Tout comprendre sur la réglementation Product Environmental Footprint (PEF)

En Europe, trop de labels écologiques sont en vigueur. Le Product Environmental Footprint (PEF) vient mettre un coup de pied dans la fourmilière. Explications.

Normes & réglementations🪧

 — 

7

minutes de lecture

 — 

20/5/2022

montagnes

Sommaire

L’Union Européenne travaille actuellement à la mise en place du Product Environmental Footprint (PEF). Encore une énième réglementation, pensez-vous ? 👀 Oui, mais non. Ce projet d’envergure est justement une réponse à la prolifération de labels écologiques dans le monde et en Europe - respectivement au nombre de 450 et 230 labels. Il n’est pas étonnant que les entreprises et les consommateurs ne savent plus où donner de la tête… 🤯

L’idée est de créer un outil commun à tous les pays membres de l’UE, pour mesurer l’empreinte environnementale d’un produit ou d’un service. Dès lors, la Commission européenne s’engage fermement dans la lutte contre le greenwashing. 

Comment fonctionne ce score environnemental ? Qui est concerné ? Nous tentons d’expliquer cette nouvelle méthode dans cet article. 👇

🔎 Product Environmental Footprint, en quoi ça consiste ?

Une future référence européenne 📑

Initiée en 2011 et publiée en 2013 par la Commission européenne, l’Empreinte environnementale de produit - ou « Product Environmental Footprint » (PEF) - est une méthode de mesure rigoureuse et exigeante. Fondée sur une approche multicritère, elle permet de quantifier et d’afficher l’impact environnemental d’un bien ou d’un service. Concrètement, il s’agit de mesurer la pression exercée par l’Homme sur la nature, tout au long du cycle de vie (ACV) d’un produit ou d’un service. 📏

📝 Bon à savoir : une organisation peut également évaluer son empreinte écologique, grâce à la méthodologie similaire appelée OEF - Empreinte Environnementale des Organisations.

En cours de développement - nous sommes actuellement dans la phase de transition -, cette réglementation européenne fait partie de l’initiative « Marché unique des produits verts », lancée en 2013 par la Commission européenne. Au vu du grand nombre de labels en vigueur dans le monde - plus de 400 à ce jour -, il n’est pas rare de relever des incohérences entre tous ces dispositifs écologiques. 😅 À ce titre, le Product Environmental Footprint remplace certains labels inutiles ou redondants et certifie qu’un produit ou qu’un service est « vert ».

👉 Pour faire simple, il s’agit d’un affichage environnemental uniformisé à l’échelle européenne - qui pourrait même s’étendre à l’échelle mondiale !. 🌍

Un triple objectif 🎯

Destinée en priorité aux entreprises et aux PME, le Product Environmental Footprint a un triple objectif :

  • fournir des données claires, fiables, comparables et reproductibles, pour aider les consommateurs à prendre des décisions d’achat plus éclairées - privilégier des alternatives vertes, écoresponsables et durables, entre autres - ;

  • prendre en compte les performances environnementales des produits provenant du marché européen, afin de lutter efficacement contre le greenwashing ;

  • favoriser les initiatives liées à l’économie circulaire et valoriser les produits moins impactants. 

À terme, la PEF devrait devenir l’unique méthode de notation de l’UE. 🥇

Ce dispositif répond ainsi à un ensemble de règles communes aux pays membres de l’Europe. Ces règles sont couplées à des normes spécifiques pour chaque catégorie de produits, lesquelles sont regroupées dans le référentiel PEFCR (« PEF Category Rules »).

👉 Pour valider la mise en place de cette méthode, plus de 3 000 parties prenantes - dont des scientifiques, des experts et des fabricants volontaires - et 280 organisations ont mené une série d’expérimentations entre 2013 et 2018. Suite à ces tests, l’efficacité de la PEF a été prouvée sur une large gamme de biens (les batteries, le cuir, les bières, les t-shirts, le vin, les détergents ménagers ou encore l’équipement numérique).

🤔 Comment ça fonctionne exactement ?

Les 16 critères clés 🗝

C’est bien beau tout ça, mais comment est-ce possible de calculer l’impact environnemental global de chaque bien et service ? 🧐 Souhaitant devenir la référence européenne, la PEF a défini une méthodologie de calcul multicritère, qui couvre 16 paramètres environnementaux :

  1. le changement climatique ;
  2. les particules fines ;
  3. l’épuisement des ressources en eau ;
  4. l’épuisement des ressources énergétiques non renouvelables ;
  5. l’usage des terres ;
  6. l’épuisement des ressources minérales non renouvelables ;
  7. l’appauvrissement de la couche d’ozone ;
  8. l’acidification ;
  9. la radiation ionisante ;
  10. la formation photochimique d’ozone ;
  11. l’eutrophisation terrestre ;
  12. l’eutrophisation marine ;
  13. l’eutrophisation en eau douce ;
  14. la toxicité humaine cancérigène ;
  15. l’écotoxicité de l’eau douce ;
  16. la toxicité humaine non cancérigène.

Quelques explications. 👨‍🏫 

Certes, le CO2 est l’un des principaux gaz à effet de serre (GES) responsables du réchauffement climatique. Toutefois, l’empreinte environnementale ne s’arrête pas aux émissions de carbone ! 💨 À titre d’illustration, la Commission européenne - lors de la phase d’expérimentation de la PEF - a conclu que l’empreinte carbone ne représente qu’un tiers de l’impact environnemental global d’un produit. Par conséquent, se focaliser sur l’empreinte carbone seule est loin d’être suffisant. ❌

L’ACV, un élément fondamental 💥

Pour mener une analyse Product Environmental Footprint complète, il est nécessaire de prendre ces 16 critères en compte, mais également de suivre un processus de six grandes étapes :

  1. la définition des objectifs - l’application prévue, la justification de l’étude et le public cible - ;
  2. la définition du champ de l’étude - c’est-à-dire, les choix méthodologiques - ;
  3. l’inventaire du cycle de vie (ICV) - la collecte des données et la méthode de calcul pour les intrants et les extrants - ;
  4. l’évaluation de l’impact du cycle de vie (ACV) ;
  5. l’interprétation des résultats de la PEF ;
  6. le rapport de PEF - qui se solde par l’attribution d’une note située entre 1 et 6. Plus le score est faible, plus le produit est respectueux de l’environnement. 🌱

Néanmoins, le Product Environmental Footprint se fonde tout particulièrement sur l’analyse du cycle de vie (ACV) - encadrée par les normes ISO 14040 et 14044. L’évaluation des impacts potentiels du produit implique le recensement et la quantification des flux entrants (les matières premières) et des flux sortants (les émissions et les déchets) associés aux activités humaines. Et ce, à chaque étape de la chaîne d’approvisionnement - de l’extraction jusqu’à la gestion des déchets.

Concrètement, l’ACV s’appuie sur trois critères clés :

  1. les émissions de GES ;
  2. la destruction de la biodiversité et de l’écosystème ;
  3. la consommation des ressources naturelles.

👋 Bon à savoir : l’ACV est une étape primordiale pour entamer une démarche d’écoconception - c’est-à-dire, fabriquer un produit à faible impact environnemental.

🇫🇷🥇 L’affichage environnemental : la France pionnière dans ce domaine

Considérée comme précurseur dans la mesure et l’affichage environnemental, la France s’intéresse à l’empreinte écologique des biens depuis 2009. Cocorico ! 🐓 Très similaire au Nutri-Score - qui indique la qualité nutritionnelle des denrées alimentaires -, l’affichage environnemental attribue à chaque bien ou service, une note A, B, C, D ou E selon son empreinte écologique.

Cet affichage prend la forme d’une étiquette directement apposée sur les produits ou services en rayonnage ou sur Internet. L’objectif est double :

  • favoriser la comparaison entre des produits ou des services similaires ;
  • inciter les fabricants à améliorer la performance de leur produit ou de leur service.

Initiée en 2009 et ajoutée le 24 août 2021 à l’article 2 de la loi Climat et résilience, cette démarche volontaire est en cours d’expérimentation. 👀 Le décret - qui doit déterminer les services et les biens concernés par l’obligation - devrait être publié en septembre 2022 et s’appliquera en priorité au secteur du textile - la deuxième industrie la plus polluante au monde.

👉 Bon à savoir : le tout premier label volontaire basé sur la méthode PEF est Italien ! 🇮🇹 Surnommé « Made Green in Italy », il a été introduit dans la loi n° 221 en 2015 et appliqué depuis 2018 en tant que règlement opérationnel par le ministère de l’Environnement.

🧐 Quel intérêt pour les entreprises ?

Améliorer ses performances environnementales 📈

La mise en place d’une gestion produit durable à des répercussions directes sur les performances environnementales globales. À ce titre, la mise en place de cette méthode de calcul précise et fiable permet :

  • de comparer les performances des produits à ceux des concurrents ;
  • d’identifier les risques environnementaux ;
  • de clarifier les performances des produits ;
  • de mettre en place des politiques de réduction de l’impact environnemental ;
  • de tendre vers l’écoconception.

Redorer son image de marque et gagner en compétitivité 💪

Devenir une entreprise éthique et responsable permet d’attirer les consommateurs soucieux  de leur empreinte écologique et par conséquent, de prendre le pas sur la concurrence. 😈 En effet, répondre aux exigences des consommateurs, implique de communiquer de manière totalement transparence sur les performances des produits. 

À ce titre, l’entreprise qui répond aux exigences du Product Environmental Footprint est à même de rassurer ses consommateurs quant à la performance écologique de ses biens ou services. À terme, cela permet d’améliorer la réputation de l’entreprise et, par extension, d’ouvrir à de nouveaux marchés, ainsi qu’à de nouvelles opportunités. 

🔎 À noter : les fournisseurs et les investisseurs sont plus enclins à travailler avec des entreprises bas-carbone et respectueuses de l’environnement.

Anticiper les prochaines réglementations environnementales ⚖️

Même si ce dispositif implique la création d’une étiquette uniforme dans l’UE, de futures réglementations vont pointer le bout de leur nez, c’est certain ! 👋 D’ores et déjà respecter les critères de la PEF permet de faire face à des mesures de plus en plus ambitieuses. Ainsi, s’inscrire dans une démarche RSE donne lieu à de meilleures performances économiques, mais également à la mise en place de pratiques durables qui répondent aux objectifs environnementaux de l’entreprise.  🌱

Par ailleurs, se plier à la réglementation Product Environmental Footprint permet de faire des économies non négligeables. Terminé les multiples frais à destination des labels quasiment identiques : la PEF devient un modèle unique dans l’UE.

🌳 Participez à la transition écologique !

N’attendez pas la dernière minute pour vous conformer aux réglementations ! Faites appel à nos experts pour réaliser le bilan carbone de votre entreprise et ainsi identifier les enjeux environnementaux. 😎

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique avec Greenly