Quel est le bilan carbone des principaux secteurs d'activité économique ?

Bilan carbone de l'industrie, de l'électricité, de l'agriculture, des transports, du bâtiment, de la santé, des hôpitaux etc. Comment réduire leur impact?

Empreinte carbone 💭
 — 
5
 MinUTES DE LECTURE
 — 
5/15/2021 19:38
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

À l’heure où il est de bon ton de passer en revue les différents postes d'émissions de gaz à effet de serre de nos sociétés pour lutter contre le réchauffement climatique, dressons le bilan… carbone par secteurs d’activités économiques. Dans quelle mesure la production d’électricité, les banques, l’agriculture, le numérique, ou encore le bâtiment et les transports contribuent-ils à polluer l’atmosphère ?

Bilan carbone de la production d'électricité

Derrière la plupart des produits et des services que nous nous plaisons à consommer, il y a l’électricité. Qu’elle provienne d’une centrale thermique, nucléaire, ou d'énergies renouvelables, sa production compte pour près de 43% des émissions de gaz à effet de serre (GES) liées à l'activité humaine.

Le bilan carbone de la production d'électricité prend en compte la totalité des GES émis lors de sa production mais aussi la construction et le démantèlement de ces différents modes de production… En fonction des technologies employées, la production d'électricité est plus ou moins polluante : entre le charbon et les énergies renouvelables, l’impact carbone de la production d’électricité varierait de 1 à 20…

Les centrales thermiques, prépondérantes en Chine et Inde, sont les plus nombreuses, car moins chères à construire. Parmi elles, les centrales à charbon produisent près de 40 % de l’électricité mondiale. Hélas, elles sont aussi responsables de 73 % des émissions liées à notre consommation d'électricité… Côté nucléaire, les centrales émettent très peu : 6 grammes de CO2eq/kWh. Mais c’est sans compter sur la gestion des déchets et les potentiels (très graves!) accidents. En termes d’énergies renouvelables, les parcs solaires photovoltaïques s’en sortent très bien, avec un facteur d’émission de 56 gCO2e par kWh, de même que les parcs éoliens, avec un taux d’émissions entre 14 et 15 gCO2e par kWh selon que les éoliennes soient sur terre ou en mer…

Bilan carbone du numérique

Si nous consommons tant d'électricité, c’est en grande partie pour alimenter le très énergivore secteur du numérique.

Le bilan carbone du numérique, ou bilan carbone de l’informatique et d’internet comme disent certains, serait selon un rapport présenté en 2020 par le Sénat à l’origine de 3,7 % des émissions totales de GES et de 4,2 % de la consommation mondiale d’énergie. A l’échelle de notre pays, il représenterait 2 % du total des émissions de l’année dernière. Selon l’Insee et le groupe de réflexion The Shift Project, 44 % du bilan carbone du numérique serait imputable à la fabrication des terminaux, des centres informatiques et des réseaux, et 56 % à leur utilisation, depuis l’envoie d’email au visionnage de vidéos.

A titre d’exemple, l’Internet recouvre plus de 9 milliards d'équipements et 45 millions de serveurs dans le monde, responsables de près de 10% de la consommation d’électricité globale. En termes d'infrastructures, les réseaux de télécommunications et les data centers, ont consommé en 2016 près de 416 térawattheures d'électricité à l’échelle internationale, soit presque autant que la France entière, 473 térawattheures pour la même période.

D’après l’ONG Greenpeace, c’est la fabrication des équipements informatiques (tablettes, ordinateurs, smartphones, téléviseurs et IoT…) qui consomme le plus d’énergie, puisque toute la chaîne de production de ces appareils fonctionne aux énergies fossiles. Une illustration qui donne à réfléchir : la production d'un téléviseur de 11 kilos, qui induit l’extraction de 2,5 tonnes de matières premières, génère 350 kg de CO2, soit autant qu’un aller-retour Paris-Nice en avion…

Bilan carbone de l'agriculture


Comme on ne peut pas (encore?) manger nos ordinateurs, impossible de tirer une croix sur les légumes, les céréales, et la viande...

En France, le bilan carbone de l’agriculture compterait selon l’ADEME pour un cinquième des émissions de GES, soit le troisième poste d’émissions du pays, avec 88 MtC02 émis en 2017, dont 12 Mt de CO2 liés à la consommation d’énergie par les machines agricoles et sylvicoles. Une bonne nouvelle : les émissions de GES de l’agriculture auraient diminué de 6 % entre 1990 et 2017…

Comment se répartissent ces émissions ?

  • L’élevage : 70 % des émissions nationales de méthane (CH4)
  • La culture des sols (fertilisation minérale et organique) de 74 % des émissions nationales de protoxyde d’azote (N2O).
💡 À noter : selon l’ADEME, le bilan carbone des exploitations agricoles varient énormément en fonction des pays. A titre d’exemple, une salade cultivée sous serre chauffée en Allemagne en hiver générera deux fois plus de GES qu’une salade produite en Espagne en plein air (240 grammes d’équivalent CO2 contre 510 grammes).
Greenly - Bilan carbone de l'agriculture

Bilan carbone des transports

Voiture, avion, bateau, train ou encore trottinettes électriques… En France, les transports sont d’après l’ADEME les principaux émetteurs de CO2 : ils totalisent 39 % de nos émissions nationales. Le bilan carbone des transports est bien sûr très disparate en fonction des véhicules analysés. Pour faire le point, il faut comparer l’empreinte carbone des différents modes de transport (combien de CO2 émis par kilomètre par passager) en prenant en considération différents facteurs : le modèle du véhicule (neuf ou vieux) et son pays de fabrication, sa durée de vie etc…

Quelques chiffres pour se donner une idée :

  • L’avion : entre 145 à 285 g de CO2 émis par passager par kilomètre parcouru, le bilan carbone de l’avion en fait l’un des modes de transports les plus polluants au monde!
  • La voiture : son bilan carbone oscillerait entre 100 à 150 g par kilomètres et par passager. Des chiffres à prendre avec hauteur tant le calcul est complexe et les résultats variables en fonction des critères pris en compte
  • Le train : 2,4 g CO2 par kilomètre pour le TGV, 8,1 g pour l’Intercité, et 29,4 pour les TER. Bravo!
  • Un ferry : 267 grammes équivalent CO2 par kilomètre

On aimerait bien vous conseiller de favoriser les trottinettes électriques pour moins polluer, mais il s’agit d’une fausse bonne idée…

Bilan carbone du bâtiment

Côté logement et construction, le bilan carbone du bâtiment n’est pas des moindres… Pour le calculer, il faut se référer au bilan carbone BTP construction, qui permet notamment d’évaluer la dépendance d’un projet aux combustibles fossiles. En effet, les entreprises de gros œuvre, c’est-à-dire les entreprises en charge de la construction des fondations, du soubassement, de l'assainissement, de l'élévation des murs, de la toiture, de la charpente, et parfois des menuiseries extérieures, sont très exposées à la contrainte carbone. De manière générale, leur activité induit entre 500 et 750 kg équivalent CO2 par euro de chiffre d’affaires…

Bilan carbone des banques

Un rapport publié conjointement par Les Amis de la Terre France et Oxfam France en 2019 a décortiqué les émissions de gaz à effet de serre issues des activités de financement et d’investissement de 2018 des principales banques françaises (BNP Paribas, Crédit Agricole, Société Générale et Banque Populaire Caisse d’Epargne) dans les énergies fossiles ; les résultats sont glaçants!

D’après cette étude, l’empreinte carbone des banques françaises représente au total 4,5 fois les émissions de GES de la France entière. À elles seules, BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale émettraient chacune plus que le territoire français! Petit rappel : suite à l’adoption des lois Grenelle 1 et 2 adoptées respectivement en 2009 et 2010, il nous faut diviser par quatre nos émissions de GES d’ici 2050 par rapport à celles de 1990. Que les banques n’hésitent pas à se mettre au diapason!  

En conclusion, pour polluer moins, il nous faut arrêter de changer d’iPhone tous les ans, de manger de la viande à tous les repas, de prendre l’avion pour faire Paris-Marseille. Et peut-être, pour ceux qui peuvent, pourquoi pas changer de banques…

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir