Numérique responsable : comment réduire l'impact carbone du digital ?

Qu’est-ce le numérique responsable ? Quels sont les écogestes à adopter ? Greenly vous explique tout.

RSE 🌱

 — 

7

minutes de lecture

 — 

27/4/2022

Avec l’explosion d’Internet ces dernières années (et notamment depuis la pandémie de Covid-19), le numérique responsable est devenu une priorité. Que ce soit pour travailler, se divertir ou s’informer, le web fait partie de notre quotidien. Malheureusement, cette transformation digitale accélérée donne lieu à des comportements à impacts nocifs pour l’environnement. Pire que ça, elle augmente la conception d'appareils réalisés dans des conditions de travail très précaires.


une femme ferme son ordinateur


Bien que le travail sur ordinateur et depuis chez nous semble moins polluant, la réalité est tout autre ! Saviez-vous que le digital est l’une des premières sources de pollution ? Rien que les réseaux sociaux demandent une quantité astronomique de stockage de contenu. Il est temps de mettre en place une démarche responsable grâce à une utilisation plus raisonnée du numérique.

Qu’est-ce que le numérique responsable ?

Opter pour le numérique responsable, c’est prendre conscience que ce domaine n’est pas immatériel, bien qu’il semble l’être à première vue ! L’utilisation quotidienne que nous en faisons, a des conséquences non négligeables sur l’environnement. Il faut donc se rendre compte des principaux enjeux liés à l'empreinte environnementale du numérique.

Numérique responsable, définition

Malgré les solutions innovantes qu’apportent les nouvelles technologies, elles modifient nos modèles de production et de consommation et ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. 

Face à ce nouveau défi climatique, il est donc nécessaire de sensibiliser les internautes et les entreprises, sur l’impact négatif d’Internet et adopter les bons gestes. Cette prise de conscience a un nom : le numérique responsable. 


☝️ Cette démarche d’amélioration continue recouvre le Green IT, l’écoconception et l’IT for Green et vise à réduire l’impact du digital en adoptant une utilisation plus sobre des nouvelles technologies. 

Quels sont les enjeux du numérique responsable ?

Le numérique a 3 grands enjeux semblables à ceux du développement durable : réduire l’empreinte économique, écologique et sociale. En effet, la transformation digitale est à l’origine de :

  • La hausse des émissions de gaz à effet de serre ;
  • L’augmentation de la consommation d’énergie ;
  • L’épuisement des ressources non renouvelables ;
  • Ou encore, l’aggravation de la pollution des sols et de l’air.

 

un groupe de femmes s'étonne deant un ordinateur


En définitive, cette industrie est considérée comme étant la première source d’impacts environnementaux et joue également un rôle majeur dans les pollutions liées à la fin de vie de nos appareils (source Label.nr). Pire, l’usage du numérique dans le monde représente 2 fois l’empreinte environnementale de la France.

En effet, nous sommes des milliards à utiliser nos écrans et notre connexion Internet chaque jour, la pollution du numérique est donc plus dévastatrice que l’on ne le pense ! C’est pourquoi, il est pertinent de mesurer son empreinte ainsi que notre utilisation afin d’éviter la surconsommation.

Le label numérique responsable

Face à ce défi écologique d’envergure, le label numérique responsable (plus communément appelé « Label NR »), a vu le jour en 2019 à l’occasion du Meet’Up de la GreenTech Verte. Géré par l’Agence Lucie, ce premier label français est le résultat de la fusion entre les labels Numérique Responsable et Entreprises Numérique Responsable. 


Ce label RSE prend part au Green It, comprend 2 niveaux et s’inscrit dans une démarche de développement durable. Les signataires doivent suivre une charte en 5 engagements clés qui s’appuie sur 3 principaux piliers :

  1. People ;
  2. Planet ;
  3. Profit.

Accessible aux organisations, quelque soit leur type, leur taille et leur secteur d’activité, ce label très exigeant permet de faciliter la démarche des entreprises et ainsi réduire progressivement l’impact du numérique

Les 3 grandes tendances du numérique responsable 

Le numérique responsable possède 3 grandes tendances afin de tendre vers un usage raisonné. Découvrez le Green It, l’IT for Green et l’écoconception.

Le Green IT, la star du numérique responsable

Créé en 2004, le Green IT (également appelée « Informatique verte »), favorise la diminution de l’empreinte environnementale des technologies numériques et de leurs usages. Il s’agit d’un ensemble de technologies qui luttent contre la pollution numérique produite par les technologies d’information et de communication (TIC).

un chien regarde une vidéo sur un ordinateur


L’objectif est de développer un avenir numérique responsable en incitant le passage à l’action des entreprises comme des particuliers. Pour ce faire, un grand nombre de mesures écoresponsables permettent de faciliter cette transition.

L’IT for Green ou la Green Tech

L’IT for Green regroupe des principes socio-économiques qui permettent d'entamer la transition écologique de l’entreprise. La Green Tech prend en considération la conception responsable des services numériques et place cette industrie au service du développement durable, précise le gouvernement.

L’écoconception des produits et services du numérique 

L’écoconception est un outil d’économie circulaire qui vise à réduire les impacts en prenant le développement durable en compte lors du processus de fabrication du produit (de l’extraction des matières premières à sa fin de vie). Cette démarche peut être multi-étapes ou multi-critères (consommation d’énergie par exemple).

Un appareil écoconçu (un smartphone par exemple) a une durée de vie plus longue, s’adapte aux évolutions technologiques (mises à jour moins lourdes par exemple), tout en répondant aux besoins de l’utilisateur. Cette conception responsable permet de concevoir des outils plus performants, écologiques et durables à termes, puisque leur impact sur l’environnement est extrêmement faible.

un homme dit rogger that


En effet, afin de fabriquer votre ordinateur, tablette ou téléphone, il est nécessaire d’extraire des ressources parfois rares avant de les transformer en composants électroniques. Selon l’ADEME, 22 kg de produits chimiques sont nécessaires pour fabriquer un seul ordinateur. 

Quelles pratiques pour un numérique responsable ? 

Le numérique responsable revient à modérer ses usages et adopter les bonnes pratiques pour réduire son impact carbone digital. Voici les principaux écogestes à mettre en place dès maintenant !

Un numérique responsable avec les écogestes

Nettoyer sa boîte mail

Utilisée au quotidien pour communiquer dans l’entreprise, la boîte mail est constamment sollicitée. Mais saviez-vous que le stockage et l’envoi d’un mail sont particulièrement polluants ? 

un chien en pate à modeler tri son courrier


Voici quelques éco gestes et pratiques pour éviter cet impact négatif :

  • Lire les mails non lus au lieu de les laisser dans votre boîte mail. Pour vous donner une idée, un mail sans pièce jointe pèse 4 grammes de CO2 et peut atteindre 50 grammes avec des pièces jointes ;
  • Supprimez les mails inutiles, la corbeille et le dossier Spam (chaque Spam pèse 0,3 grammes) ;
  • Se désinscrire des newsletters inutiles et des publicités ;
  • Alléger les mails envoyés en supprimant les PJ ainsi que la signature.

Imaginez l’ampleur de l’empreinte carbone d’une boîte mail, en sachant qu’un seul employé de bureau reçoit en moyenne 121 courriels par jour

Acheter du reconditionné, c'est pensé à l' environnement

De nos jours, de nombreux sites proposent des appareils reconditionnés ou d’occasion. Cela permet d’offrir une nouvelle vie à un équipement qui fonctionne encore. Comme nous l’avons précisé plus haut, fabriquer notre matériel (un smartphone par exemple), nécessite des ressources rares et une consommation d’énergie élevée. Acheter du reconditionné permet d’éviter ce type de pollution.

Le développement durable, c'est aussi entretenir son matériel 

La vie de notre équipement est de plus en plus courte. En effet, la durée de vie d’un ordinateur est aujourd’hui estimée à 4 ans, alors qu’elle était de 11 ans entre 1985 et 2015. Pire, certains fabricants n’hésitent pas à utiliser l’obsolescence programmée afin de pousser à l’achat.

Entretenir son matériel permet d’allonger sa durée de vie et éviter la surconsommation d’équipements digitaux pour arriver à une meilleure sobriété numérique. Cela passe par l’utilisation d’un anti-virus, d’une housse de protection (ou coque de téléphone) ou la suppression d’applications inutilisées par exemple. 

Pour réduire son impact environnemental, il convient de prendre soin de ses appareils durant leur utilisation et de les faire réparer si possible ou de les recycler s’ils ne fonctionnent plus.

un homme passe la tête à travers la porte et dit you got it

Recycler son matériel usé 

Une fois cassé et inutilisable, votre matériel électronique continue de polluer ! Même s’il ne se connecte plus à Internet, ni ne consomme d’électricité, ses composants sont souvent nocifs pour la santé et dangereux pour l’environnement. Par ailleurs, certains d’entre eux, sont considérés comme précieux et peuvent être réutilisés. 

Pourtant, l’ADEME estime que 70 à 90 % des déchets électriques ne sont pas recyclés.

Pour éviter ce désastre, rapprochez-vous des ressourceries ou de l’un des 1 200 points de collecte de déchets d’équipement électriques et électroniques disponibles en France. Le site d’Ecologic répertorie ces lieux de recyclage.

Maîtriser ses usages pour réduire l'empreinte de ses dépenses

10 % de l’électricité est consommée par Internet (source : Open Studio). Pire, si Internet était un pays, il serait le 3e plus gros consommateur d’électricité au monde derrière la Chine et les États-Unis. En plus de ces actions écologiques ci-dessus, il convient donc de sélectionner les formats les moins gourmands en électricité. 

Par exemple, le streaming est extrêmement énergivore et représente une grande partie de la bande passante d’Internet (15 % rien que pour Netflix). Ainsi, il est préférable d’écouter un audio plutôt que de visionner une vidéo par exemple. Pour information, une vidéo haute définition de 10 minutes revient à laisser chauffer un four électrique à 2 000W pendant 5 minutes (source APC Paris).


Le bilan carbone pour un numérique responsable

Internet est à l’origine de 4 % des émissions de gaz à effet de serre (ce qui est plus élevé que les émissions de GES des transports aériens mondiaux annuels). Chaque entreprise peut réaliser un bilan carbone afin d’analyser vos émissions de CO2 (et en particulier, ceux dus à votre usage du numérique). 

Développé par l’ADEME, cet outil est une obligation légale pour les entreprises :

  • De plus de 500 salariés ;
  • De plus de 250 salariés (et situées dans les départements d’outre-mer) ;
  • Les personnes morales de droit public de plus de 250 personnes ;
  • L’ensemble des collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants. 

Cette analyse complexe est menée par un expert ou effectuée grâce à un logiciel. Elle permet de déterminer :

  • Le bon axe d’ amélioration ;
  • Le suivi des émissions ;
  • La sensibilisation de vos collaborateurs ;
  • Et un passage à l’action immédiat grâce à des alternatives pour réduire son empreinte carbone. 

L’ACV pour garantir l’écoconception du numérique 

Tout comme l’entreprise, un produit a sa propre empreinte carbone ! L’analyse du Cycle de vie permet de comprendre l’impact d’un produit ou d’un service sur l’environnement pour mieux réduire l'empreinte de ce dernier. Pour ce faire, cette méthode d’évaluation prend en compte l’ensemble des émissions produites par votre matériel numérique (dans notre cas) tout au long de sa vie et quantifie les effets sur l’environnement. 

L’objectif est de créer un produit écoconçu, plus performant et moins impactant. L’ADEME a réalisé l’ACV d’un téléphone portable en 2008, et il s’avère que sa fabrication génère 75 % de la pollution. Il est temps d’agir !

un petit garçon est heureux


En tant qu’entreprise qui souhaite accélérer la transition écologique, il est intéressant de s’engager pour le numérique responsable et en connaître tout ses enjeux. Vous connaissez désormais tous les principaux éco gestes et projet de transformation numérique à mettre en place pour limiter les émissions et atteindre la sobriété numérique.


Prenez dès aujourd'hui les bon réflexes dans votre vie personnelle et en entreprise !

Partagez le pour plus d'impact

Engagez votre entreprise la neutralité carbone

Demander une démo

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly

Numérique responsable : comment réduire l'impact carbone du digital ?

Qu’est-ce le numérique responsable ? Quels sont les écogestes à adopter ? Greenly vous explique tout.

RSE 🌱
 — 
7
 MinUTES DE LECTURE
 — 
4/27/2022 15:27
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

Avec l’explosion d’Internet ces dernières années (et notamment depuis la pandémie de Covid-19), le numérique responsable est devenu une priorité. Que ce soit pour travailler, se divertir ou s’informer, le web fait partie de notre quotidien. Malheureusement, cette transformation digitale accélérée donne lieu à des comportements à impacts nocifs pour l’environnement. Pire que ça, elle augmente la conception d'appareils réalisés dans des conditions de travail très précaires.


une femme ferme son ordinateur


Bien que le travail sur ordinateur et depuis chez nous semble moins polluant, la réalité est tout autre ! Saviez-vous que le digital est l’une des premières sources de pollution ? Rien que les réseaux sociaux demandent une quantité astronomique de stockage de contenu. Il est temps de mettre en place une démarche responsable grâce à une utilisation plus raisonnée du numérique.

Qu’est-ce que le numérique responsable ?

Opter pour le numérique responsable, c’est prendre conscience que ce domaine n’est pas immatériel, bien qu’il semble l’être à première vue ! L’utilisation quotidienne que nous en faisons, a des conséquences non négligeables sur l’environnement. Il faut donc se rendre compte des principaux enjeux liés à l'empreinte environnementale du numérique.

Numérique responsable, définition

Malgré les solutions innovantes qu’apportent les nouvelles technologies, elles modifient nos modèles de production et de consommation et ne sont pas sans conséquence sur l’environnement. 

Face à ce nouveau défi climatique, il est donc nécessaire de sensibiliser les internautes et les entreprises, sur l’impact négatif d’Internet et adopter les bons gestes. Cette prise de conscience a un nom : le numérique responsable. 


☝️ Cette démarche d’amélioration continue recouvre le Green IT, l’écoconception et l’IT for Green et vise à réduire l’impact du digital en adoptant une utilisation plus sobre des nouvelles technologies. 

Quels sont les enjeux du numérique responsable ?

Le numérique a 3 grands enjeux semblables à ceux du développement durable : réduire l’empreinte économique, écologique et sociale. En effet, la transformation digitale est à l’origine de :

  • La hausse des émissions de gaz à effet de serre ;
  • L’augmentation de la consommation d’énergie ;
  • L’épuisement des ressources non renouvelables ;
  • Ou encore, l’aggravation de la pollution des sols et de l’air.

 

un groupe de femmes s'étonne deant un ordinateur


En définitive, cette industrie est considérée comme étant la première source d’impacts environnementaux et joue également un rôle majeur dans les pollutions liées à la fin de vie de nos appareils (source Label.nr). Pire, l’usage du numérique dans le monde représente 2 fois l’empreinte environnementale de la France.

En effet, nous sommes des milliards à utiliser nos écrans et notre connexion Internet chaque jour, la pollution du numérique est donc plus dévastatrice que l’on ne le pense ! C’est pourquoi, il est pertinent de mesurer son empreinte ainsi que notre utilisation afin d’éviter la surconsommation.

Le label numérique responsable

Face à ce défi écologique d’envergure, le label numérique responsable (plus communément appelé « Label NR »), a vu le jour en 2019 à l’occasion du Meet’Up de la GreenTech Verte. Géré par l’Agence Lucie, ce premier label français est le résultat de la fusion entre les labels Numérique Responsable et Entreprises Numérique Responsable. 


Ce label RSE prend part au Green It, comprend 2 niveaux et s’inscrit dans une démarche de développement durable. Les signataires doivent suivre une charte en 5 engagements clés qui s’appuie sur 3 principaux piliers :

  1. People ;
  2. Planet ;
  3. Profit.

Accessible aux organisations, quelque soit leur type, leur taille et leur secteur d’activité, ce label très exigeant permet de faciliter la démarche des entreprises et ainsi réduire progressivement l’impact du numérique

Les 3 grandes tendances du numérique responsable 

Le numérique responsable possède 3 grandes tendances afin de tendre vers un usage raisonné. Découvrez le Green It, l’IT for Green et l’écoconception.

Le Green IT, la star du numérique responsable

Créé en 2004, le Green IT (également appelée « Informatique verte »), favorise la diminution de l’empreinte environnementale des technologies numériques et de leurs usages. Il s’agit d’un ensemble de technologies qui luttent contre la pollution numérique produite par les technologies d’information et de communication (TIC).

un chien regarde une vidéo sur un ordinateur


L’objectif est de développer un avenir numérique responsable en incitant le passage à l’action des entreprises comme des particuliers. Pour ce faire, un grand nombre de mesures écoresponsables permettent de faciliter cette transition.

L’IT for Green ou la Green Tech

L’IT for Green regroupe des principes socio-économiques qui permettent d'entamer la transition écologique de l’entreprise. La Green Tech prend en considération la conception responsable des services numériques et place cette industrie au service du développement durable, précise le gouvernement.

L’écoconception des produits et services du numérique 

L’écoconception est un outil d’économie circulaire qui vise à réduire les impacts en prenant le développement durable en compte lors du processus de fabrication du produit (de l’extraction des matières premières à sa fin de vie). Cette démarche peut être multi-étapes ou multi-critères (consommation d’énergie par exemple).

Un appareil écoconçu (un smartphone par exemple) a une durée de vie plus longue, s’adapte aux évolutions technologiques (mises à jour moins lourdes par exemple), tout en répondant aux besoins de l’utilisateur. Cette conception responsable permet de concevoir des outils plus performants, écologiques et durables à termes, puisque leur impact sur l’environnement est extrêmement faible.

un homme dit rogger that


En effet, afin de fabriquer votre ordinateur, tablette ou téléphone, il est nécessaire d’extraire des ressources parfois rares avant de les transformer en composants électroniques. Selon l’ADEME, 22 kg de produits chimiques sont nécessaires pour fabriquer un seul ordinateur. 

Quelles pratiques pour un numérique responsable ? 

Le numérique responsable revient à modérer ses usages et adopter les bonnes pratiques pour réduire son impact carbone digital. Voici les principaux écogestes à mettre en place dès maintenant !

Un numérique responsable avec les écogestes

Nettoyer sa boîte mail

Utilisée au quotidien pour communiquer dans l’entreprise, la boîte mail est constamment sollicitée. Mais saviez-vous que le stockage et l’envoi d’un mail sont particulièrement polluants ? 

un chien en pate à modeler tri son courrier


Voici quelques éco gestes et pratiques pour éviter cet impact négatif :

  • Lire les mails non lus au lieu de les laisser dans votre boîte mail. Pour vous donner une idée, un mail sans pièce jointe pèse 4 grammes de CO2 et peut atteindre 50 grammes avec des pièces jointes ;
  • Supprimez les mails inutiles, la corbeille et le dossier Spam (chaque Spam pèse 0,3 grammes) ;
  • Se désinscrire des newsletters inutiles et des publicités ;
  • Alléger les mails envoyés en supprimant les PJ ainsi que la signature.

Imaginez l’ampleur de l’empreinte carbone d’une boîte mail, en sachant qu’un seul employé de bureau reçoit en moyenne 121 courriels par jour

Acheter du reconditionné, c'est pensé à l' environnement

De nos jours, de nombreux sites proposent des appareils reconditionnés ou d’occasion. Cela permet d’offrir une nouvelle vie à un équipement qui fonctionne encore. Comme nous l’avons précisé plus haut, fabriquer notre matériel (un smartphone par exemple), nécessite des ressources rares et une consommation d’énergie élevée. Acheter du reconditionné permet d’éviter ce type de pollution.

Le développement durable, c'est aussi entretenir son matériel 

La vie de notre équipement est de plus en plus courte. En effet, la durée de vie d’un ordinateur est aujourd’hui estimée à 4 ans, alors qu’elle était de 11 ans entre 1985 et 2015. Pire, certains fabricants n’hésitent pas à utiliser l’obsolescence programmée afin de pousser à l’achat.

Entretenir son matériel permet d’allonger sa durée de vie et éviter la surconsommation d’équipements digitaux pour arriver à une meilleure sobriété numérique. Cela passe par l’utilisation d’un anti-virus, d’une housse de protection (ou coque de téléphone) ou la suppression d’applications inutilisées par exemple. 

Pour réduire son impact environnemental, il convient de prendre soin de ses appareils durant leur utilisation et de les faire réparer si possible ou de les recycler s’ils ne fonctionnent plus.

un homme passe la tête à travers la porte et dit you got it

Recycler son matériel usé 

Une fois cassé et inutilisable, votre matériel électronique continue de polluer ! Même s’il ne se connecte plus à Internet, ni ne consomme d’électricité, ses composants sont souvent nocifs pour la santé et dangereux pour l’environnement. Par ailleurs, certains d’entre eux, sont considérés comme précieux et peuvent être réutilisés. 

Pourtant, l’ADEME estime que 70 à 90 % des déchets électriques ne sont pas recyclés.

Pour éviter ce désastre, rapprochez-vous des ressourceries ou de l’un des 1 200 points de collecte de déchets d’équipement électriques et électroniques disponibles en France. Le site d’Ecologic répertorie ces lieux de recyclage.

Maîtriser ses usages pour réduire l'empreinte de ses dépenses

10 % de l’électricité est consommée par Internet (source : Open Studio). Pire, si Internet était un pays, il serait le 3e plus gros consommateur d’électricité au monde derrière la Chine et les États-Unis. En plus de ces actions écologiques ci-dessus, il convient donc de sélectionner les formats les moins gourmands en électricité. 

Par exemple, le streaming est extrêmement énergivore et représente une grande partie de la bande passante d’Internet (15 % rien que pour Netflix). Ainsi, il est préférable d’écouter un audio plutôt que de visionner une vidéo par exemple. Pour information, une vidéo haute définition de 10 minutes revient à laisser chauffer un four électrique à 2 000W pendant 5 minutes (source APC Paris).


Le bilan carbone pour un numérique responsable

Internet est à l’origine de 4 % des émissions de gaz à effet de serre (ce qui est plus élevé que les émissions de GES des transports aériens mondiaux annuels). Chaque entreprise peut réaliser un bilan carbone afin d’analyser vos émissions de CO2 (et en particulier, ceux dus à votre usage du numérique). 

Développé par l’ADEME, cet outil est une obligation légale pour les entreprises :

  • De plus de 500 salariés ;
  • De plus de 250 salariés (et situées dans les départements d’outre-mer) ;
  • Les personnes morales de droit public de plus de 250 personnes ;
  • L’ensemble des collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants. 

Cette analyse complexe est menée par un expert ou effectuée grâce à un logiciel. Elle permet de déterminer :

  • Le bon axe d’ amélioration ;
  • Le suivi des émissions ;
  • La sensibilisation de vos collaborateurs ;
  • Et un passage à l’action immédiat grâce à des alternatives pour réduire son empreinte carbone. 

L’ACV pour garantir l’écoconception du numérique 

Tout comme l’entreprise, un produit a sa propre empreinte carbone ! L’analyse du Cycle de vie permet de comprendre l’impact d’un produit ou d’un service sur l’environnement pour mieux réduire l'empreinte de ce dernier. Pour ce faire, cette méthode d’évaluation prend en compte l’ensemble des émissions produites par votre matériel numérique (dans notre cas) tout au long de sa vie et quantifie les effets sur l’environnement. 

L’objectif est de créer un produit écoconçu, plus performant et moins impactant. L’ADEME a réalisé l’ACV d’un téléphone portable en 2008, et il s’avère que sa fabrication génère 75 % de la pollution. Il est temps d’agir !

un petit garçon est heureux


En tant qu’entreprise qui souhaite accélérer la transition écologique, il est intéressant de s’engager pour le numérique responsable et en connaître tout ses enjeux. Vous connaissez désormais tous les principaux éco gestes et projet de transformation numérique à mettre en place pour limiter les émissions et atteindre la sobriété numérique.


Prenez dès aujourd'hui les bon réflexes dans votre vie personnelle et en entreprise !

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.