Empreinte carbone : définition et méthode de calcul

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ? Comment la calculer ? Quelles solutions pour la réduire ? Les réponses dans cet article.

Bilan carbone 📊

 — 

4

 minutes de lecture

 — 

20/10/2021

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

Empreinte carbone : définition

L’empreinte carbone est un indicateur qui rend compte des GES (gaz à effet de serre) émis par l’activité humaine. Leur concentration dans l’atmosphère retient les rayonnements solaires réfractés sur la surface terrestre. Ils sont ainsi en partie responsables du réchauffement climatique.

L’empreinte carbone est exprimée en dioxyde de carbone équivalent (CO2e). Les GES ont tous un pouvoir de réchauffement climatique (PRC) différent. Cet indicateur est alors un moyen d’uniformiser la lecture de ces impacts puisqu’ils sont exprimés en volume de CO2 retenant la même quantité de rayonnement solaire.

Empreinte carbone : définition

Les différents gaz à effet de serre

On distingue trois types de gaz à effet de serre : 

  • GES domestiques (carburants, chauffage, consommation électrique…) ; 
  • GES de la production intérieure du pays ; 
  • GES de la production importée.

Ces émanations proviennent de différentes pratiques et activités humaines : combustion des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), déforestation, agriculture intensive, exploitation minière (extraction de métaux pour la fabrication de batteries, de bijoux…), entre autres.

Le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat) a recensé plus de 40 gaz à effet de serre. Les GES aux émissions les plus importantes sont les suivants :

  • Dioxyde de Carbone ( CO2 ) ; 
  • Méthane (CH4) ; 
  • Ozone (O3) ; 
  • Protoxyde d’Azote  (N20) ;
  • Gaz fluorés : Hydrofluorocarbure (HFC), Perfluorocarbure (PFC), Hexafluorure de soufre (SF6).

Empreinte carbone vs bilan carbone

“Empreinte carbone” et “bilan carbone” sont deux notions étroitement liées, mais elles ne renvoient pas à la même chose. L’empreinte carbone constitue la trace de GES que nous laissons derrière nos productions et consommations. En revanche, le bilan carbone est l’analyse de GES émis par nos différentes activités. 

Autrement dit, il permet de dresser un état des lieux du CO2 généré par chacune de nos actions. Il constitue un moyen de cibler les pôles dont la réduction de l’empreinte carbone est nécessaire.

Comment calculer son empreinte carbone personnelle ?

Pour calculer son empreinte carbone personnelle, l’agence de la transition écologique ADEME propose une méthode fondée sur des facteurs physiques et monétaires. D’autres méthodes et outils en ligne sont également disponibles pour mesurer nos émissions de GES.

Empreinte carbone personnelle

La méthodologie pour calculer l’empreinte carbone au quotidien

Les ratios physiques

Lorsqu’il s’agit d’un facteur d’émissions physique, on peut préciser la quantité de CO2 rejetée par une unité consommée. Cela s’applique donc aux transports ou à la production agricole, entre autres. Par exemple, consommer un plein d’essence (50 litres) revient à rejeter 114 kg de CO2.

Les ratios monétaires

Un facteur d’émissions monétaire permet d’estimer le contenu de CO2 généré par un produit ou un service à partir de son prix. Il s’exprime en kg CO2e / K € HT et s’applique aux activités et produits qui ne peuvent être calculés à partir de facteurs physiques. C’est le cas d’un produit informatique ou électronique, par exemple.

Les outils en ligne 

Ces méthodes de calcul restent compliquées, en particulier pour ce qui concerne les facteurs monétaires. Différents organismes ont mis en place des outils en ligne pour faciliter l’évaluation de nos émissions en GES. En voici quelques-uns : 

  • Ecolab (ADEME) ; 
  • GoodPlanet ; 
  • MicMac (Avenir Climatique) ; 
  • A2DM.

Les applications pour calculer son empreinte carbone

De Karbon pour mesurer l’empreinte carbone de nos aliments à 90 jours pour nous aider à améliorer notre impact sur l’environnement, de nombreuses applications pour calculer notre empreinte carbone ont vu le jour ces dernières années. Cependant, l’approche la plus innovante reste celle que propose Greenly : le calcul automatique des émissions en CO2 à partir des dépenses bancaires réalisées. 

En effet, le calculateur Greenly se base sur chacune de vos dépenses pour les catégoriser et vous en indiquer avec précision l’impact environnemental. Ainsi, vous connaissez l’émission en CO2 de votre abonnement téléphonique, de vos trajets en voiture ou de votre repas du midi. L’application Greenly va plus loin : elle vous propose une alternative écoresponsable pour chacun de vos achats.

Application Greenly

Un système de tags de ses dépenses

Pour que le calcul de votre empreinte carbone soit le plus précis possible, Greenly a mis en place un système de tag de vos dépenses. Vous pouvez ainsi spécifier un achat en y attribuant un libellé qui permettra alors de le catégoriser et d’en calculer l’impact. Ce système de tags permet de mettre en point des coefficients de calcul optimaux pour chaque dépense catégorisée.

Le bilan carbone pour les entreprises

Le bilan carbone des entreprises est obligatoire depuis 2016. Greenly les accompagne dans la réalisation de celui-ci.

La méthode bilan carbone

Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste du climat, et l’ADEME ont développé une méthode fiable pour dresser un bilan carbone. Elle consiste à comptabiliser toutes les émissions en GES d’un produit ou d’un service consommé, durant toute son existence.

La méthodologie Greenly repose sur deux aspects : 

  • Les dépenses bancaires : grâce à la synchronisation bancaire en toute sécurité, vos dépenses sont analysées afin d’en calculer les émissions en CO2 qui y sont associées.
  • La définition de votre profil : vous répondez à une série de questions qui concernent vos habitudes de consommation (équipements, alimentation, etc.) pour en déterminer les émissions.

Ces données permettent alors de donner une indication précise de votre empreinte carbone et de vous accompagner dans la réduction de celle-ci.

Le bilan GES réglementaire

Le bilan GES réglementaire ou “bilan carbone simplifié” rend compte des émissions directes de gaz à effet de serre et des émissions indirectes liées à l’énergie. La réalisation de celui-ci est obligatoire pour un certain nombre d’acteurs publics et privés. L’ADEME recommande également de faire réaliser le bilan des émissions indirectes non liées à l’énergie, car elles sont majoritaires en entreprise.

Qui est concerné ? 

La réalisation d’un bilan carbone simplifié en France est obligatoire pour : 

  • les entreprises de 500 salariés et plus (250 salariés et plus pour les DOM) ; 
  • les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants ; 
  • les services de l’État ; 
  • les établissements publics de plus de 250 agents.
Bilan GES obligatoire


Il doit être effectué tous les 4 ans pour le secteur privé et tous les 3 ans pour les collectivités territoriales, les services de l’État et les établissements publics.

Pourquoi réaliser un bilan carbone ? 

Renforcer votre image de marque

Au-delà de la préoccupation environnementale, la réalisation d’un bilan carbone complet peut être bénéfique à une entreprise sur bien des aspects. Elle permet alors de : 

  • faire des économies et mieux dépenser ; 
  • sensibiliser vos salariés ; 
  • communiquer auprès de votre communauté et de vos collaborateurs sur la question de l’empreinte carbone ; 
  • gagner en notoriété et attirer les talents de demain ; 
  • enrichir votre rapportage extra-financier.

De plus, c’est un moyen d’anticiper les changements législatifs à venir. La CCC (Convention Citoyenne pour le Climat) suggère en effet de contraindre les entreprises à fournir un bilan carbone annuel. Celle-ci propose même l’application de pénalités financières en cas d’évolution des émissions carbone d’une entreprise.

Quelle solution choisir pour réaliser un bilan carbone d’entreprise ? 

La réalisation d’un bilan carbone d’entreprise certifié demande du temps et une certaine expertise. La confier à un professionnel de confiance est donc conseillé. Cependant, cette démarche peut s’avérer très couteuse selon le type de prestataire choisi.

  1. Les cabinets spécialisés

Pour se faire, les entreprises peuvent donc faire appel à un cabinet spécialisé qui réalisera un calcul de leurs émissions. Les cabinets spécialisés proposent également d’établir la stratégie RSE de leurs clients. Or, s’offrir leurs prestations à un coût non négligeable. La réalisation d’un bilan carbone d’entreprise coûte généralement entre 10 000 et 30 000 euros.

  1. L’outil en ligne Greenly

Simple et fluide, l’outil de pilotage en ligne Greenly est 5 fois moins onéreux qu’un intervenant spécialisé. Il se synchronise au compte bancaire de l’entreprise pour fournir un compte-rendu automatique et précis. Greenly propose ainsi des plans sur-mesure et des solutions adaptées aux entreprises pour constituer de manière efficace leur bilan carbone et réduire leurs émissions GES.

Bilan carbone entreprise avec Greenly

L’empreinte carbone par secteurs en France

L’empreinte carbone en France est estimée à 11,9 tonnes de CO2e par personne en 2020.

Le transport représente le secteur d’activité aux émissions les plus importantes : 2,9 tonnes de CO2 chaque année par personne. Cela s’explique notamment par l’usage important de la voiture. 4 trajets sur 5 s’effectuent en voiture avec seulement 1,5 passager en moyenne. Pour y voir plus clair, voici  le bilan carbone des principaux secteurs d’activité économique français :

En deuxième position, le logement est un poste important d’émissions GES. Chauffage, usages quotidiens, traitement de l’eau, constructions immobilières, gestion des déchets : autant d’éléments à prendre en compte dans la réduction de notre empreinte carbone.

En troisième position, les biens de consommation, en particulier les équipements électroniques, alourdissent le bilan. Leur production demande d’importantes extractions de minéraux (notamment pour la fabrication de batteries lithium-ion). Et leur utilisation, elle, nécessite une consommation accrue d’électricité…

Enfin, la production agro-alimentaire de protéines (viande de bœuf, de porc ou de poulet) représente également une part importante d’émissions GES. En effet, chaque français mange en moyenne 65 kg de viande par an, contre 43 kg pour le reste du monde…

Comparatif des empreintes carbone

Par type de transport

Les transports représentent la part la plus importante de notre empreinte carbone. Pour se faire une idée de l’impact de nos déplacements, voici le détail des émissions GES par type de transport


Par type d’énergie

En France, plus de 90 % de l’électricité produite est décarbonée. En revanche, d’autres types d’énergie sont plus néfastes pour l’environnement. Les émissions en CO2 pour chaque type d’énergie sont les suivantes :


L’empreinte carbone des différents pays

Selon le rapport publié en 2020 de la société BP, engagée dans la transition énergétique, les dix pays qui émettent le plus de CO2 sont les suivants :

  • Chine (9,8 millions de tonnes) ; 
  • États-Unis (4,9 millions de tonnes) ; 
  • Inde (2,4 millions de tonnes) ;
  • Russie (1,5 millions de tonnes) ; 
  • Japon (1,1 millions de tonnes) ; 
  • Allemagne (0,68 millions de tonnes) ; 
  • Iran (0,67 millions de tonnes) ; 
  • Corée du Sud (0,64 millions de tonnes) ; 
  • Arabie Saoudite (0,58 millions de tonnes) ; 
  • Canada (0,56 millions de tonnes). 

A noter que lorsque l'on considère l'empreinte par habitant, c'est le Qatar qui passe premier...

Empreinte carbone du Qatar

Comment réduire son empreinte carbone ?

Heureusement, réduire son empreinte carbone est largement possible et plus facile qu’on ne le pense, notamment grâce aux outils en ligne mis à la disposition des particuliers et des entreprises.

Au quotidien

Identifier ses plus gros facteurs de consommation

Avec des outils en ligne tels que GoodPlanet ou Ecolab (ADEME), vous pouvez estimer vos plus grosses sources d’émissions de GES. L’application Greenly reste cependant la plus adaptée pour réduire votre empreinte carbone au quotidien de manière efficace. En effet, grâce à la synchronisation bancaire, vos émissions en GES sont calculées en temps réel en fonction de vos dépenses. Des alternatives écoresponsables sont alors proposées pour chacune d’entre elles. Mieux consommer pour préserver la planète devient alors plus facile. Tentant, non ?

Adopter des éco-gestes

Des pratiques simples à intégrer dans votre quotidien permettent également de réduire votre empreinte carbone : 

  • privilégier des modes de  transports plus propres (transports en commun, vélo et trottinette électrique, covoiturage…) ; 
  • recycler dès que possible (déchets, textiles et objets) ; 
  • opter pour la seconde main (vêtements, smartphones, ordinateurs, livres…) ; 
  • acheter des produits sans emballage ou suremballage ; 
  • lutter contre la perte énergétique (débrancher son chargeur de téléphone, utiliser des prises avec interrupteur…) ; 
  • endiguer la surconsommation au profit de la nécessité (en ai-je réellement besoin ou en ai-je simplement envie ?).

En adoptant quelques-unes de ces pratiques, vous serez déjà un très bon acteur de la préservation environnementale.

Adopter le vélo comme éco-geste

Privilégier la consommation durable

Ces pratiques s’inscrivent dans un mode de consommation durable et donc plus responsable. La consommation durable en 3 points, c’est : 

  • mieux acheter (produits écologiques) ; 
  • mieux consommer (sans gaspillage et durablement) ; 
  • mieux jeter (le moins possible et recycler).

Consommer de manière durable au quotidien est possible en privilégiant certains produits et pratiques : 

  • Produits électroménagers, numériques, etc. : des indicateurs de performances énergétiques et de recyclage figurent sur la plupart des produits. De plus en plus d’enseignes luttent contre l’obsolescence programmée et proposent donc des produits durables. C’est le cas pour des enseignes telles que Panasonic, Sony, Miele ou encore Faure. Grâce au site produitsdurables.fr, vous pouvez comparer la longévité des différentes marques qui existent sur le marché pour tous types de produits.
  • Alimentation et hygiène : privilégiez les produits biologiques, naturels et locaux. Les grandes surfaces proposent de plus en plus de marques biologiques ou des produits de producteurs locaux. Sinon, vous pouvez vous rendre dans des enseignes spécialisées telles que Biocoop, La Vie Claire ou Naturalia.

Des applications pour lutter contre le gaspillage alimentaire ont également vu le jour. Ainsi, Phénix ou To Good To Go permettent d’acheter à bas prix des produits alimentaires dont la date limite de consommation est proche et qui doivent donc être retirés des rayons.

Enfin, le marché de la seconde main est un bon moyen de consommer de façon durable. Des sites tels que Le Bon Coin, Vinted pour les vêtements ou Backmarket pour les produits électroniques reconditionnés permettent d’acheter à bas prix de manière responsable.

Mettre son épargne au vert

Ce mode de consommation concerne également le monde financier. La finance durable repose sur une vision éthique de l’investissement et de l’épargne. Son but est de réaliser des performances économiques aux impacts sociaux et environnementaux positifs.

Une application mobile a d’ailleurs été développée en ce sens : Rift. Elle permet de savoir comment est investie l’épargne confiée par les particuliers et d’en mesurer l’impact carbone. Les banques proposent aussi des financements durables à travers différents modèles : la finance verte, le social business ou l’ISR (investissement socialement responsable). Votre banquier pourra donc vous guider dans la meilleure façon d’épargner et d’investir sur simple demande de votre part.

Financer le développement durable


Comment investir tout en ayant un impact positif ?

  1. J’investis dans des ETFs à impact positif

Vous souhaitez investir sans trop d’efforts ? Les ETFs sont la solution. Ces paniers d’actions permettent de diversifier vos investissements de manière simultanée. Grâce à des sélecteurs d’ EFTs comme Ark Invest ou Track Insight, vous pouvez cibler ceux qui se concentrent sur les stratégies environnementales des entreprises. Vous pouvez aussi vous focaliser sur les innovations futures positives pour l’environnement.

  1. J’investis dans des entreprises à impact positif via des robo-advisors

Les robo-advisors constituent une solution encore plus simple pour effectuer des investissements à impact positif. Ces robots conseillers gèrent de manière automatisée votre portefeuille d’actions. Vous choisissez alors quelle part de votre portefeuille vous souhaitez consacrée à des investissements responsables. En voici quelques-uns : 

  • Mon Petit Placement ; 
  • Nalo ; 
  • Cashbee.
  1. Choisir les projets dans lesquels je souhaite investir

Si vous souhaitez avoir le contrôle total sur vos investissements, vous pouvez bien entendu choisir vous-même les projets sur lesquels vous positionner. Pour cela, vous pouvez utiliser des plateformes d’investissements classiques qui mesurent l’impact environnemental de ceux-ci. Sinon, vous pouvez opter pour des plateformes telles que Miimosa qui proposent d’investir dans des projets environnementaux liés à l’agriculture et à l’alimentation.

Pour les entreprises

Réaliser un bilan carbone

Réaliser un bilan carbone est le meilleur moyen pour les entreprises de réduire considérablement leurs émissions de GES. Cibler les pôles d’émissions les plus importants et adopter des moyens alternatifs pour en réduire l’activité est la solution la plus adéquate pour celles-ci. D’autant plus qu’elles mobilisent un certain nombre de personnes et de dispositifs (numériques, électriques, etc.). La réduction de l’empreinte carbone les concerne donc particulièrement. Pour ce faire, elles doivent obligatoirement se tourner vers un prestataire habilité à réaliser un bilan carbone selon la méthode de l'ADEME tel que Greenly.

La compensation en dernier recours

L’idée de la compensation carbone est de mettre en place des “puits de carbone” qui permettent d’absorber les émissions émises afin d’atteindre la neutralité carbone. Cela peut être réalisé à travers l’investissement dans les énergies renouvelables ou en plantant des arbres, par exemple.

Greenly est particulièrement engagé dans cette démarche de compensation, tant sur le plan local qu’international, à travers les différents projets de mobilisation mis en place :

  • Projet Gandhi : installation d’éoliennes en Inde pour diminuer l’intensité carbone de la production d’électricité du pays.
  • Projet Floresta de Portel : protection de la forêt de l’état de Parà (Brésil) menacée par la déforestation. Cette forêt abrite un écosystème riche et unique au monde.
  • Projet Ugastoves : distribution de fours de cuisson en Uganda pour remplacer la méthode de cuisson traditionnelle, basée sur la combustion de pétrole.

La compensation ne veut pas dire que la réduction de notre empreinte carbone n'est pas nécessaire. Elle est une réponse complémentaire à la problématique environnementale que nous rencontrons actuellement. Alors, maintenant que vous savez tout sur l’empreinte carbone, deviendrez-vous un acteur de la protection environnementale ? C’est à vous d’agir.

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Engagez votre entreprise vers la neutralité carbone

Demander une démo

Rejoignez des centaines d’entreprises déjà actrices de la transition écologique

Informations envoyées avec succès !
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Empreinte carbone : définition et méthode de calcul

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ? Comment la calculer ? Quelles solutions pour la réduire ? Les réponses dans cet article.

Bilan carbone 📊
 — 
4
 MinUTES DE LECTURE
 — 
10/20/2021 2:34
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

Qu’est-ce que l’empreinte carbone ?

Empreinte carbone : définition

L’empreinte carbone est un indicateur qui rend compte des GES (gaz à effet de serre) émis par l’activité humaine. Leur concentration dans l’atmosphère retient les rayonnements solaires réfractés sur la surface terrestre. Ils sont ainsi en partie responsables du réchauffement climatique.

L’empreinte carbone est exprimée en dioxyde de carbone équivalent (CO2e). Les GES ont tous un pouvoir de réchauffement climatique (PRC) différent. Cet indicateur est alors un moyen d’uniformiser la lecture de ces impacts puisqu’ils sont exprimés en volume de CO2 retenant la même quantité de rayonnement solaire.

Empreinte carbone : définition

Les différents gaz à effet de serre

On distingue trois types de gaz à effet de serre : 

  • GES domestiques (carburants, chauffage, consommation électrique…) ; 
  • GES de la production intérieure du pays ; 
  • GES de la production importée.

Ces émanations proviennent de différentes pratiques et activités humaines : combustion des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon), déforestation, agriculture intensive, exploitation minière (extraction de métaux pour la fabrication de batteries, de bijoux…), entre autres.

Le GIEC (Groupe Intergouvernemental d’Experts sur l’Évolution du Climat) a recensé plus de 40 gaz à effet de serre. Les GES aux émissions les plus importantes sont les suivants :

  • Dioxyde de Carbone ( CO2 ) ; 
  • Méthane (CH4) ; 
  • Ozone (O3) ; 
  • Protoxyde d’Azote  (N20) ;
  • Gaz fluorés : Hydrofluorocarbure (HFC), Perfluorocarbure (PFC), Hexafluorure de soufre (SF6).

Empreinte carbone vs bilan carbone

“Empreinte carbone” et “bilan carbone” sont deux notions étroitement liées, mais elles ne renvoient pas à la même chose. L’empreinte carbone constitue la trace de GES que nous laissons derrière nos productions et consommations. En revanche, le bilan carbone est l’analyse de GES émis par nos différentes activités. 

Autrement dit, il permet de dresser un état des lieux du CO2 généré par chacune de nos actions. Il constitue un moyen de cibler les pôles dont la réduction de l’empreinte carbone est nécessaire.

Comment calculer son empreinte carbone personnelle ?

Pour calculer son empreinte carbone personnelle, l’agence de la transition écologique ADEME propose une méthode fondée sur des facteurs physiques et monétaires. D’autres méthodes et outils en ligne sont également disponibles pour mesurer nos émissions de GES.

Empreinte carbone personnelle

La méthodologie pour calculer l’empreinte carbone au quotidien

Les ratios physiques

Lorsqu’il s’agit d’un facteur d’émissions physique, on peut préciser la quantité de CO2 rejetée par une unité consommée. Cela s’applique donc aux transports ou à la production agricole, entre autres. Par exemple, consommer un plein d’essence (50 litres) revient à rejeter 114 kg de CO2.

Les ratios monétaires

Un facteur d’émissions monétaire permet d’estimer le contenu de CO2 généré par un produit ou un service à partir de son prix. Il s’exprime en kg CO2e / K € HT et s’applique aux activités et produits qui ne peuvent être calculés à partir de facteurs physiques. C’est le cas d’un produit informatique ou électronique, par exemple.

Les outils en ligne 

Ces méthodes de calcul restent compliquées, en particulier pour ce qui concerne les facteurs monétaires. Différents organismes ont mis en place des outils en ligne pour faciliter l’évaluation de nos émissions en GES. En voici quelques-uns : 

  • Ecolab (ADEME) ; 
  • GoodPlanet ; 
  • MicMac (Avenir Climatique) ; 
  • A2DM.

Les applications pour calculer son empreinte carbone

De Karbon pour mesurer l’empreinte carbone de nos aliments à 90 jours pour nous aider à améliorer notre impact sur l’environnement, de nombreuses applications pour calculer notre empreinte carbone ont vu le jour ces dernières années. Cependant, l’approche la plus innovante reste celle que propose Greenly : le calcul automatique des émissions en CO2 à partir des dépenses bancaires réalisées. 

En effet, le calculateur Greenly se base sur chacune de vos dépenses pour les catégoriser et vous en indiquer avec précision l’impact environnemental. Ainsi, vous connaissez l’émission en CO2 de votre abonnement téléphonique, de vos trajets en voiture ou de votre repas du midi. L’application Greenly va plus loin : elle vous propose une alternative écoresponsable pour chacun de vos achats.

Application Greenly

Un système de tags de ses dépenses

Pour que le calcul de votre empreinte carbone soit le plus précis possible, Greenly a mis en place un système de tag de vos dépenses. Vous pouvez ainsi spécifier un achat en y attribuant un libellé qui permettra alors de le catégoriser et d’en calculer l’impact. Ce système de tags permet de mettre en point des coefficients de calcul optimaux pour chaque dépense catégorisée.

Le bilan carbone pour les entreprises

Le bilan carbone des entreprises est obligatoire depuis 2016. Greenly les accompagne dans la réalisation de celui-ci.

La méthode bilan carbone

Jean-Marc Jancovici, ingénieur spécialiste du climat, et l’ADEME ont développé une méthode fiable pour dresser un bilan carbone. Elle consiste à comptabiliser toutes les émissions en GES d’un produit ou d’un service consommé, durant toute son existence.

La méthodologie Greenly repose sur deux aspects : 

  • Les dépenses bancaires : grâce à la synchronisation bancaire en toute sécurité, vos dépenses sont analysées afin d’en calculer les émissions en CO2 qui y sont associées.
  • La définition de votre profil : vous répondez à une série de questions qui concernent vos habitudes de consommation (équipements, alimentation, etc.) pour en déterminer les émissions.

Ces données permettent alors de donner une indication précise de votre empreinte carbone et de vous accompagner dans la réduction de celle-ci.

Le bilan GES réglementaire

Le bilan GES réglementaire ou “bilan carbone simplifié” rend compte des émissions directes de gaz à effet de serre et des émissions indirectes liées à l’énergie. La réalisation de celui-ci est obligatoire pour un certain nombre d’acteurs publics et privés. L’ADEME recommande également de faire réaliser le bilan des émissions indirectes non liées à l’énergie, car elles sont majoritaires en entreprise.

Qui est concerné ? 

La réalisation d’un bilan carbone simplifié en France est obligatoire pour : 

  • les entreprises de 500 salariés et plus (250 salariés et plus pour les DOM) ; 
  • les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants ; 
  • les services de l’État ; 
  • les établissements publics de plus de 250 agents.
Bilan GES obligatoire


Il doit être effectué tous les 4 ans pour le secteur privé et tous les 3 ans pour les collectivités territoriales, les services de l’État et les établissements publics.

Pourquoi réaliser un bilan carbone ? 

Renforcer votre image de marque

Au-delà de la préoccupation environnementale, la réalisation d’un bilan carbone complet peut être bénéfique à une entreprise sur bien des aspects. Elle permet alors de : 

  • faire des économies et mieux dépenser ; 
  • sensibiliser vos salariés ; 
  • communiquer auprès de votre communauté et de vos collaborateurs sur la question de l’empreinte carbone ; 
  • gagner en notoriété et attirer les talents de demain ; 
  • enrichir votre rapportage extra-financier.

De plus, c’est un moyen d’anticiper les changements législatifs à venir. La CCC (Convention Citoyenne pour le Climat) suggère en effet de contraindre les entreprises à fournir un bilan carbone annuel. Celle-ci propose même l’application de pénalités financières en cas d’évolution des émissions carbone d’une entreprise.

Quelle solution choisir pour réaliser un bilan carbone d’entreprise ? 

La réalisation d’un bilan carbone d’entreprise certifié demande du temps et une certaine expertise. La confier à un professionnel de confiance est donc conseillé. Cependant, cette démarche peut s’avérer très couteuse selon le type de prestataire choisi.

  1. Les cabinets spécialisés

Pour se faire, les entreprises peuvent donc faire appel à un cabinet spécialisé qui réalisera un calcul de leurs émissions. Les cabinets spécialisés proposent également d’établir la stratégie RSE de leurs clients. Or, s’offrir leurs prestations à un coût non négligeable. La réalisation d’un bilan carbone d’entreprise coûte généralement entre 10 000 et 30 000 euros.

  1. L’outil en ligne Greenly

Simple et fluide, l’outil de pilotage en ligne Greenly est 5 fois moins onéreux qu’un intervenant spécialisé. Il se synchronise au compte bancaire de l’entreprise pour fournir un compte-rendu automatique et précis. Greenly propose ainsi des plans sur-mesure et des solutions adaptées aux entreprises pour constituer de manière efficace leur bilan carbone et réduire leurs émissions GES.

Bilan carbone entreprise avec Greenly

L’empreinte carbone par secteurs en France

L’empreinte carbone en France est estimée à 11,9 tonnes de CO2e par personne en 2020.

Le transport représente le secteur d’activité aux émissions les plus importantes : 2,9 tonnes de CO2 chaque année par personne. Cela s’explique notamment par l’usage important de la voiture. 4 trajets sur 5 s’effectuent en voiture avec seulement 1,5 passager en moyenne. Pour y voir plus clair, voici  le bilan carbone des principaux secteurs d’activité économique français :

En deuxième position, le logement est un poste important d’émissions GES. Chauffage, usages quotidiens, traitement de l’eau, constructions immobilières, gestion des déchets : autant d’éléments à prendre en compte dans la réduction de notre empreinte carbone.

En troisième position, les biens de consommation, en particulier les équipements électroniques, alourdissent le bilan. Leur production demande d’importantes extractions de minéraux (notamment pour la fabrication de batteries lithium-ion). Et leur utilisation, elle, nécessite une consommation accrue d’électricité…

Enfin, la production agro-alimentaire de protéines (viande de bœuf, de porc ou de poulet) représente également une part importante d’émissions GES. En effet, chaque français mange en moyenne 65 kg de viande par an, contre 43 kg pour le reste du monde…

Comparatif des empreintes carbone

Par type de transport

Les transports représentent la part la plus importante de notre empreinte carbone. Pour se faire une idée de l’impact de nos déplacements, voici le détail des émissions GES par type de transport


Par type d’énergie

En France, plus de 90 % de l’électricité produite est décarbonée. En revanche, d’autres types d’énergie sont plus néfastes pour l’environnement. Les émissions en CO2 pour chaque type d’énergie sont les suivantes :


L’empreinte carbone des différents pays

Selon le rapport publié en 2020 de la société BP, engagée dans la transition énergétique, les dix pays qui émettent le plus de CO2 sont les suivants :

  • Chine (9,8 millions de tonnes) ; 
  • États-Unis (4,9 millions de tonnes) ; 
  • Inde (2,4 millions de tonnes) ;
  • Russie (1,5 millions de tonnes) ; 
  • Japon (1,1 millions de tonnes) ; 
  • Allemagne (0,68 millions de tonnes) ; 
  • Iran (0,67 millions de tonnes) ; 
  • Corée du Sud (0,64 millions de tonnes) ; 
  • Arabie Saoudite (0,58 millions de tonnes) ; 
  • Canada (0,56 millions de tonnes). 

A noter que lorsque l'on considère l'empreinte par habitant, c'est le Qatar qui passe premier...

Empreinte carbone du Qatar

Comment réduire son empreinte carbone ?

Heureusement, réduire son empreinte carbone est largement possible et plus facile qu’on ne le pense, notamment grâce aux outils en ligne mis à la disposition des particuliers et des entreprises.

Au quotidien

Identifier ses plus gros facteurs de consommation

Avec des outils en ligne tels que GoodPlanet ou Ecolab (ADEME), vous pouvez estimer vos plus grosses sources d’émissions de GES. L’application Greenly reste cependant la plus adaptée pour réduire votre empreinte carbone au quotidien de manière efficace. En effet, grâce à la synchronisation bancaire, vos émissions en GES sont calculées en temps réel en fonction de vos dépenses. Des alternatives écoresponsables sont alors proposées pour chacune d’entre elles. Mieux consommer pour préserver la planète devient alors plus facile. Tentant, non ?

Adopter des éco-gestes

Des pratiques simples à intégrer dans votre quotidien permettent également de réduire votre empreinte carbone : 

  • privilégier des modes de  transports plus propres (transports en commun, vélo et trottinette électrique, covoiturage…) ; 
  • recycler dès que possible (déchets, textiles et objets) ; 
  • opter pour la seconde main (vêtements, smartphones, ordinateurs, livres…) ; 
  • acheter des produits sans emballage ou suremballage ; 
  • lutter contre la perte énergétique (débrancher son chargeur de téléphone, utiliser des prises avec interrupteur…) ; 
  • endiguer la surconsommation au profit de la nécessité (en ai-je réellement besoin ou en ai-je simplement envie ?).

En adoptant quelques-unes de ces pratiques, vous serez déjà un très bon acteur de la préservation environnementale.

Adopter le vélo comme éco-geste

Privilégier la consommation durable

Ces pratiques s’inscrivent dans un mode de consommation durable et donc plus responsable. La consommation durable en 3 points, c’est : 

  • mieux acheter (produits écologiques) ; 
  • mieux consommer (sans gaspillage et durablement) ; 
  • mieux jeter (le moins possible et recycler).

Consommer de manière durable au quotidien est possible en privilégiant certains produits et pratiques : 

  • Produits électroménagers, numériques, etc. : des indicateurs de performances énergétiques et de recyclage figurent sur la plupart des produits. De plus en plus d’enseignes luttent contre l’obsolescence programmée et proposent donc des produits durables. C’est le cas pour des enseignes telles que Panasonic, Sony, Miele ou encore Faure. Grâce au site produitsdurables.fr, vous pouvez comparer la longévité des différentes marques qui existent sur le marché pour tous types de produits.
  • Alimentation et hygiène : privilégiez les produits biologiques, naturels et locaux. Les grandes surfaces proposent de plus en plus de marques biologiques ou des produits de producteurs locaux. Sinon, vous pouvez vous rendre dans des enseignes spécialisées telles que Biocoop, La Vie Claire ou Naturalia.

Des applications pour lutter contre le gaspillage alimentaire ont également vu le jour. Ainsi, Phénix ou To Good To Go permettent d’acheter à bas prix des produits alimentaires dont la date limite de consommation est proche et qui doivent donc être retirés des rayons.

Enfin, le marché de la seconde main est un bon moyen de consommer de façon durable. Des sites tels que Le Bon Coin, Vinted pour les vêtements ou Backmarket pour les produits électroniques reconditionnés permettent d’acheter à bas prix de manière responsable.

Mettre son épargne au vert

Ce mode de consommation concerne également le monde financier. La finance durable repose sur une vision éthique de l’investissement et de l’épargne. Son but est de réaliser des performances économiques aux impacts sociaux et environnementaux positifs.

Une application mobile a d’ailleurs été développée en ce sens : Rift. Elle permet de savoir comment est investie l’épargne confiée par les particuliers et d’en mesurer l’impact carbone. Les banques proposent aussi des financements durables à travers différents modèles : la finance verte, le social business ou l’ISR (investissement socialement responsable). Votre banquier pourra donc vous guider dans la meilleure façon d’épargner et d’investir sur simple demande de votre part.

Financer le développement durable


Comment investir tout en ayant un impact positif ?

  1. J’investis dans des ETFs à impact positif

Vous souhaitez investir sans trop d’efforts ? Les ETFs sont la solution. Ces paniers d’actions permettent de diversifier vos investissements de manière simultanée. Grâce à des sélecteurs d’ EFTs comme Ark Invest ou Track Insight, vous pouvez cibler ceux qui se concentrent sur les stratégies environnementales des entreprises. Vous pouvez aussi vous focaliser sur les innovations futures positives pour l’environnement.

  1. J’investis dans des entreprises à impact positif via des robo-advisors

Les robo-advisors constituent une solution encore plus simple pour effectuer des investissements à impact positif. Ces robots conseillers gèrent de manière automatisée votre portefeuille d’actions. Vous choisissez alors quelle part de votre portefeuille vous souhaitez consacrée à des investissements responsables. En voici quelques-uns : 

  • Mon Petit Placement ; 
  • Nalo ; 
  • Cashbee.
  1. Choisir les projets dans lesquels je souhaite investir

Si vous souhaitez avoir le contrôle total sur vos investissements, vous pouvez bien entendu choisir vous-même les projets sur lesquels vous positionner. Pour cela, vous pouvez utiliser des plateformes d’investissements classiques qui mesurent l’impact environnemental de ceux-ci. Sinon, vous pouvez opter pour des plateformes telles que Miimosa qui proposent d’investir dans des projets environnementaux liés à l’agriculture et à l’alimentation.

Pour les entreprises

Réaliser un bilan carbone

Réaliser un bilan carbone est le meilleur moyen pour les entreprises de réduire considérablement leurs émissions de GES. Cibler les pôles d’émissions les plus importants et adopter des moyens alternatifs pour en réduire l’activité est la solution la plus adéquate pour celles-ci. D’autant plus qu’elles mobilisent un certain nombre de personnes et de dispositifs (numériques, électriques, etc.). La réduction de l’empreinte carbone les concerne donc particulièrement. Pour ce faire, elles doivent obligatoirement se tourner vers un prestataire habilité à réaliser un bilan carbone selon la méthode de l'ADEME tel que Greenly.

La compensation en dernier recours

L’idée de la compensation carbone est de mettre en place des “puits de carbone” qui permettent d’absorber les émissions émises afin d’atteindre la neutralité carbone. Cela peut être réalisé à travers l’investissement dans les énergies renouvelables ou en plantant des arbres, par exemple.

Greenly est particulièrement engagé dans cette démarche de compensation, tant sur le plan local qu’international, à travers les différents projets de mobilisation mis en place :

  • Projet Gandhi : installation d’éoliennes en Inde pour diminuer l’intensité carbone de la production d’électricité du pays.
  • Projet Floresta de Portel : protection de la forêt de l’état de Parà (Brésil) menacée par la déforestation. Cette forêt abrite un écosystème riche et unique au monde.
  • Projet Ugastoves : distribution de fours de cuisson en Uganda pour remplacer la méthode de cuisson traditionnelle, basée sur la combustion de pétrole.

La compensation ne veut pas dire que la réduction de notre empreinte carbone n'est pas nécessaire. Elle est une réponse complémentaire à la problématique environnementale que nous rencontrons actuellement. Alors, maintenant que vous savez tout sur l’empreinte carbone, deviendrez-vous un acteur de la protection environnementale ? C’est à vous d’agir.

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir