Empreinte carbone de l'entreprise vs empreinte carbone du produit

Empreinte carbone 💭
 — 
 MinUTES DE LECTURE
 — 
6/2/2021 16:23
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

Chaque action réalisée par l’humain à des conséquences sur l’environnement. Fort heureusement, il est désormais possible de mesurer les dégâts que fait chacune d'entre elles, grâce à l’empreinte carbone de l’entreprise ou du produit. Greenly vous explique tout.

Pour qu’une entreprise française parvienne à atteindre la neutralité climatique, il est indispensable d’analyser sa dépendance envers les énergies fossiles. L’empreinte carbone de l’entreprise est un excellent indicateur qui permet de passer concrètement à l’action.

En plus de maîtriser leur impact environnemental, les sociétés atteignent plus facilement leur objectif financier grâce à cette prise de conscience. 

Qu'est-ce que l'empreinte carbone d'une entreprise ?

L’empreinte carbone d’une entreprise est un indicateur qui permet de mesurer l’impact d’une entreprise sur l’environnement. Chaque décision que prend la société à des conséquences sur le climat. C’est pourquoi il est recommandé de calculer la quantité de gaz à effet de serre émise afin d’atteindre ses objectifs climatiques.

Empreinte carbone d'une entreprise


Définition

L’empreinte carbone d’une entreprise est en réalité un bilan carbone dont les données s'expriment en CO2 ou CO2e. Cet indicateur est une manière de savoir à quel point une activité contribue au réchauffement climatique. 

Il s’agit de recenser toutes les émissions (directes et indirectes) qui proviennent de toutes les activités de l’entreprise, et ce, pendant une période spécifique. Cela revient à identifier et quantifier avec précision les actions qui rejettent une forte intensité d’émissions. 

Le CO2 rejeté dans l’atmosphère est aussi bien lié aux actions de l’entreprise qu’aux décisions qu’elle prend. En effet, l’ensemble de la chaîne de valeur est prise en compte. Cela part de l’approvisionnement à l’élimination des produits, en passant par la logistique et l’utilisation.

Cette prise de conscience est la première étape pour devenir une entreprise éco-responsable. Connaître précisément la valeur de son empreinte carbone permet de définir des objectifs climatiques, mettre en place des mesures et des stratégies réalistes pour réduire ses émissions de gaz à effet de serre.
Grâce à cette transparence, l’entreprise signale aux employés, aux clients et aux investisseurs qu'elle s’attaque au problème et assume ses responsabilités environnementales. 

Le bilan carbone : pierre angulaire du calcul des émissions d'une entreprise

Créé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie (ADEME), le bilan carbone analyse la quantité des émissions de gaz à effet de serre rejetées par une société.

Cet outil d’analyse collecte les données nécessaires et les étudie minutieusement. L’objectif est de créer un plan d’action efficace pour réduire l’empreinte carbone de l’entreprise. L’objectif est d’y voir plus clair pour passer rapidement à l’action et maîtriser l’impact environnemental de l’entreprise.

Dans un premier temps, il est indispensable de définir le périmètre à prendre en compte :

  • Organisationnel : partir du fait où chaque installation possède des sources de carbone ;
  • Ou opérationnel : les différents postes vont être analysés. Ils se distinguent en 3 familles de Scope :
  • Scope 1. Mesure uniquement les émissions liées à votre activité ;
  • Scope 2. Concerne les émissions indirectes liées à la production d’énergie (électricité ou chaleur) ;
  • Scope 3. Autres émissions indirectes qui ne sont pas directement associées à la fabrication des produits (transport, gestion des déchets, utilisation, etc).

Sans en avoir forcément conscience, il s’avère que chaque décision de l’entreprise à des conséquences sur l’environnement.

Par la suite, il faut recueillir les données précises, relatives aux activités de l’entreprise (consommation d’énergie, déplacements en voiture de société ou les voyages d’affaires). À ces données, il convient d’ajouter les facteurs d’émission pour obtenir la quantité de gaz à effet de serre rejetée pour chaque activité.

Une obligation légale pour certaines entreprises

Le bilan carbone des entreprises est la première étape dans la lutte contre le changement climatique. C’est pourquoi il est indispensable pour les entreprises suivantes :

  • Les établissements publics et services d’État de plus de 250 agents ;
  • Les collectivités territoriales de plus de 50 000 habitants ;
  • Et les entreprises de droit privé comprenant 500 salariés ou plus (ou 250 salariés ou plus dans les DOM).
Bilan carbone obligatoire pour certaines entreprises

Si les propositions faites dans le cadre de la Convention Citoyenne pour le Climat sont acceptées, il se pourrait bien que l’ensemble des entreprises doivent bientôt justifier d’un rapport annuel des émissions de gaz à effet de serre. En cas d’augmentation des émissions, les sociétés pourraient devoir verser des pénalités en fonction de leur chiffre d’affaires.

Bien entendu, il ne faut pas voir le bilan carbone comme un calvaire. Cette démarche RSE pour le développement durable comporte de multiples avantages. Elle permet de :

  • Renforcer votre image de marque et donc profiter d’une nette augmentation du chiffre d’affaires. Les consommateurs sont rassurés et ont tendance à faire confiance aux marques engagées ;
  • Vous démarquer de vos concurrents et ainsi avoir un avantage grâce à la transition écologique de votre société ;
  • Dépenser moins et mieux grâce à la baisse des coûts de fonctionnement, de votre consommation d’énergie, de l’approvisionnement ou du transport. Vous obtenez ainsi des produits de meilleure qualité tout en préservant la biodiversité.

Qu'est-ce que l'empreinte carbone d'un produit ?

L’empreinte carbone d’un produit est encadrée par la norme ISO 14067 depuis 2018. Cette dernière permet « à des organisations de toutes sortes de calculer l’empreinte carbone de leurs produits et de mieux comprendre comment elles peuvent la réduire ».

Définition 

L’empreinte carbone d’un produit fonctionne de la même manière que l’empreinte d’une entreprise. Seule différence, elle couvre beaucoup moins d’aspects, puisqu’elle se focalise sur un produit bien précis.

Elle est calculée tout au long du cycle de vie d’un produit. C'est-à-dire que l’approvisionnement en matières premières jusqu’à son élimination, en passant par la logistique, la production interne, la livraison et l’utilisation, sont prises en compte.
Le calcul de cette empreinte est lié à la demande (en forte hausse) des clients et des sous-traitants d’avoir des produits respectueux de l’environnement. Cette transparence à un impact direct sur le chiffre d’affaires de l’entreprise.

Empreinte carbone produit numérique

Empreinte carbone d'un produit numérique

L’empreinte carbone d’un produit numérique est trop souvent oubliée aux dépens d’un produit physique. Pourtant, l’impact du numérique (peu pris en compte car invisible) représente pas moins de 5 % des émissions mondiales. 

C’est là qu’intervient le concept de Green IT également appelé “informatique verte”. Il désigne des technologies ayant pour but de réduire l’empreinte carbone du numérique des entreprises.

En effet, chaque entreprise rejette du CO2 que ce soit avec :

  • La fabrication d’objets numériques dont l’extraction des matières premières (ordinateurs, téléphones, tablettes, etc.) ;
  • L’utilisation de ces appareils, grandement liée à la consommation d’électricité.

En ce sens, les terminaux mobiles, les datas centers, le Cloud et le réseau sont les plus énergivores.

Sans oublier l’empreinte carbone des emails ! Pour vous donner une idée, voici les émissions rejetées par vos mails :

  • 0,3 grammes pour un spam ;
  • 4 grammes pour un mail sans pièce jointe ;
  • Et 11 grammes avec une pièce jointe de 1 MB ;
  • Jusqu’à 50 grammes pour un long mail avec plusieurs pièces jointes.

Si ces chiffres ne vous parlent pas, dites-vous qu’un email avec une pièce jointe de 1 MB émet la même quantité de GES (Gaz à effet de serre) que le production d’un sac plastique. 

C’est donc un terrain à ne pas négliger !

L'empreinte carbone des produits alimentaires

Ce qui se trouve dans votre assiette a également un impact carbone plus ou moins important. D’après l’ADEME, le repas moyen d’un Français équivaut à 2 035 grammes de CO2. 

Comment encourager la consommation responsable et diminuer l’empreinte carbone des produits alimentaires ?

La Fourche partage en toute transparence son fonctionnement. Il convient simplement de calculer les émissions rejetées par chaque ingrédient ou l’empreinte générale de ces différents postes, en se basant sur les chiffres connus (provenance, proportions et transport) ou sur les standards.

Puis utiliser un outil de conversion pour obtenir les différentes valeurs en CO2. Il suffit ensuite de classer les produits alimentaires de la plus faible à la plus forte empreinte carbone et faire le tri ! 

L'empreinte carbone des produits alimentaires


Voici chaque étape à prendre en compte :

  • La production est le plus gros poste d’émission de carbone car plusieurs étapes sont nécessaires ;
  • Vient ensuite la transformation (souvent réalisée en usine) ;
  • Le transport (mode de transport + distance parcourue) ;
  • Le stockage (notamment le lieu et les différents modes de stockages : sec, réfrigéré ou surgelé) ;
  • Et l’emballage des produits alimentaires (production, poids et sa nature).

Sans surprise, la production de viande reste très énergivore puisqu’elle émet 290 kgCO2e.

Quelle est la différence entre ces deux approches ?

Ces deux approches ne sont finalement pas drastiquement opposées. Elles traitent chacune un champ d’application bien précis, ce qui permet de s’adapter à vos objectifs et besoins.

L’empreinte carbone de l’entreprise examine tous les produits d’une société, son processus et toutes les émissions non liées aux produits (trajets domicile-travail, voyages d’affaires). De son côté, l’empreinte carbone du produit se concentre sur un produit spécifique et l’examine en détail.

Finalement, la première approche permet de mettre d’ores et déjà en place des petites actions aussi bien en :

  • Engageant vos salariés (éteindre les appareils en veille) ;
  • Optant pour un fournisseur d’énergie responsable ;
  • Gérant mieux vos déchets ;
  • Réduisant votre empreinte numérique ;
  • Limitant les déplacements ;
  • Et bien d’autres actions !

Comment l'empreinte carbone de l'entreprise est-elle calculée ?

Le calcul de l’empreinte carbone de l’entreprise se base sur deux facteurs d’émission : “physiques” ou “monétaires”. Voyons comment fonctionnent ces deux ratios mis en place par l’ADEME.

Les ratios physiques

Avant d’aborder les ratios physiques, il est bon de savoir comment récolter les données à calculer. Il existe plusieurs manières d’enregistrer les émissions : 

  • Demander les données de consommation directement aux employés, fournisseurs et prestataires de services. Bien que cette méthode soit la plus précise, elle s’avère souvent impossible ;
  • Il est conseillé de se diriger vers des bases de données pour évaluer diverses activités commerciales. Cette méthode est rendue possible grâce aux chiffres clés disponibles dans l’entreprise (nombre d’employés, quantités achetées, ventes).

Attention, les approches basées sur les coûts sont imprécises. Elles se basent sur les valeurs moyennes des secteurs industriels entiers au lieu de se baser sur les quantités de matériaux achetés.

En ce qui concerne les ratios physiques, partons du principe que chaque unité d’un produit émet du carbone. Il faut donc déterminer la quantité de CO2 émise lors de son utilisation.

Pour découvrir la quantité de carbone (exprimée dans l’unité du produit : litres, kg, m2, etc.), il faut multiplier la quantité consommée avec le facteur d’émission physique. Ce calcul est idéal pour l’énergie, l’électricité ou le gaz.

Les ratios monétaires

Moins précis que les ratios physiques, les ratios monétaires facilitent néanmoins le calcul lié aux achats professionnels. Exprimé en kgCO2 / K€ HT, ce facteur d’émission détermine la quantité de carbone générée par un produit ou service à partir de son prix.

Les ratios monétaires dans le calcul de l'empreinte carbone


Pour ce faire, il convient de multiplier le prix du produit avec le facteur d’émission monétaire.

Comment est calculée l'empreinte carbone d'un produit ?

Le calcul de l'empreinte carbone d’un produit est plus long que celui de l’entreprise, puisqu’il prend en compte le cycle de vie complet du produit. Cela passe par l’impact des matières premières, du processus de fabrication, du stockage des produits, de son utilisation et de la fin de vie du produit (notamment le packaging).

Le calcul est donc divisé en 4 étapes

1. Définition de l'objectif et de la portée de l'analyse

Définir l’objectif de l’analyse du produit offre plus de liberté dans la définition du champ d’application que l’empreinte de l’entreprise. Pour comprendre comment optimiser les émissions du produit, il faut étudier et comprendre les aspects dont les rejets sont élevés.

Il est nécessaire de choisir le type d’analyse :

  • Le cycle de vie complet du produit (autrement appelé “du berceau à la tombe”) ;
  • Ou partiel (soit “du berceau à la porte”). 

En effet, chaque étape à analyser dépend de la portée et du niveau de détail du bilan carbone. De la production des matières premières à l’élimination en passant par la production, la livraison et l’utilisation au lieu d’analyser uniquement du processus jusqu’à la livraison.

2. Création de l'inventaire du cycle de vie du produit

Vient ensuite la création de l'inventaire du cycle de vie du produit. Toutes les entrées (matières premières, énergie) et sorties (produits intermédiaires dont l’inventaire est étendu au fabricant) sont analysées. 

Il s’agit de la partie la plus coûteuse d’un bilan carbone produit, car tous les processus liés au produit doivent être analysés et modélisés en détail. 

3. Évaluation de l'impact de l'inventaire du cycle de vie

Suite à la création de l’inventaire, on vient évaluer l'impact de ce dernier sur le cycle de vie du produit. Autrement dit, tous les entrants et sortants sont évalués en fonction de leurs émissions.

Attention à bien convertir les émissions chimiques en équivalent carbone.

4. Interprétation des résultats

Enfin, il est temps de traiter et d’interpréter les résultats par rapport à l’objectif défini par l’analyse. En fonction du type d’analyse choisi, il est possible d’identifier et d’évaluer la quantité de gaz à effet de serre produite pendant tout ou partie du cycle de vie d’un produit. 


Ces résultats concrets permettent d’identifier les principales sources d’émission d’un produit et la quantité de CO2 rejetée par chaque unité. Vous obtenez ainsi le potentiel d’optimisation et d’évitement de chaque élément.

Grâce à cette méthode, il est possible de fabriquer des produits respectueux de l’environnement et neutres en carbone. Ce calcul est un facteur de différenciation décisif par rapport à vos concurrents.

Avec quelle approche démarrer ? 

Ces deux approches ont deux objectifs différents qui dépendent des objectifs de l’entreprise. Il n’y a donc pas d’exigences quant à l’ordre à opter. Toutefois, il est intéressant de procéder en deux étapes :

  • Effectuer l’empreinte carbone de l’entreprise ;
  • Puis celle du produit.

Pourquoi ? 

Tout simplement pour avoir une vue d’ensemble (et une analyse complète) de toutes les émissions générées par l’entreprise. Mettre également en place la réduction des émissions de carbone avec des stratégies adaptées. 

Ainsi, l’entreprise connaît d’ores et déjà les points sur lesquels se focaliser pour devenir climatiquement neutre grâce à la compensation carbone. Concentrez vos efforts dans la réduction des voyages d’affaires et demandez l’arrêt des collaborations avec certains fournisseurs dont la consommation énergétique est trop élevée.

Puis, il est possible de pousser l’analyse encore plus loin avec un bilan produit.

En effet, ce premier bilan carbone permet également de définir de manière qualifiée la portée du bilan carbone produit. Il est intéressant et plus rapide de partir de ces résultats. 

N’oubliez pas que les produits concernent également le numérique ! En ce qui concerne les product manager ou les marketing manager, il est intéressant de mesurer l’impact de votre site web ou d’une nouveauté en cours de développement.

Êtes-vous prêt à prendre part à l’enjeu climatique en calculant l’empreinte carbone de votre entreprise et de vos produits ?

🚀 Pour aller plus loin :


Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir