Tout ce qu'il faut savoir sur le Green Deal Européen

Le Green Deal Européen est un ensemble de mesures, qui doit ériger l’Europe en tant que leader mondial de la lutte climatique. Explications.

Réchauffement climatique 🔥

 — 

8

minutes de lecture

 — 

3/5/2022

écologie

Lancé en 2019, le Green Deal Européen est un plan ambitieux, élaboré pour faire face aux enjeux environnementaux et climatiques. Grâce à cet ensemble de mesures, l’Union Européenne met tout en œuvre pour être le premier continent à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Ainsi, le Pacte vert concrétise les engagements de l’UE liés au climat. Comment cet ensemble de mesures répond-il à ce qui semble incarner l’un des plus grands défis de notre époque ? Quels sont les changements à venir ? Greenly fait le point.

🌱 Green Deal, Pacte vert… De quoi parle-t-on ?

Avec le Green Deal, le programme climatique et environnemental de la Commission européenne devient l’une des priorités de l’UE. 

Qu’est-ce que le Pacte vert pour l’Europe ? 🔎

Le Pacte vert pour l’Europe (ou European Green Deal) est un engagement pris par les 27 États membres de l’UE, pour faire face à l’urgence climatique. Au vu de la situation actuelle, Ursula von der Leyen considère ce pacte comme « la nouvelle stratégie de croissance » de l’UE et en fait la priorité n°1 de son mandat (2019-2024).

Présenté le 11 décembre 2019 par la Commission européenne, le Green Deal Européen est composé de nombreuses mesures visant à rendre l’Europe climatiquement neutre d'ici à 2050. 

Pour ce faire, l’UE compte transformer nos sociétés en profondeur et bâtir un nouveau modèle économique. De fait, entreprises comme citoyens sont concernés par ce projet ambitieux. Pour y parvenir, un tiers des 1 800 milliards d’euros d’investissements du plan de relance NextGenerationEU finance le Pacte vert pour l’Europe sur les 10 prochaines années (un montant ensuite complété par le budget septennal de l’UE).

Le Green Deal Européen sert également de cadre pour les législations proposées par la Commission européenne depuis 2020. Il s’agit désormais de renforcer l’autonomie stratégique de l’Europe, en suivant un modèle économique durable.

Quels sont les objectifs du Green Deal ? 🎯

Avec le Green Deal, l’UE a pour ambition de devenir le premier continent neutre pour le climat d’ici à 2050. Mais avant d’atteindre cet objectif ultime, le Pacte vert fixe d’abord un but intermédiaire : d’ici à 2030, les États membres doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport à leur niveau en 1990.

En ce sens, le Pacte vert définit sept objectifs :

  1. la fin des émissions nettes de GES d’ici à 2050, pour respecter l’engagement de neutralité carbone pris lors de l’Accord de Paris de 2015 ;
  2. la mise en place d’une ligne de conduite pour sortir de la pandémie de Covid-19 et le financement de nouveaux dispositifs ;
  3. l’élaboration d’un droit climatique européen ;
  4. l’accompagnement des territoires dans la transition écologique (en particulier les pays dépendants des énergies fossiles, comme la Pologne et l’Allemagne). Le « fonds pour une transition juste » (doté de 17,5 milliards d’euros de subventions) a été mis en place en ce sens ;
  5. la transition vers une économie propre et circulaire grâce à l’utilisation efficace des ressources ;
  6. la réduction de la pollution et la restauration de la biodiversité (air pur, eau propre et des sols sains) ;
  7. la création d’une société équitable, compétitive et prospère en améliorant le bien-être et la santé des citoyens et des générations futures.

🤔 Quelles sont les 4 stratégies prioritaires proposées par le Green Deal Européen ? 

Le Green Deal Européen propose 4 stratégies centrales pour accélérer la transition vers la neutralité carbone.

Accompagner la transition écologique et numérique de l’industrie européenne 💻

Adoptée en mars 2020 et mise à jour en mai 2021 suite à la crise sanitaire, la stratégie industrielle pour l’Europe a deux missions. Elle doit soutenir l’industrie européenne dans sa double transition numérique et écologique, tout en favorisant le développement de la compétitivité des entreprises européennes.

Cette stratégie repose sur des partenariats (entre les États membres et/ou l’industrie) pour accélérer la transition vers une Europe plus verte. Ces alliances concernent un large panel d’activités, dont le transport ferroviaire, l’aviation, l’utilisation de matières premières biologiques renouvelables dans la production d’énergie ou encore le transport routier à émissions nulles.

À noter : 11 nouveaux partenariats ont été lancés le 14 juin 2021 pour la période 2021-2030. Au total, 22 milliards d’euros sont dédiés à ces projets.

Soutenir le développement de l’économie circulaire 💰

Le 11 mars 2020, la Commission a publié un plan d’action en faveur de l’économie circulaire. Il se divise en 4 grands objectifs :

  1. Faire de l’utilisation des produits durables une norme au sein de l’UE ;
  2. réduire la production de déchets ;
  3. privilégier la transparence en donnant des informations fiables aux consommateurs (réparabilité et durabilité, notamment) ;
  4. inciter les secteurs les plus gourmands en ressources (matières plastiques, textiles, batteries, matériel électronique, etc.) à contribuer à l’économie circulaire. 

En bref, l’UE espère ainsi améliorer nos modes de production et de consommation, pour préserver l’environnement et renforcer la compétitivité économique de l’Europe.

Protéger la biodiversité 🌳

Le 20 mai 2020, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour répondre à l'urgence environnementale. Baptisée "Ramener la nature dans nos vies", cette stratégie ambitionne à horizon 2030 :

  • que l’agriculture biologique occupe 25 % des terres agricoles de l’UE ;
  • de protéger au moins 30 % des zones marines et terrestres de l’UE (15 % à ce jour) ;
  • de laisser intacts 10 % des océans et des terres de l’UE ;
  • de réduire l’utilisation des pesticides les plus dangereux et chimiques de 50 % et d’interdire les herbicides à base de glyphosate après décembre 2022 ;
  • de réviser l’initiative de l’UE sur les pollinisateurs ;
  • de créer une plateforme européenne pour le verdissement urbain et de définir des objectifs contraignants en ce sens.

Cette stratégie est soutenue par le dispositif « De la ferme à la table », qui vise à rendre l’alimentation plus saine, durable et accessible au sein de l’UE. En effet, le système alimentaire a un impact non négligeable sur l’environnement (un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre provient des systèmes alimentaires). C’est pourquoi ce dispositif s'engage à faire évoluer ledit système actuel vers un modèle durable. 

Travailler à l’intégration des systèmes énergétiques et de l’hydrogène ⚡

Afin d’atteindre la neutralité carbone, la Commission européenne souhaite transformer profondément le système énergétique européen. La stratégie pour l’intégration des systèmes énergétiques (publiée le 8 juillet 2020) propose 38 mesures encadrant la transition vers une énergie verte. Elle repose sur trois piliers principaux :

  1. la création d’un système énergétique circulaire basé sur l’efficacité énergétique ;
  2. l’utilisation des énergies renouvelables (énergie solaire et éolienne) dans les bâtiments, les transports et certaines industries ;
  3. dans le cas où l’instauration des énergies renouvelables est impossible pour certaines activités, privilégier l’utilisation de combustibles plus propres.

De son côté, la stratégie pour l’hydrogène met l’accent sur cette énergie indispensable à la décarbonisation des secteurs difficiles, ainsi qu’à l’indépendance énergétique de l’UE. L’objectif est d’augmenter l’utilisation d’hydrogène renouvelable (produit à partir des énergies éolienne et solaire), en passant de 6 GW d’électrolyseurs d’ici à 2024, à 40 GW en 2030. 

📂 D’autres stratégies sont-elles à l’étude ? 

Pour accompagner ce dispositif d’envergure, d’autres stratégies ont été proposées depuis l’automne 2020. À titre d'exemple, on trouve :

  • la stratégie pour une vague de rénovations, afin de lutter contre la précarité énergétique. L’objectif est de doubler le taux de rénovation des bâtiments ;
  • la stratégie visant à réduire les émissions de méthane (le deuxième GES contributeur au réchauffement climatique) ;
  • la stratégie pour retrouver un environnement libéré des substances toxiques (pesticides, métaux lourds, produits pharmaceutiques, etc.). L’objectif est double : protéger l’environnement et la santé des citoyens ;
  • la stratégie pour les énergies renouvelables en mer. L’UE souhaite augmenter la capacité de production des éoliennes en mer de 12 GW à 60 GW d’ici à 2030 et de 300 GW en 2050 ;
  • le plan d’action « zéro pollution » pour l’air, l’eau et les sols. Cela passe par l’augmentation des normes de qualité, la réduction de la pollution des sols et la révision de la législation européenne des déchets.

💪 “Paré pour 55” et paquet climat : en route vers la décarbonisation !

La lutte contre le réchauffement climatique est au cœur des préoccupations de l'Union Européenne, qui a décidé de compléter son Pacte vert avec de nouvelles mesures phares. « Paré pour 55 » doit transformer l’ambition de neutralité carbone en actions politiques concrètes. 

Qu’est-ce que le paquet climat ? 🧐

Le 14 juillet 2021, la Commission a présenté un ensemble de textes intitulé « Paré pour 55 », dont le nom fait référence à l’objectif intermédiaire fixé par le Green Deal Européen. Les 12 propositions interdépendantes visent à transformer le système économique en profondeur, pour atteindre rapidement la neutralité carbone et bâtir un avenir écologique et prospère.

Ce paquet climat marque le lancement officiel du Pacte vert européen et fait de l’UE la première grande économie au monde à agir concrètement pour le climat. Ainsi, 450 millions de citoyens et l’ensemble des secteurs économiques (transport, agriculture, énergie, finance, industrie, etc.) sont concernés par ce projet d'envergure. Pour atteindre son objectif, ce plan ambitieux doit réviser chaque loi existante à propos de l’environnement et introduire de nouvelles directives.

Le paquet climat est une grande avancée dans la transition écologique, puisque c’est la « première fois qu’une transition énergétique se fait au nom de la défense de l’environnement », indique Jacques Percebois sur Vie Publique. Le Professeur émérite à l’Université de Montpellier, précise qu’elle était auparavant motivée par l’apparition d’une nouvelle énergie plus compétitive ou par une révolution technologique majeure.

Quels sont les chantiers posés par les textes du paquet climat ? 🚧

En lien avec le Pacte vert, le paquet climat propose de nouvelles initiatives législatives concrètes :

  • la refonte du marché européen du carbone de 2005, grâce à la révision du système d’échange de quotas d’émissions de l’Union (SEQE-EU). Ce système fixant le prix du carbone, cette proposition propose d’abaisser le plafond global des émissions et de relever le taux annuel de réduction ;

  • la mise en place d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Cette stratégie est complémentaire du SEQE-EU. Elle permet de renchérir les coûts des importations en prenant en compte l’environnement ;

  • la révision de la directive sur les énergies renouvelables (la part de l’énergie produite à partir des sources renouvelables doit idéalement atteindre 40 %) et la directive sur la taxation de l’énergie ;

  • l’actualisation du règlement de « répartition de l’effort », en renforçant les objectifs de réduction des émissions pour certains secteurs (le bâtiment, le transport routier, le transport maritime intérieur, l’agriculture, les déchets et les petites industries) ;

  • la plantation de trois milliards d’arbres à travers l’Europe d’ici à 2030, en lien avec la stratégie européenne pour les forêts ;

  • la réduction de l’empreinte environnementale de l’aviation (initiative ReFuelEU Aviation) et du transport maritime (initiative FuelEU Maritime). Par ailleurs, l’UE prévoit de taxer le kérosène sur les vols intra-européens, en vue d’élargir l’utilisation du carburant durable ;

  • la rénovation de 3 % des bâtiments du secteur public, afin de diminuer la consommation d’énergie ;

  • la révision du règlement concernant les normes de CO2 pour les voitures neuves. La réduction des émissions moyennes de 55 % à partir de 2030 et de 100 % à partir de 2035 (par rapport aux niveaux de 2021) doit servir l’objectif de mobilité durable. Cette mesure prévoit la fin des véhicules essence et diesel d’ici à 2035.

Pour accompagner ces changements, l’UE va créer un fonds social à hauteur de 144,4 milliards d’euros pour la période 2025-2032. Ce soutien financier est destiné aux citoyens se trouvant dans l’obligation d’effectuer des rénovations dans le cadre du Green Deal Européen.

Bon à savoir : le 15 décembre 2021, la Commission européenne a complété le paquet législatif en indiquant les nouvelles règles liées à l’efficacité énergétique des bâtiments.

Pour conclure...

Depuis le début des années 1970, l’Europe s’engage en faveur de l’environnement au travers de nombreux traités et initiatives. Avec ces nouveaux engagements pour lutter contre le réchauffement climatique, l’Europe se positionne ainsi comme un précurseur du développement durable. Villes plus propres, air plus pur et citoyens en meilleure santé… Le Green Deal Européen est ambitieux. Reste à le mettre en œuvre.

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Engagez votre entreprise la neutralité carbone

Demander une démo

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly

Tout ce qu'il faut savoir sur le Green Deal Européen

Le Green Deal Européen est un ensemble de mesures, qui doit ériger l’Europe en tant que leader mondial de la lutte climatique. Explications.

Réchauffement climatique 🔥
 — 
8
 MinUTES DE LECTURE
 — 
5/3/2022 11:01
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

Lancé en 2019, le Green Deal Européen est un plan ambitieux, élaboré pour faire face aux enjeux environnementaux et climatiques. Grâce à cet ensemble de mesures, l’Union Européenne met tout en œuvre pour être le premier continent à atteindre la neutralité carbone d’ici à 2050. Ainsi, le Pacte vert concrétise les engagements de l’UE liés au climat. Comment cet ensemble de mesures répond-il à ce qui semble incarner l’un des plus grands défis de notre époque ? Quels sont les changements à venir ? Greenly fait le point.

🌱 Green Deal, Pacte vert… De quoi parle-t-on ?

Avec le Green Deal, le programme climatique et environnemental de la Commission européenne devient l’une des priorités de l’UE. 

Qu’est-ce que le Pacte vert pour l’Europe ? 🔎

Le Pacte vert pour l’Europe (ou European Green Deal) est un engagement pris par les 27 États membres de l’UE, pour faire face à l’urgence climatique. Au vu de la situation actuelle, Ursula von der Leyen considère ce pacte comme « la nouvelle stratégie de croissance » de l’UE et en fait la priorité n°1 de son mandat (2019-2024).

Présenté le 11 décembre 2019 par la Commission européenne, le Green Deal Européen est composé de nombreuses mesures visant à rendre l’Europe climatiquement neutre d'ici à 2050. 

Pour ce faire, l’UE compte transformer nos sociétés en profondeur et bâtir un nouveau modèle économique. De fait, entreprises comme citoyens sont concernés par ce projet ambitieux. Pour y parvenir, un tiers des 1 800 milliards d’euros d’investissements du plan de relance NextGenerationEU finance le Pacte vert pour l’Europe sur les 10 prochaines années (un montant ensuite complété par le budget septennal de l’UE).

Le Green Deal Européen sert également de cadre pour les législations proposées par la Commission européenne depuis 2020. Il s’agit désormais de renforcer l’autonomie stratégique de l’Europe, en suivant un modèle économique durable.

Quels sont les objectifs du Green Deal ? 🎯

Avec le Green Deal, l’UE a pour ambition de devenir le premier continent neutre pour le climat d’ici à 2050. Mais avant d’atteindre cet objectif ultime, le Pacte vert fixe d’abord un but intermédiaire : d’ici à 2030, les États membres doivent réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 55 % par rapport à leur niveau en 1990.

En ce sens, le Pacte vert définit sept objectifs :

  1. la fin des émissions nettes de GES d’ici à 2050, pour respecter l’engagement de neutralité carbone pris lors de l’Accord de Paris de 2015 ;
  2. la mise en place d’une ligne de conduite pour sortir de la pandémie de Covid-19 et le financement de nouveaux dispositifs ;
  3. l’élaboration d’un droit climatique européen ;
  4. l’accompagnement des territoires dans la transition écologique (en particulier les pays dépendants des énergies fossiles, comme la Pologne et l’Allemagne). Le « fonds pour une transition juste » (doté de 17,5 milliards d’euros de subventions) a été mis en place en ce sens ;
  5. la transition vers une économie propre et circulaire grâce à l’utilisation efficace des ressources ;
  6. la réduction de la pollution et la restauration de la biodiversité (air pur, eau propre et des sols sains) ;
  7. la création d’une société équitable, compétitive et prospère en améliorant le bien-être et la santé des citoyens et des générations futures.

🤔 Quelles sont les 4 stratégies prioritaires proposées par le Green Deal Européen ? 

Le Green Deal Européen propose 4 stratégies centrales pour accélérer la transition vers la neutralité carbone.

Accompagner la transition écologique et numérique de l’industrie européenne 💻

Adoptée en mars 2020 et mise à jour en mai 2021 suite à la crise sanitaire, la stratégie industrielle pour l’Europe a deux missions. Elle doit soutenir l’industrie européenne dans sa double transition numérique et écologique, tout en favorisant le développement de la compétitivité des entreprises européennes.

Cette stratégie repose sur des partenariats (entre les États membres et/ou l’industrie) pour accélérer la transition vers une Europe plus verte. Ces alliances concernent un large panel d’activités, dont le transport ferroviaire, l’aviation, l’utilisation de matières premières biologiques renouvelables dans la production d’énergie ou encore le transport routier à émissions nulles.

À noter : 11 nouveaux partenariats ont été lancés le 14 juin 2021 pour la période 2021-2030. Au total, 22 milliards d’euros sont dédiés à ces projets.

Soutenir le développement de l’économie circulaire 💰

Le 11 mars 2020, la Commission a publié un plan d’action en faveur de l’économie circulaire. Il se divise en 4 grands objectifs :

  1. Faire de l’utilisation des produits durables une norme au sein de l’UE ;
  2. réduire la production de déchets ;
  3. privilégier la transparence en donnant des informations fiables aux consommateurs (réparabilité et durabilité, notamment) ;
  4. inciter les secteurs les plus gourmands en ressources (matières plastiques, textiles, batteries, matériel électronique, etc.) à contribuer à l’économie circulaire. 

En bref, l’UE espère ainsi améliorer nos modes de production et de consommation, pour préserver l’environnement et renforcer la compétitivité économique de l’Europe.

Protéger la biodiversité 🌳

Le 20 mai 2020, la Commission européenne a présenté sa stratégie pour répondre à l'urgence environnementale. Baptisée "Ramener la nature dans nos vies", cette stratégie ambitionne à horizon 2030 :

  • que l’agriculture biologique occupe 25 % des terres agricoles de l’UE ;
  • de protéger au moins 30 % des zones marines et terrestres de l’UE (15 % à ce jour) ;
  • de laisser intacts 10 % des océans et des terres de l’UE ;
  • de réduire l’utilisation des pesticides les plus dangereux et chimiques de 50 % et d’interdire les herbicides à base de glyphosate après décembre 2022 ;
  • de réviser l’initiative de l’UE sur les pollinisateurs ;
  • de créer une plateforme européenne pour le verdissement urbain et de définir des objectifs contraignants en ce sens.

Cette stratégie est soutenue par le dispositif « De la ferme à la table », qui vise à rendre l’alimentation plus saine, durable et accessible au sein de l’UE. En effet, le système alimentaire a un impact non négligeable sur l’environnement (un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre provient des systèmes alimentaires). C’est pourquoi ce dispositif s'engage à faire évoluer ledit système actuel vers un modèle durable. 

Travailler à l’intégration des systèmes énergétiques et de l’hydrogène ⚡

Afin d’atteindre la neutralité carbone, la Commission européenne souhaite transformer profondément le système énergétique européen. La stratégie pour l’intégration des systèmes énergétiques (publiée le 8 juillet 2020) propose 38 mesures encadrant la transition vers une énergie verte. Elle repose sur trois piliers principaux :

  1. la création d’un système énergétique circulaire basé sur l’efficacité énergétique ;
  2. l’utilisation des énergies renouvelables (énergie solaire et éolienne) dans les bâtiments, les transports et certaines industries ;
  3. dans le cas où l’instauration des énergies renouvelables est impossible pour certaines activités, privilégier l’utilisation de combustibles plus propres.

De son côté, la stratégie pour l’hydrogène met l’accent sur cette énergie indispensable à la décarbonisation des secteurs difficiles, ainsi qu’à l’indépendance énergétique de l’UE. L’objectif est d’augmenter l’utilisation d’hydrogène renouvelable (produit à partir des énergies éolienne et solaire), en passant de 6 GW d’électrolyseurs d’ici à 2024, à 40 GW en 2030. 

📂 D’autres stratégies sont-elles à l’étude ? 

Pour accompagner ce dispositif d’envergure, d’autres stratégies ont été proposées depuis l’automne 2020. À titre d'exemple, on trouve :

  • la stratégie pour une vague de rénovations, afin de lutter contre la précarité énergétique. L’objectif est de doubler le taux de rénovation des bâtiments ;
  • la stratégie visant à réduire les émissions de méthane (le deuxième GES contributeur au réchauffement climatique) ;
  • la stratégie pour retrouver un environnement libéré des substances toxiques (pesticides, métaux lourds, produits pharmaceutiques, etc.). L’objectif est double : protéger l’environnement et la santé des citoyens ;
  • la stratégie pour les énergies renouvelables en mer. L’UE souhaite augmenter la capacité de production des éoliennes en mer de 12 GW à 60 GW d’ici à 2030 et de 300 GW en 2050 ;
  • le plan d’action « zéro pollution » pour l’air, l’eau et les sols. Cela passe par l’augmentation des normes de qualité, la réduction de la pollution des sols et la révision de la législation européenne des déchets.

💪 “Paré pour 55” et paquet climat : en route vers la décarbonisation !

La lutte contre le réchauffement climatique est au cœur des préoccupations de l'Union Européenne, qui a décidé de compléter son Pacte vert avec de nouvelles mesures phares. « Paré pour 55 » doit transformer l’ambition de neutralité carbone en actions politiques concrètes. 

Qu’est-ce que le paquet climat ? 🧐

Le 14 juillet 2021, la Commission a présenté un ensemble de textes intitulé « Paré pour 55 », dont le nom fait référence à l’objectif intermédiaire fixé par le Green Deal Européen. Les 12 propositions interdépendantes visent à transformer le système économique en profondeur, pour atteindre rapidement la neutralité carbone et bâtir un avenir écologique et prospère.

Ce paquet climat marque le lancement officiel du Pacte vert européen et fait de l’UE la première grande économie au monde à agir concrètement pour le climat. Ainsi, 450 millions de citoyens et l’ensemble des secteurs économiques (transport, agriculture, énergie, finance, industrie, etc.) sont concernés par ce projet d'envergure. Pour atteindre son objectif, ce plan ambitieux doit réviser chaque loi existante à propos de l’environnement et introduire de nouvelles directives.

Le paquet climat est une grande avancée dans la transition écologique, puisque c’est la « première fois qu’une transition énergétique se fait au nom de la défense de l’environnement », indique Jacques Percebois sur Vie Publique. Le Professeur émérite à l’Université de Montpellier, précise qu’elle était auparavant motivée par l’apparition d’une nouvelle énergie plus compétitive ou par une révolution technologique majeure.

Quels sont les chantiers posés par les textes du paquet climat ? 🚧

En lien avec le Pacte vert, le paquet climat propose de nouvelles initiatives législatives concrètes :

  • la refonte du marché européen du carbone de 2005, grâce à la révision du système d’échange de quotas d’émissions de l’Union (SEQE-EU). Ce système fixant le prix du carbone, cette proposition propose d’abaisser le plafond global des émissions et de relever le taux annuel de réduction ;

  • la mise en place d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. Cette stratégie est complémentaire du SEQE-EU. Elle permet de renchérir les coûts des importations en prenant en compte l’environnement ;

  • la révision de la directive sur les énergies renouvelables (la part de l’énergie produite à partir des sources renouvelables doit idéalement atteindre 40 %) et la directive sur la taxation de l’énergie ;

  • l’actualisation du règlement de « répartition de l’effort », en renforçant les objectifs de réduction des émissions pour certains secteurs (le bâtiment, le transport routier, le transport maritime intérieur, l’agriculture, les déchets et les petites industries) ;

  • la plantation de trois milliards d’arbres à travers l’Europe d’ici à 2030, en lien avec la stratégie européenne pour les forêts ;

  • la réduction de l’empreinte environnementale de l’aviation (initiative ReFuelEU Aviation) et du transport maritime (initiative FuelEU Maritime). Par ailleurs, l’UE prévoit de taxer le kérosène sur les vols intra-européens, en vue d’élargir l’utilisation du carburant durable ;

  • la rénovation de 3 % des bâtiments du secteur public, afin de diminuer la consommation d’énergie ;

  • la révision du règlement concernant les normes de CO2 pour les voitures neuves. La réduction des émissions moyennes de 55 % à partir de 2030 et de 100 % à partir de 2035 (par rapport aux niveaux de 2021) doit servir l’objectif de mobilité durable. Cette mesure prévoit la fin des véhicules essence et diesel d’ici à 2035.

Pour accompagner ces changements, l’UE va créer un fonds social à hauteur de 144,4 milliards d’euros pour la période 2025-2032. Ce soutien financier est destiné aux citoyens se trouvant dans l’obligation d’effectuer des rénovations dans le cadre du Green Deal Européen.

Bon à savoir : le 15 décembre 2021, la Commission européenne a complété le paquet législatif en indiquant les nouvelles règles liées à l’efficacité énergétique des bâtiments.

Pour conclure...

Depuis le début des années 1970, l’Europe s’engage en faveur de l’environnement au travers de nombreux traités et initiatives. Avec ces nouveaux engagements pour lutter contre le réchauffement climatique, l’Europe se positionne ainsi comme un précurseur du développement durable. Villes plus propres, air plus pur et citoyens en meilleure santé… Le Green Deal Européen est ambitieux. Reste à le mettre en œuvre.

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.