Quel est l’impact environnemental du carton ?

Vous voulez savoir quel est le bilan carbone de l'emballage carton ? Voici toutes les alternatives, les méthodes pour recycler et les pistes de réduction.

Empreinte carbone 💭
 — 
5
 MinUTES DE LECTURE
 — 
5/15/2021 19:38
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

En 2014, une étude européenne sur la sécurité alimentaire pointait deux comportements des consommateurs par rapport aux emballages de leurs produits alimentaires. Deux éléments en ressortent :

  • 66% des consommateurs européens sont inquiets de la potentielle migration des composés chimiques de l’emballage alimentaire vers le produit consommable ;
  • 74% des consommateurs européens estiment que le verre est l’emballage alimentaire le plus sûr parmi tous ceux présents sur le marché.

Face à ces résultats, comment se positionne l’emballage en carton ? Le verre est-il le contenant vraiment le plus « safe » ? Que penser du plastique et de son bilan carbone ?

Impact environnemental des emballages : quel bilan ?

Pour connaître le bilan carbone des divers emballages, on regarde la consommation d’eau nécessaire à leur fabrication et les émissions de gaz à effets de serre - GES - qu’ils engendrent. En regardant le bilan carbone et le cycle de vie de chaque type d’emballage, on arrive à la conclusion suivante : c’est l’emballage en bois qui s’en sort le mieux. Il a en effet moins d’impact que le plastique ou le carton. Pourquoi ? Parce que le système est vertueux :

  • Parce que 80% des palettes recyclées peuvent être remises sur le marché : 45% dans le même état, 35% après réparation ;
  • Parce que les 20% restants de ces palettes sont transformés en broyats de palettes qui sont trop détériorées pour être remises sur le marché.

Du côté du plastique, les résultats piquent et font du mal à la planète. En comparant les impacts emballage carton-plastique, on retient que le plastique souple est très énergivore :

  • Sa fabrication consomme 1 870 kilos par tonne d’équivalent en CO2 ;
  • En fin de vie, son mode de « recyclage principal » reste l’incinération, qui consomme, elle, 2 384 kilos par tonne d’équivalent en CO2.

Ainsi, pour un emballage en plastique de 15 grammes, 65 grammes de CO2 sont émis. Le résultat est mauvais pour la planète. En outre, l’enfouissement du plastique ne met pas les océans ou les sols à l’abri d’éventuels envols des emballages plastique qui terminent leur course macabre dans nos sous-sols ou dans les océans avec les conséquences dramatiques que l’on connaît pour les animaux, qui meurent par ingestion de plastique - maudit sac de courses…

Quel est le bilan carbone du carton ?

Face au tout plastique et tout plastifié qui n’a désormais plus la côte, le carton peut s’imposer comme une alternative durable et intelligente. Selon la marque éco-responsable Loom, fabriquer des emballages en carton revient à transformer des arbres coupés en pulpe de bois pressée, séchée puis compressée : ce processus émet 964 kilos par tonne d’équivalent en CO2. Pour améliorer cet impact, il faut donc s’orienter vers des arbres issus de forêts durables. Sur ces espaces de reboisement, plusieurs arbres repoussent pour un arbre coupé. Et le bilan est bon pour ces forêts : elles retiennent 730 kilos par tonne d’équivalent en CO2.

On sait aussi qu’en fin de vie, le bilan carbone du recyclage carton est satisfaisant - même s’il n’est pas parfait - car 80% des cartons sont recyclés. Tout au long de sa durée de vie, un emballage comme par exemple une enveloppe kraft, va produire 15 grammes d’équivalent CO2. C’est quatre fois moins qu’un emballage plastique traditionnel. Le seul bémol du carton vient des 13% des déchets cartons qui sont enfouis en décharge. Comme pour le plastique enfoui, le risque vient du fait que des éléments légers peuvent atterrir dans les sous-sols ou les océans. La seule note positive, c’est que le carton se dégrade plus vite que le plastique.

La bonne nouvelle grâce au carton… ondulé

Dans ce paysage de l’emballage carton, les défenseurs du carton ondulé estiment avoir les chiffres de leur côté : selon leurs chiffres, le carton ondulé est l’un des emballages les plus durables, car il est constitué de matières naturelles exclusivement, dont 80% de papier recyclé.

Ce dernier présente plusieurs atouts :

  • Il est 100% renouvelable, 100% recyclable, et 100% biodégradable ;
  • Les encres utilisées sur ce carton sont à base d’eau, donc moins, sinon non-polluantes ;
  • 95% du carton ondulé est recyclé.

Autre solde positif en faveur de l’emballage ondulé : son impact carbone est très faible, estimé à 784 kilos de CO2 pour une tonne de carton. C’est 4 à 6 fois plus du côté du plastique ou de l’aluminium.

Empreinte carbone du carton

Comment réduire l’impact carbone du carton ?

On l’a lu précédemment, utiliser du bois issus de forêts durables améliore le bilan carbone d’un emballage en carton. Ces forêts participent à la retenue du CO2 de manière efficace. L’industrie du carton en Europe participe d’ailleurs à ces opérations de reboisement, à hauteur de 17 millions d’hectares de forêt qui sont en gestion durable. Dans ce cas de figure, il pousse 33% d’arbres en plus que l’on en abat.

Mais c’est finalement en réduisant nos emballages, voire en les supprimant qu’on évite un rejet de 90 kilos d’équivalent de CO2 par an et par personne. Les alternatives à l’emballage - et au sur-emballage superflu - se multiplient : boîtes en verre, sacs à vrac, bee wraps commencent à se faire une place dans nos habitudes de consommation, et c’est tant mieux !  

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir