Empreinte carbone : calculer, réduire et compenser son impact

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ? En quoi constitue-t-elle un enjeu ? Comment la calculer ? La réduire ? La compenser ? Greenly vous dit tout.

Bilan carbone 📊

 — 

5

minutes de lecture

 — 

16/1/2021

Application Greenly

Sommaire

Empreinte carbone ? Vous avez dit "empreinte carbone" ? Vous l'aurez peut-être remarqué : ce terme est maintenant partout, dès lors que l'on parle d'impact environnementale et de réduction de nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Et pour cause : face à la réalité du réchauffement climatique, il y a urgence - c'est le moins qu'on puisse dire - à mesurer précisément la quantité de dioxyde de carbone nous expédions collectivement dans l'atmosphère. Faute de quoi, il est impossible de mettre en œuvre des actions ciblées et efficaces. 💥

Mais qu’est-ce qu'une empreinte carbone exactement ? Comment la calcule-t-on ? Selon quelles méthodes ? Avec quels outils ? Pourquoi toute entreprise devrait-elle procéder au calcul de son empreinte carbone - outre le fait d'agir en faveur du climat ?

Les réponses dans cet article. 👇

une femme est étonnée

🔍 Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

Empreinte carbone : définition 📗

L’empreinte carbone est un indicateur. Il a pour objectif de mesurer précisément l’impact d’une ou de plusieurs activités données sur l’environnement.

Concrètement, l'empreinte carbone se focalise sur le montant des émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les activités en question.

👉 A noter : l'empreinte carbone peut mesurer les émissions de GES d'un individu (en fonction de son mode de vie), d'une entreprise (en fonction de ses activités) ou d'un territoire.

Quel que soit son objet, une empreinte carbone est généralement exprimée en dioxyde de carbone équivalent (CO2e). Etrange, nous direz-vous peut-être. 🤨 Et vous avez raison : le dioxyde de carbone n'est pas le seul gaz à effet de serre que nous émettons dans l'atmosphère.

💡 Pour rappel, nous émettons deux types de gaz à effet de serre : les gaz à effet de serre "naturels" (la vapeur d'eau (H2O), le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4), le protoxyde d'azote (N2O) et l'ozone (O3)) et les gaz à effet de serre artificiels ou industriels (toute la famille des halocarbures).

Toutefois, par souci de simplification, il a été décidé que serait utilisée une "norme" rapportée au CO2, et ce, pour tous les gaz à effet de serre.

Autrement dit, lorsqu'on parle d'équivalent CO2 (ou CO2e), on indique la quantité de dioxyde de carbone qui aurait le même impact - le même pouvoir réchauffant- que celle du gaz faisant l'objet de la conversion.

Empreinte carbone et bilan carbone : gare à la confusion ! 😲

Attention, car nous parlons bien de deux choses distinctes - même si elles sont étroitement liées.

Une empreinte carbone évalue le montant d'émissions de gaz à effet de serre issue de notre activité. A l'inverse, un bilan carbone analyse les émissions de gaz à effet de serre issues de notre activité, afin d'identifier les postes d'émissions les plus importants et ainsi proposer un plan d'action en vue de les réduire.

👉 Pour plus d'informations au sujet du bilan carbone, n'hésitez pas à consulter notre article détaillé.

Quels sont les différents gaz à effet de serre pris en considération dans l'empreinte carbone ? 💨

L'empreinte carbone comptabilise les émissions de :

  • dioxyde de carbone ;
  • méthane ;
  • protoxyde d’azote ;
  • hydrofluorocarbure :
  • perfluorocarbure ;
  • hexafluorure de soufre.

graphique représentant la composition des émissions de gaz à effet de serre dans l'Union Européenne en 2019.

Les émanations de gaz à effet de serre responsables de la dégradation de notre environnement sont majoritairement issues de l'activité humaine.

Parmi les plus importantes sources de GES, on peut notamment citer la combustion des énergies fossiles (le pétrole, le gaz et le charbon), la déforestation massive, l'agriculture intensive et l'exploitation minière (c'est-à-dire l'extraction de métaux destinés à la fabrication de batteries, par exemple).

💡 Qu'est-ce que la Protocole de Kyoto ? Le Protocole de Kyoto - signé en 1997 et entré en vigueur en 2005 - est un protocole ayant pour la première fois défini des objectifs contraignants et quantifiés en termes de limitation et de réduction des gaz à effet de serre (GES).

Quelle est la différence entre l'empreinte carbone et l'empreinte écologique ? ❓

Une empreinte écologique (aussi parfois désignée sous le nom d'"empreinte environnementale") mesure la pression exercée par l’Homme sur la planète Terre. Elle peut être traduite en hectares globaux (hag) ou en nombre de planètes. Concrètement, elle permet ainsi d'évaluer la surface terrestre nécessaire au maintien de notre niveau de consommation - et de notre mode de vie au sens large.

Cela ne vous parle pas ? Pourtant, cet indicateur est régulièrement évoqué dans les médias. De fait, c'est en partie grâce à lui que l'on estime chaque année le fameux "jour du dépassement" - la date à partir de laquelle l'Humanité a déjà consommé la totalité des ressources que la planète est à même de produire en une année. 😐

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que notre mode de vie actuel ne peut perdurer. Les ressources de la planète Terre ne ne pourront pas supporter de tels niveaux de consommation sur le long terme.

📟 Comment calculer son empreinte carbone ?

Empreinte carbone : la méthode de calcul 💼

Pour évaluer une empreinte carbone donnée, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME, aussi parfois désignée en tant qu'Agence de la transition écologique) utilise une méthode de calcul fondée sur des ratios à la fois physiques ou monétaires.

En principe, toutefois, on préférera utiliser aussi souvent que possible les ratios physiques plutôt que monétaires. L'ABC (Association bilan carbone) a en effet souligné le risque d'imprécision inhérent aux ratios monétaires.

Pas question cependant de les exclure : pour évaluer nos émissions de gaz à effet de serre au plus juste, mieux vaut seulement ne pas en abuser.

Les ratios physiques

Le facteur d'émission physique évalue la quantité de CO2 produite par unité consommée. Elle se traduit comme suit : "telle activité émet en moyenne x quantité de CO2 par unité consommée".

Pour estimer la quantité de CO2 émise à partir d'un facteur d'émission physique, on effectue le calcul suivant :

Quantité de gaz à effet de serre émise = Quantité consommée * Facteur d'émission physique

NB : pour la quantité consommée, on exprimera ce chiffre conformément à l'unité du produit concerné (kg, litres, m2, etc.).

Les ratios monétaires

Le facteur d’émission monétaire évalue la quantité de CO2 affiliée à un produit ou à un service donné en se basant sur son prix. Il se traduit comme suit : "tel produit/service émet en moyenne x quantité de CO2 (kgCO2e) par x k€ HT".

Pour estimer la quantité de CO2 émise à partir d'un facteur d'émission monétaire, on effectue le calcul suivant :

Quantité de gaz à effet de serre émise = Prix * Facteur d'émission monétaire

un homme ids so much math

Empreinte carbone : les outils de calcul 🔨

Les applications

Nous ? Ramener notre grain de sel ? Si peu. 😇

Ceci étant dit, vous ne serez certainement pas surpris de nous voir vanter les mérites des applications destinées à évaluer l'impact environnemental de leurs détenteurs.

Chez Greenly, nous avons notamment décidé d'accompagner la démocratisation de cette pratique en la simplifiant au maximum. Comment ? En proposant à nos utilisateurs un suivi entièrement automatisé de leurs émissions de gaz à effet de serre, sur la seule base de leurs dépenses.

Traduction ? Aucune action requise, si ce n'est la synchronisation de leur compte bancaire avec la plateforme. Et oui : c'est entièrement sécurisé. Vous pensez bien : on s'en est assurés les premiers. 😉

Les calculateurs en ligne

Autre alternative possible : les calculateurs en ligne. Moins précis que les applications, ceux-ci sont cependant très utiles si vous souhaitez avoir une estimation à la volée de vos émissions de gaz à effet de serre. Un ordre de grandeur en d'autres termes.

Parmi les principaux, vous trouverez notamment : 

  • Ecolab ; 
  • GoodPlanet ; 
  • MicMac (Avenir Climatique) ; 
  • A2DM.

un homme dis alright

🌳 One step further : le bilan carbone

Qu'est-ce que la méthode bilan carbone ? 🧐

En 2004, l'ingénieur spécialiste du climat Jean-Marc Jancovici élabore - en collaboration avec l’ADEME - une méthode destinée à aider les entreprises à établir un état des lieux de leurs émissions de GES, en vue de les réduire et ainsi contribuer à lutter contre le réchauffement climatique.

Le principe ? Comptabiliser l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre liées à un produit ou à un service, tout au long de son cycle de vie (de sa fabrication à sa fin de vie).

Pour en apprendre davantage sur l'analyse de cycle de vie des produits et des services, nous vous conseillons de consulter notre article à ce sujet.

Et le bilan GES réglementaire, dans tout ça ? 📔

Le bilan GES réglementaire (ou “bilan carbone simplifié”) constitue le minimum d'évaluation auquel certaines entreprises doivent se soumettre en matière d'estimation de leurs émissions de gaz à effet de serre. D'où le qualificatif de "réglementaire".

Pour un bilan GES, seules deux catégories d'émissions de GES sont comptabilisées (contre trois existantes). Le bilan carbone, lui, comptabilise ces trois catégories - ou "scopes" en anglais.

Qui est-il tenu de réaliser un bilan GES réglementaire ? 🧙‍♂️

En France, la réalisation d’un bilan GES réglementaire est obligatoire pour : 

  • les entreprises de 500 salariés et plus (250 salariés et plus pour les DOM) ; 
  • les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants ; 
  • les services de l’État ; 
  • les établissements publics de plus de 250 agents.

Le bilan GES réglementaire doit être effectué tous les 4 ans dans le secteur privé, et tous les 3 ans pour les collectivités territoriales, les services de l’État et les établissements publics.

👉 Pour plus d'informations au sujet du bilan GES réglementaire, n'hésitez pas à consulter notre article détaillé.

un homme demande plus d'informations

💚 Pourquoi votre entreprise a-t-elle tout intérêt à mesurer son empreinte carbone ?

Vous êtes toujours hésitant à mesurer l'empreinte carbone de votre entreprise ? Vous craignez de vous embarquer dans un investissement parfaitement inutile ? Sachez-le pourtant : le fait de calculer son empreinte carbone ne relève pas que d'une contribution éthique ou d'une obligation. Outre le fait de lutter contre le changement climatique, entreprendre de limiter ses émissions de GES est synonyme de bénéfices dans de nombreux domaines ! 😍 Découvrez lesquels.

Pour améliorer ses résultats et ses performances 📊

Lutter contre le réchauffement climatique en décidant de réduire durablement vos émissions de GES marque le point de départ d'un formidable cercle vertueux pour la rentabilité de votre entreprise.

Nous insistons : de rentabilité.

Quel que soit votre produit, il y a en effet fort à parier pour que son impact environnemental ne soit pas neutre. Dans l'optique de réduire son empreinte carbone, vous allez donc passer au crible l'ensemble des aspects sur lesquels vous avez la possibilité d'optimiser vos émissions de GES.

Or, sachez-le : dans la plupart des cas, l'empreinte carbone d'un produit relève majoritairement de ce que l'on appelle des émissions de scope 3. Autrement dit, de postes d'émissions indirectement liés à la production de votre offre, susceptibles d'être facilement optimisés voire désactivés.

Conclusion : des dépenses en moins et des économies en plus. 💵

Pour répondre aux attentes des consommateurs 🙋‍♀️

A mesure que le temps passe, le calcul de l'empreinte carbone d'un produit devient un véritable avantage compétitif.

Vous avez bien lu : le calcul de l'empreinte carbone de votre produit peut vous aider à vous démarquer de vos concurrents.

De fait, cette démarche n'a rien d'anodine, puisqu'elle répond à une demande réelle émanant aujourd'hui d'une part conséquente de la société : celle de connaître l'impact de sa consommation sur l'environnement, afin d'opérer des choix en accord avec son souhait de contribuer à la lutte contre le changement climatique.

Le problème ? Souvent, les ménages n'ont pas accès - ou difficilement - à ce type d'information. Raison pour laquelle nombre d'entre eux réclament désormais cette fameuse "transparence" de la part des marques qu'ils consomment.

Dans ce contexte, vous l'aurez compris, vous avez tout intérêt à saisir la balle au bond. 🏀

Pour engager ses salariés 👊

Vos salariés sont des consommateurs, eux aussi. Cela tombe sous le sens, mais au regard de ce que nous venons de voir, ce constat n'est pas dénué d'intérêt...

Si vous voulez engager vos salariés, les fédérer autour d'une cause qui fait écho à leurs propres préoccupations et valoriser votre marque employeur auprès des jeunes générations - souvent les plus concernées par le sujet du réchauffement climatique - le calcul de l'empreinte carbone de vos produits est une option toute indiquée.

De fait, en illustrant vos préoccupations vis-à-vis de votre impact environnemental et le souci que vous accordez à la diminution de ce dernier, vous vous imposerez non seulement comme un employeur transparent - et donc digne de confiance - mais aussi comme un acteur en phase avec les problématiques de la société dans laquelle il évolue.

Pour anticiper les évolutions de la législation 📜

Indépendamment de toute considération d'ordre éthique, le calcul de l'empreinte carbone s'impose peu à peu comme une obligation à laquelle tout acteur de l'économie doit se soumettre.

Compte tenu de l'urgence incarnée par le changement climatique, la législation se durcit ainsi peu à peu - en France et dans de nombreux pays tels que les Etats-Unis. Si elle ne concernait autrefois qu'un nombre restreint d'acteurs, il y a fort à parier que le suivi de l'impact environnemental de l'ensemble de nos activités se généralise rapidement.

Plus encore : que les entreprises peu soucieuses de leur empreinte carbone se voient progressivement pénalisées par la loi. 😶

Pour attirer de nouveaux investisseurs et financements 💵

La finance durable n'est pas un mythe. De fait, ne nous leurrons pas : le climat constitue désormais un risque à part entière. Y compris pour les investisseurs.

D'une part, car les changements climatiques à l'œuvre provoquent de plus en plus de catastrophes susceptibles de causer des dommages à l'activité des entreprises. Et d'autre part car - comme nous venons de le voir - les structures méprisant leur empreinte carbone vont à l'encontre d'une tendance de fond en matière de légale et risquent (à terme) de se voir sanctionnées - par la loi et les consommateurs.

Deux perspectives bien peu réjouissantes à l'échelle de potentiels investisseurs… ❌

Notre conseil : si vous voulez augmenter vos chances de bénéficier de financements, ne négligez pas votre empreinte carbone.

maitre yoda dis "great care, we must take"

🌺 Comment réduire son empreinte carbone au quotidien ?

On pense généralement que réduire son empreinte carbone relève du parcours du combattant. Pourtant, de nombreux gestes peuvent être effectués sans trop de difficulté et contribuent à la lutte contre le changement climatique.

Soyons clairs : si nous ramons tous dans le même sens, ce qui apparaît aujourd'hui comme de "petits" gestes auront finalement un impact colossal.

Alors on s'y met ? 🤠

Les méthodes pour réduire son empreinte carbone chez soi 🏡

Trier et diminuer le volume de ses déchets

C'est le b.a.-ba. Trier ses déchets et tenter d'en diminuer le volume est à la portée de tous les ménages. Indépendamment de toute considération d'ordre économique.

Que l'on ait des revenus élevés ou modestes, tout le monde peut trier ses déchets et s'abstenir de les jeter n'importe où - y compris dans la nature.

Pour un rapide rappel au sujet du tri sélectif, n'hésitez pas à vous rendre sur le site du Ministère de l'écologie.

Lutter contre le gaspillage alimentaire et couper court à la surconsommation

En bref : 

  • achetez mieux (des produits locaux, de saison, voire biologiques) ; 
  • consommez mieux (sans gaspiller) ; 
  • jetez mieux (le moins possible et pensez au tri sélectif).

Sur le plan alimentaire, certaines applications très utiles ont vu le jour : Phénix ou To Good To Go, par exemple, permettent d’acheter à bas prix des produits alimentaires dont la date limite de consommation est proche - et doivent donc être retirés des rayons alors qu'ils sont encore bons à ladite consommation. 🤯

De façon plus large, nous vous conseillons de prendre le temps de la réflexion - et de la comparaison - au moment de vos achats. Dans les domaines de l'électroménager et du numérique notamment, qui sont tous deux susceptibles de faire grimper en flèche votre consommation d'énergie. Consultez les indicateurs de performance énergétique, de recyclage, etc.

Enfin, le marché de la seconde main est un bon moyen de consommer de façon plus durable. Des sites tels que Le Bon Coin, Vinted ou Backmarket permettent d’acheter à bas prix et de manière responsable, en donnant une seconde vie à de nombreux produits.

Optimiser sa consommation d'énergie

Débrancher ses appareils et ne pas les laisser en veille, éteindre la lumière en quittant une pièce, opérer un usage modéré du chauffage ou de la climatisation…

Ces gestes semblent anodins, mais ils ne le sont en aucune façon. Bien sûr, l'électricité n'émet pas de CO2 en soi. Mais sa production, oui.

un homme dis "feels good to be home"

Les méthodes pour réduire son empreinte carbone au bureau 🏢

Promouvoir les éco-gestes auprès de ses salariés

Le quotidien en entreprise n'est pas très différent du quotidien à la maison sur le plan du développement durable.

Qu'on se le dise : il y est tout aussi facile de mettre en place des "éco-gestes" et de les promouvoir auprès de ses salariés.

Parmi les gestes les plus simples :

  • éteindre systématiquement la lumière en quittant les salles de réunion ;
  • couper son ordinateur au lieu de le laisser en veille toute la nuit ;
  • limiter le recours au système d'impression (uniquement en cas de véritable nécessité) ;
  • ne pas abuser de l'email, surtout si vous y incluez de lourdes pièces jointes ;
  • etc.

Identifier et stopper les dépenses inutiles

A fortiori lorsqu'elles risquent d'alourdir encore votre facture d'électricité ! Soyons honnêtes : il est certainement des dépenses dont vous pourriez vous passer.

Par exemple, est-il réellement utile que chacun de vos services soit doté d'une imprimante ? Si vous voulez encourager vos équipes à diminuer le nombre de leurs impressions, ne serait-il pas judicieux d'enrayer tout surcroît d'équipement dédié à cette tâche ?

De la même façon, efforcez-vous - là où c'est possible - de restreindre l'usage du plastique au sein de votre entreprise. Les gobelets à la machine à café ? Il existe de nombreuses alternatives à ces derniers : modèles en carton, mugs corporate, etc.

Restreindre les déplacements professionnels

Un mot d'ordre : le nécessaire. Pas davantage. En particulier si ces déplacements impliquent d'emprunter des moyens de transport extrêmement polluants (l'avion, notamment).

En outre, n'hésitez pas à soutenir vos équipes dans l'organisation de leur trajet journalier. Si des transports en commun se trouvent à proximité, n'hésitez pas à investir dans un forfait mobilité qui leur donnera accès à ce service à moindre coût.

une femme dis lets do this

🤷‍♀️ Peut-on et doit-on recourir à la compensation carbone pour réduire son impact environnemental ?

Compensation carbone, quèsaco ? En bref, l'idée est de contribuer à financer des projets environnementaux ayant pour objet la réduction de nos émissions de GES.

Il peut s'agir, par exemple, de mettre à profit ce que l'on nomme des “puits de carbone" permettant d’absorber les émissions rejetées dans l'atmosphère, en vue d’atteindre la fameuse neutralité carbone.

En tant qu'entreprise, il est ainsi possible de contribuer à financer des puits de carbone, afin de compenser leurs émissions de GES.

Au regard de la situation actuelle, Greenly s'est tout particulièrement engagé dans cette démarche de compensation carbone au travers de différents projets, tant sur le plan local qu’international :

  • le projet Gandhi, synonyme d'installation d’éoliennes en Inde (pour diminuer l’intensité carbone du pays en matière de production d’électricité) ;
  • le projet Floresta de Portel, pour la protection de la forêt de l’état de Parà au Brésil, menacée par la déforestation.

💥 Attention : la compensation carbone ne doit pas être un encouragement à maintenir son niveau d'émissions au prétexte que l'on compense lesdites émissions. A ce jour, la réduction de notre empreinte carbone est une nécessité absolue. De fait, cette dernière est telle que les puits de carbone eux-mêmes saturent sous l'afflux de GES. Les océans, par exemple, ne sont plus en mesure d'absorber le CO2 comme autrefois.

un personnage de star wars dis be careful

🌍 L'empreinte carbone de la France et de l'Europe

Aux yeux de l’INSEE, l'empreinte carbone d'un pays est définie en fonction de la demande finale intérieure d'un pays, que les biens ou les services concernés soient produits sur le territoire national ou importés.

Elle inclut donc :

  • les gaz à effet de serre émis par les ménages (chauffage, électricité, etc.) ;
  • les gaz à effet de serre liés à la production intérieure de biens et de services (hors exportations) ;
  • les gaz à effet de serre liés aux produits et aux services importés.

L'empreinte carbone de la France, par secteur d'activité 📂

Secteur d'activité Part des émissions GES en %
Transport 24 %
Logement 22 %
Biens et services 22%
Agro-alimentaire 19 %
Numérique 2 %

L’empreinte carbone de la France est estimée à 11,9 tonnes de CO2e par personne en 2020.

Le transport est le secteur d’activité dont les émissions sont les plus importantes : 2,9 tonnes de CO2 chaque année et par personne.

En cause : le recours massif à la voiture. 4 trajets sur 5 s’effectuent en voiture, avec seulement 1,5 passager en moyenne. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à consulter notre article sur le sujet. 

Type de transports Facteur d'émission (km/passager)
Avion 285 g CO2e
Voiture type SUV 229 g CO2e
Voiture type citadine 153 g CO2e
Moto 72 g CO2e
Bus 68 g CO2e
Train - de 10 g CO2e

Viennent ensuite le logement, les biens de consommation et la production agro-alimentaire.

👉 A noter : les équipements électroniques alourdissent considérablement le bilan des biens et des services. De fait, leur production implique l'extraction de minéraux (pour la fabrication de batteries lithium-ion, notamment), et leur utilisation nécessite une consommation accrue d’électricité.

Type d'énergie Grammes de CO2 / Kw
Charbon 1 060
Fioul 730
Gaz 418
Photovoltaïque 55
Géothermie 45
Éolien 7
Nucléaire 6
Hydraulique 6

📖 A savoir : la production agro-alimentaire de protéines (viande de bœuf, de porc ou de poulet) représente une part importante des émissions de GES de la France. Chaque français mange en moyenne 65 kg de viande par an, contre 43 kg pour le reste du monde.

L'empreinte carbone de nos voisins européens 📁

Selon le rapport publié en 2020 par la société BP - engagée dans la transition énergétique - les dix pays qui émettent le plus de CO2 sont les suivants :

  • Chine (9,8 millions de tonnes) ; 
  • États-Unis (4,9 millions de tonnes) ; 
  • Inde (2,4 millions de tonnes) ;
  • Russie (1,5 millions de tonnes) ; 
  • Japon (1,1 millions de tonnes) ; 
  • Allemagne (0,68 millions de tonnes) ; 
  • Iran (0,67 millions de tonnes) ; 
  • Corée du Sud (0,64 millions de tonnes) ; 
  • Arabie Saoudite (0,58 millions de tonnes) ; 
  • Canada (0,56 millions de tonnes). 

👉 A noter : lorsque l'on considère l'empreinte par habitant, c'est le Qatar qui occupe le sommet du podium.

🌱 Qui sommes-nous ?

Vous souhaitez engager votre entreprise dans la lutte en faveur du climat ? Connaître dès à présent le montant des émissions liées à vos activités ? Réduire durablement votre impact environnemental tout en vous assurant de répondre à la demande de vos clients ?

Nos experts attendent déjà votre appel. Foncez !


🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Écrit par
Alexis Normand

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly