dans la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES) en réalisant un bilan carbone. Dans un tel cas de figure, la sollicitation d'une organisation spécialisée telle que Carbone 4, GreenFlex ou EcoAct pourra s'avérer pertinente.

Les cabinets de conseil s'avérant cependant très onéreux la plupart du temps, si vous ne disposez pas du budget requis, n'hésitez pas à vous tourner vers d'autres acteurs ou solutions. Dans le domaine spécifique du bilan carbone, la plateforme proposée par Greenly constitue une alternative pour toute structure désireuse de réduire ses émissions et bénéficier d'un accompagnement à moindre coût.

🚀 3 exemples d'entreprises travaillant sur leur demarche RSE

Grandes entreprises, startups… Les questions de RSE ne sont pas l'apanage exclusif d'une poignée d'intervenants. En l'état, de multiples acteurs peuvent prendre part à la transition de notre économie vers un modèle durable.

Danone

Danone, géant français de l’agro-alimentaire (dont le chiffre d'affaire s'élevait à pas moins de 2,4 milliards d'euros en 2021), clame depuis longtemps sa volonté de prendre part au développement de la Responsabilité Sociétale des Entreprises.

En interne, l’entreprise fonde notamment sa politique de respect des droits humains sur le référentiel GRI 3.0 (Global Reporting Initiative).

En externe, des agences de notation extra-financières à l'image de l’agence Vigeo évaluent les actions Danone (et d'autres organisations) conformément aux critères de la norme ISO 26 000.

Résultats des courses ? En 2012, Danone apparaissait dans le top 3 des entreprises leaders de la responsabilité sociétale.

matrice de matérialité Danone

Des résultats à nuancer, néanmoins, quand on sait que l'entreprise Danone figurait en 2016 parmi les 25 entreprises le plus polluantes.

WWF révèle les 25 entreprises les plus polluantes

Shine

Lancée en 2017, cette néobanque pour les freelances fait de la responsabilité sociétale l’un de ses objectifs premiers. Pour bâtir une “banque responsable”, elle a ainsi mis en œuvre diverses mesures.

Les deux fers de lance de son action RSE ? Offrir des conditions de travail progressistes et diminuer au maximum son impact environnemental.

En interne, Shine a notamment modifié les contrats de ses salariés pour supprimer la clause d’exclusivité et y inclure un jour mensuel dédié à l'exercice d'une activité en freelance.

L'objectif ? Préserver la liberté de ses collaborateurs, et leur octroyer des conditions de travail flexibles.

Autre initiative ? En 2022, Shine a lancé une bourse dédiée à "l’entrepreneuriat des femmes engagées". Concrètement, la startup apporte une aide financière à des porteuses de projets à impact social ou environnemental, tout en soutenant la mixité de l'entrepreneuriat.

TooGoodToGo

La mission même de TooGoodToGo s'inscrit dans le paysage de la RSE : lutter contre le gaspillage alimentaire en récupérant les invendus des commerçants locaux, lesquels sont ensuite mis à disposition à moindre coût via l'application de l'entreprise.

Elle contribue à la fois :

  • sur le plan environnemental, en limitant l'empreinte carbone liée au gaspillage alimentaire ;
  • sur le plan économique, en limitant les pertes financières ;
  • sur le plan social, en venant en aide aux personnes aux revenus modestes ou en situation de pauvreté.

🍀 Qui sommes-nous ?

Greenly, c'est l'expert du bilan carbone pour les TPE-PME.

Vous souhaitez agir en faveur de l'environnement ? Entamer la transition de votre entreprise vers un modèle durable ?

Contactez nos experts sans tarder et réalisez votre bilan carbone 100 % personnalisé, afin d'identifier vos postes d'émissions de gaz à effet de serre les plus importants et ainsi mettre en œuvre un plan d'action ciblé et efficace.

🚀 Pour aller plus loin :


Partagez le pour plus d'impact

Écrit par
Arnaud Delubac

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly