Qu'est-ce que la planification écologique ?

Au cœur de l’actualité depuis la réélection d’Emmanuel Macron, le concept de planification écologique est encore flou. Greenly décrypte cette fonction pour vous.

Réchauffement climatique 🔥

 — 

9

minutes de lecture

 — 

3/6/2022

feuilles

Sommaire

Depuis sa campagne présidentielle 2022, Emmanuel Macron répète à qui veut l’entendre que l’écologie est au cœur de son mandat. 🌱 Et pour ça, le Président fraîchement réélu a sorti le grand jeu en nommant un ministre de la planification écologique. 

Les Français ne sont pas dupes et remarquent que la crise environnementale s’accélère. Chaque jour, on relève un record de température - le mois de mai 2022 est le plus chaud jamais enregistré en France - ou une catastrophe environnementale de grande ampleur (inondation, coulée de boue ou feux de forêt). Il est plus que temps de s’adapter au changement climatique et d’en prévenir les conséquences. 🔥

Certes, la prise de conscience quant aux enjeux environnementaux se généralise, mais en quoi consiste cette nouvelle responsabilité ? Est-ce juste un joli titre visant à rassurer les Français ou une réelle volonté de changer les choses ? Quelles sont les priorités du gouvernement ? Nous nous intéressons en détail à ce concept dans cet article. 👇

🗝 La planification écologique : tout savoir sur cette fonction clé

C’est quoi la planification écologique exactement ? 🧐

La planification écologique est une méthode de gouvernance française visant à atteindre la neutralité carbone en 2050. Elle veille à la structuration, au financement et à l’exécution - dans les temps - des projets ou des objectifs à visée environnementale. Rattachée à Matignon, cette stratégie doit contrôler la cohérence des politiques publiques et environnementales en impliquant les acteurs publics et privés. Concrètement, tout le monde est concerné. 🙋‍♀️

👋 En clair, piloter la transition écologique permet d’assurer que l’ensemble des engagements environnementaux pris par la France soit mené à leur terme. 

La lutte contre le réchauffement climatique et contre l’inaction climatique est dans le viseur du gouvernement français. À ce titre, pour respecter les engagements pris par la France dans le cadre de l’Accord de Paris, Emmanuel Macron souhaite aller « deux fois plus vite » dans la réduction de ses émissions de gaz à effet de serre (GES). 

C’est notamment pour cette raison que cette fonction a vu le jour, élevant l’écologie comme un véritable projet national.

Comment faire face « au combat du siècle » ? ⚔️

Comme le terme l’indique, il s’agit de planifier les actions climatiques pour véritablement s’y tenir. Ainsi, il convient de :

  • fixer des objectifs économiques, sociaux et environnementaux à moyen et long terme, pour mener une transition écologique efficace ;
  • mobiliser des financements publics et privés ;
  • définir les étapes à mettre en place en mobilisant toutes les parties prenantes (état, citoyens, collectivités, entreprises et les institutions) ;
  • appliquer les stratégies en instaurant des contraintes, un suivi - voire une sanction en cas d’un manque d’implication - pour respecter les engagements.

Concrètement, la personne en charge de la planification écologique - la Première Ministre Elisabeth Borne - supervise l’ensemble des ministres - de l’agriculture, de l’énergie, des transports ou encore du logement -, dans la réalisation de leurs engagements écologiques. En outre, cet été, chaque ministre recevra une feuille de route à suivre pour atteindre les objectifs environnementaux liés au climat et à la biodiversité. 

Vous n’êtes pas sans savoir que le changement climatique est une affaire de tous. Il est donc tout à fait logique que chaque secteur soit impliqué dans la protection de l’environnement. 🌳

👉 À titre d’exemple, l’Éducation nationale va devoir former les élèves aux questions environnementales.

La France, mauvaise élève 👎

Cela n’est plus un secret, pour atteindre la neutralité carbone en 2050, il convient de diminuer les émissions de GES. Et ce n’est pas une mince affaire ! 🥵

À ce titre, d’ici 2030, la France souhaite réduire ses émissions de 40 % par rapport à 1990 et d’avoir 32 % d’énergies renouvelables dans son mix énergétique. Or, en 2020, les énergies renouvelables n’étaient présentes qu’à hauteur de 19 % dans le mix énergétique français. 😅

Par ailleurs, le bilan écologique du quinquennat d’Emmanuel Macron n’est pas jojo. Le Haut Conseil pour le Climat « constate une amélioration mitigée du rythme de baisse des émissions de gaz à effet de serre et du suivi des politiques publiques. Ces dernières sont encore insuffisamment alignées sur la trajectoire de réduction des émissions prévue par la Stratégie nationale bas carbone (SNBC), alors que les objectifs européens vont demander un rehaussement des efforts au niveau national ». 

On continue le désastre ? 👇

En février 2021, la France a été condamnée dans le cadre de « l’Affaire du siècle », pour le non-respect des objectifs bas-carbone 2015-2018. En effet, l’Hexagone a dépassé de 15 millions le plafond fixé à 62 millions de tonnes d’équivalent CO2. Suite à cet échec, le gouvernement a jusqu’au 31 décembre 2022 pour réparer ce préjudice.

En clair : il y a du boulot. 👊

À ce jour, nombre d’objectifs ont été remis en cause - voire abandonnés. Comment expliquer ces multiples échecs ? Plusieurs raisons : 

  • la rencontre d’un obstacle. Il est vrai que la transition écologique peut bouleverser le mode de vie des Français (destruction d’emplois, fin de la vente de véhicules diesel, entre autres) ;
  • les réticences des parties prenantes ;
  • les stratégies ne sont tout simplement pas pilotées une fois adoptées. 

La solution ? Pour favoriser l’acceptabilité sociale, la planification écologique doit créer une mobilisation collective en impliquant l’ensemble des parties prenantes. 🤝

👀 Un concept loin d’être nouveau

Un concept emprunté à la gauche 🔍

Emmanuel Macron n’est pas la première personnalité politique française à évoquer la planification écologique ! C’est durant son discours à Marseille du 16 avril 2022 que le Chef d’État a repris cette idée à Jean-Luc Mélenchon. 💁‍♂️

👀 Pour la petite histoire, la planification est née en 1946 suite à la création du commissariat général du Plan sous l’impulsion du général de Gaulle. L’objectif était de reconstruire l’économie et de moderniser la France d’après-guerre. Ainsi, les plans qui ont contribué à la réussite des Trente Glorieuses ont simplement été repris.

Revenons à nos moutons. 🐏 Alors sénateur du Parti socialiste, c’est en 2008 au Congrès de Reims que le chef de La France Insoumise évoque pour la première fois ce concept. Il le reprend ensuite dans ses campagnes présidentielles de 2012, 2017 et 2021. 

Son idée ? 💡 Créer un Conseil à la planification écologique - en remplacement du Commissariat général au plan - rattaché au Premier Ministre, qui supervise la mise en œuvre des mesures environnementales. La planification écologique doit alors faire l’objet de débats citoyens, d’une consultation des syndicats, ainsi que des branches professionnelles, des associations, des ONG et des laboratoires, avant de donner lieu à une loi débattue au Parlement. 

👉 Ce Conseil est directement inspiré du Gosplan, la planification industrielle de l'URSS, créé en février 1921.

La planification écologique entre enfin au gouvernement 🇫🇷

Face à l’urgence climatique, il n’est plus question de rester les bras ballants. Emmanuel Macron semble nous le démontrer en supprimant le Ministère de la transition écologie - mieux connu sous l’appellation « Ministère de l’impossible ». ❌

Suite à sa réélection, le Président Macron a nommé Elisabeth Borne en tant que première ministre et, occupe par extension, la fonction de ministre de la planification écologique. 

À ses côtés se trouvent Agnès Pannier-Runacher et Amélie de Montchalin, respectivement ministre de la Transition énergétique et ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires. 

Pour veiller à la bonne exécution des stratégies environnementales, Elisabeth Borne a immédiatement nommé un secrétariat général à la planification écologique en la personne d’Antoine Pellion. Ce dernier doit « coordonner l’élaboration des stratégies nationales en matière de climat, d’énergie, de biodiversité et d’économie circulaire » et veiller « à la bonne exécution des engagements pris par tous les ministères en matière d’environnement ».

🌍 Qu’en est-il dans le monde ? De leur côté, les Allemands ont formé un « superministère », qui englobe l’économie, l’énergie et l’écologie. Quant à la Suède, elle est vue comme un modèle pour la France, puisque la planification écologique est de mise depuis plusieurs années.

🎯 Les priorités écologiques françaises

En reprenant les mots d’Emmanuel Macron, « Ce quinquennat sera écologique ou ne sera pas ! ». Le ton est donné, mais les premières actions de la planification écologique seront-elles à la hauteur de cette promesse ? Voici les principaux enjeux que doit relever le gouvernement. 

Sortir des énergies fossiles 🪨

Chargée de la planification énergétique, Agnès Pannier-Runacher a pour mission de diminuer les émissions de GES. Cet objectif s’intègre dans une vision plus large. En effet, Emmanuel Macron souhaite « faire de la France la première grande nation à sortir du gaz, du pétrole et du charbon ».  Pour y parvenir, la ministre partage deux actions primordiales pour sortir peu à peu des énergies fossiles

  1. atteindre la sobriété énergétique en réduisant notre utilisation d’énergie de 40 % par rapport à 2012 et d’ici 2030 ;
  2. rendre les alternatives vertes et durables - notamment via l’achat d’une voiture décarbonée - accessibles aux ménages modestes.

👉 Cet objectif tire son origine de la loi de programmation énergie climat, une feuille de route permettant « d’assurer l’adaptation de notre société aux impacts du changement climatique ».

Par ailleurs, la guerre en Ukraine met en exergue notre dépendance envers le gaz Russe. L’indépendance énergétique est donc plus que nécessaire. Face à cette urgence, la France a plusieurs possibilités : 

  • augmenter ses capacités de production d'énergies renouvelables et bas carbone - grâce au développement de l’éolien en mer - ;
  • relancer la filière du nucléaire - avec la construction de 6 EPR -, selon les vœux du Président.

💡 Pour rappel, Emmanuel Macron souhaite multiplier par 10 la puissance solaire et construire 50 parcs éoliens marins.

Sauvegarder la biodiversité 🍃

De son côté, la mission confiée à Amélie de Montchalin consiste à protéger la biodiversité et par extension à préserver les puits de carbone naturels. Pour ce faire, la ministre de la Transition écologique et de la cohésion des territoires doit finaliser - d’ici la fin de l’année - la Stratégie nationale biodiversité. Cette dernière est construite en lien étroit avec les élus, les chefs d’entreprises, les Français et les associations.

Par ailleurs, la protection de la biodiversité est un sujet qui tient à cœur la nouvelle génération. En outre, le ministère va mettre en avant les 1 000 services civiques dédiés à la nature.

👉 Bon à savoir : La COP15 (Conférence des Parties à la convention des Nations unies sur la diversité biologique) devrait avoir lieu cet été à Kunming en Chine. L’objectif est de définir les nouveaux outils à l’échelle mondiale pour la biodiversité à l’horizon 2030. Du côté de la France, il s’agira d’élaborer une nouvelle stratégie nationale pour la biodiversité.

L’élaboration d’un budget vert 💶

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2023, la transition énergétique devrait bénéficier de 50 milliards d’euros. Cette hausse devrait aller en priorité :

  • à la rénovation thermique des logements - 700 000 par an sur les 5 ans à venir - ; 🏠
  • à la gestion des déchets ; 🗑
  • au développement de transports doux. Pour inciter à l’achat de véhicules durables, le gouvernement souhaite proposer des voitures propres en leasing à la location longue durée pour moins de 100 euros. 🚗

👋 À noter : selon le rapport de la Cour des comptes de mars 2022, MaPrimeRénov’ a permis de rénover 2 500 passoires thermiques au lieu des 80 000 prévues pour l’année 2021. En cause, le coût particulièrement élevé - 20 à 50 milliards nécessaires, au lieu des 6 milliards prévus pour le dispositif MaPrimeRénov’.

🌿 Et si vous apportiez votre pierre à l’édifice ?

Pour relever tous ces défis environnementaux qui nous attendent, la planification écologique requiert l’implication de tous. En tant qu’entreprise, passez dès maintenant à l’action en réalisant votre bilan carbone ! Faites appel à nos experts pour diminuer vos émissions. 📞

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly