Neutralité carbone : définition, enjeux

Qu'est ce que la neutralité carbone ? Comment atteindre cet objectif ? Clarifions ensemble cette notion encadrée par l’Accord de Paris.

Empreinte carbone 💭
 — 
 MinUTES DE LECTURE
 — 
7/7/2021 13:06
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

À l’heure où le réchauffement climatique est au centre des préoccupations, de nombreux pays, citoyens et une majorité d’entreprises souhaitent contribuer à la neutralité carbone. De quoi s’agit-il exactement ? Comment atteindre cet objectif ? Essayons de clarifier cette notion encadrée par l’Accord de Paris.

Neutralité carbone et Accords de Paris

La neutralité carbone, qu'est-ce que c'est ?

Également appelée « net zéro » ou « zéro émission nette », la neutralité carbone est un enjeu central de la transition environnementale

Neutralité carbone : définition

La neutralité carbone requiert un « équilibre entre les émissions carbone et l’absorption du carbone de l’atmosphère par les puits de carbone », indique le Parlement Européen. Autrement dit, il convient de ne pas émettre plus de GES que l’environnement peut en absorber. 

En effet, la planète possède des puits de carbone naturels (sols, forêts, atmosphère et océans) qui absorbent une partie de nos rejets de CO2. Malheureusement, l’activité humaine et l’industrie sont à l’origine d’émissions de plus en plus conséquentes qui dépassent les capacités de la nature. Première conséquence gravissime : en France, le jour du dépassement est arrivé le 11 mai 2021. Depuis nous vivons à crédit comparé à ce que la Terre a à nous offrir. En 2019, ce jour était le 15 mai : en deux ans, il a déjà reculé de 4 jours.

Le jour du dépassement en France


Cette forte concentration de gaz à effet de serre dans l’atmosphère accélère le réchauffement climatique évoqué pour la première fois à Stockholm en 1972 lors de la conférence sur l’environnement. La neutralité carbone est donc un objectif ambitieux et à long terme qui peut être défini à l’échelle de la planète ou d’un État.

Le contexte de l’Accord de Paris

L’Accord de Paris est le premier accord qui utilise la notion de neutralité carbone à l’échelle mondiale. Il définit un cadre pour le soutien financier, technique et le renforcement des capacités afin de lutter contre le réchauffement planétaire. Adopté le 12 décembre 2015 durant la COP 21 à Paris, il entre en vigueur le 4 novembre 2016. 

L’objectif est de limiter le réchauffement de la planète à 2 °C, voire 1,5 °C par rapport aux niveaux préindustriels d’ici le milieu du 21e siècle. Cet engagement vise à soutenir les efforts des 197 pays signataires tout en faisant face aux conséquences du dérèglement du climat.

C’est un accord volontairement contraignant qui rassemble de nombreux pays autour d’une cause commune. Par ailleurs, la France est le premier pays au monde à viser « Zéro émission nette » en 2050.

La France et le Net Zero


Les grands principes de la neutralité carbone

Constatant les dégâts de plus en plus nombreux sur l’environnement, l’homme décide de changer de comportement pour réduire le gaz à effet de serre dans l’atmosphère. 

La neutralité carbone consiste ainsi à :

  • Réduire l’empreinte carbone à la source en mettant en place une transition écologique et énergétique ;
  • Renforcer la capacité des écosystèmes à absorber du CO2 en restaurant et en sauvegardant les puits naturels ;
  • Compenser les émissions résiduelles.

Pourquoi les différents gaz à effet de serre sont-ils nuisibles à l'environnement 

Causé par les transports, la déforestation, le chauffage, l’industrie ou la production d’énergie, le CO2 est la principale cause des énormes concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. Bien connu, le dioxyde de carbone n’est malheureusement pas la seule nuisance. 

La notion de « neutralité climatique » semble indiquer que tous les GES sont pris en compte. De fait, selon le protocole de Kyoto, il existe 5 autres gaz à effet de serre dont les effets sont tout autant néfastes sur l’environnement :

Méthane Causé par l’élevage des bovins
et ruminants, la cultivation du riz
et l’agriculture intensive
Le méthane reste dans l’atmosphère
durant moins de 15 ans
Hydrofluorocarbure Trouvé dans les exploitations
minières et pétrolières ou les
décharges d’ordures
Courte durée de vie, mais
son potentiel de réchauffement
global correspond à 2 800 fois
celui du CO2
Protoxyde d’Azote Issu des sols et des océans,
l’homme s’est approprié ce gaz
dans le secteur agricole
(ajout d’engrais notamment),
l’industrie chimique et l’industrie
automobile
Ce gaz réchauffe 300 fois plus
que le CO2 et 25 fois plus que
le méthane notamment parce
que les molécules persistent
dans l’atmosphère jusqu’à 120 ans
Perfluorocarbure Utilisé dans les extincteurs
ou les climatiseurs
Possède un potentiel de
réchauffement élevé
(correspond à 7 600 fois au CO2)
Hexafluorure de Soufre Très utilisé dans l’industrie
pharmaceutique
Ce gaz contribue environ
23 500 fois plus que le CO2
au réchauffement climatique


Quelle est la quantité de CO2 produite de manière non-naturelle ?

La concentration de CO2 a augmenté de 45 % entre 1750 et février 2019 passant de 280 à 411 nombre de particules par million et occupe plus de 50 % dans l’atmosphère. (Source : climat.be

La Commission européenne indique que les réservoirs naturels éliminent entre 9,5 et 11 gigatonnes de CO2 par an. En 2018, la France a émis 452 Mégatonnes de CO2 et les puits naturels n’ont capté que 25 Mégatonnes. Un écart titanesque comparé à nos émissions

Quantités de CO2 émises de manière non naturelle

Pourquoi vouloir atteindre la neutralité carbone ? 

Les impacts de notre mode de vie sur l’environnement sont de plus en plus visibles et de plus en plus graves. Pour créer un monde climatiquement neutre, il convient de prendre conscience de nos actions et d’agir pour notre survie !

Lutter contre le réchauffement climatique

Le réchauffement climatique est plus que jamais d’actualité. Alors que les conséquences commencent à se faire sentir dans le monde, chacun d'entre nous doit faire des efforts pour améliorer la situation et préserver notre santé.

En plus de consommer plus que ce que la Terre ne nous offre chaque année, la planète ne suit plus notre rythme et ses ressources s'épuisent. Par ailleurs, la pollution est partout (air, mer notamment avec le plastique, et sols), le niveau de la mer monte, l’océan se réchauffe, les vagues de chaleur se font plus nombreuses, les espèces animales migrent plus tôt et des écosystèmes sont menacés. 

Migrations animales perturbées du fait du réchauffement climatique


Au lieu de détruire notre lieu de vie, protégeons-le !

Respecter le cadre fixé par l’Accord de Paris 

L’Accord de Paris incite les pays participants à se réunir tous les 5 ans pour évaluer leur progression et améliorer leurs efforts. Les maîtres-mots sont transparence, coopération et responsabilisation.

Par ailleurs, les pays doivent respecter plusieurs objectifs pour faire face à ce problème mondial :

  • Maintenir la température de la planète en-dessous de 2 °C ;
  • Atteindre zéro émission nette d’ici à la fin du siècle ;
  • Rendre les flux financiers compatibles avec un faible niveau d’émission de GES ;
  • Faire face au changement climatique et s’adapter ;
  • Soumettre régulièrement leurs objectifs et des plans d’actions concrets pour réduire à la source l’empreinte carbone (émissions polluantes directes et indirectes) ;
  • Informer les autres pays et le public des progrès accomplis.

En 2020, l’UE a dévoilé un engagement à respecter d’ici 2030 : celui de réduire d’au moins 55 % les émissions de GES

Comment atteindre la neutralité carbone pour les entreprises ?

Selon un rapport de l’ONG Carbon Disclosure Project de 2017, 100 entreprises émettent 70 % des émissions mondiales de carbone. Fort heureusement, chacun peut faire sa part et s'engager pour le climat.

Mesurer et suivre ses émissions

Afin de faciliter la transition écologique de son entreprise, il convient d’effectuer un bilan carbone entreprise. Obligatoire pour les sociétés de plus de 500 salariés, cette analyse poussée permet de réaliser un audit sur l’ensemble des activités d’une société afin de mettre en place une stratégie efficace et cohérente. 

L’objectif est d’identifier les sources d’émissions, convertir les données en CO2 et établir un plan d’action. Vous avez devant vous les points à améliorer pour devenir éco-responsable et réduire les émissions liées à votre activité tout en renforçant votre image de marque. Cette première étape est indispensable pour s’inscrire dans un processus de développement durable et atteindre la neutralité carbone. 

C'est pourquoi Greenly vous facilite la vie dans le suivi de votre d’impact. Notre outil analyse en temps réel l’ensemble de vos émissions et automatise votre bilan carbone. Faites des économies et rejoignez plus de 100 entreprises engagées dont BNP Paribas, Foodvisor, La Poste ou Naturalia !

Le dashboard Greenly : un Bilan Carbone accessible aux TPE/PME


Mettre en place des plans d'action pour les réduire 

Pour réduire les émissions de votre entreprise et faciliter le passage vers la neutralité carbone, il convient d’analyser les résultats du bilan et de créer un plan d’action. Il est possible d'agir pour :

  • Réduire l'électricité (fournisseurs d’énergie 100 % renouvelables, éteindre les lumières dès que possible, baisser le chauffage, etc.) ; 
  • Prêter attention à sa pollution numérique ;
  • Avoir une meilleure gestion de ses déchets ;
  • Utiliser des transports doux et raisonnés pour les livraisons, mais également pour vos collaborateurs ;
  • Opter pour la consommation durable (proposer des produits locaux, de saison et de petits producteurs) ;
  • Proposer des produits et des services bas carbone ;
  • S’entourer de parties prenantes et de fournisseurs responsables.
Les énergies renouvelables et la neutralité carbone


Compenser ses émissions 

En plus de sensibiliser vos employés à la transition écologique de l’entreprise, vous pouvez compenser votre empreinte carbone en finançant des projets écologiques (appelé projet de « compensation » ou « contribution à la neutralité carbone collective ») qui favorisent les émissions négatives. 

Greenly met en avant plusieurs projets de contribution climatique à l'image des projets :

  • Gandhi qui finance l’installation d’éoliennes en Inde ;
  • Floresta de Portel qui vise à protéger la forêt de l’État de Para au Brésil ;
  • Ugastoves qui distribue des fours de cuisson en Uganda afin de remplacer la cuisson basée sur la combustion de pétrole.

Tous les projets soutenus par Greenly sont labellisés ou certifiés.

Ugastoves, le projet de compensation carbone en Ouganda


Les sources d'émissions des entreprises

Nous pouvons nous baser sur les 3 Scopes du bilan carbone. Une entreprise rejette du GES :

  • Directement depuis les sources fixes et mobiles ;
  • Indirectement par la consommation d’énergie (électricité, chaleur, etc.) ;
  • Et indirectement depuis les produits finis et les activités de l’entreprise.

Cela regroupe le transport des marchandises, la fabrication des produits, la production d’énergie ou les émissions des parties prenantes et fournisseurs.

Par ailleurs, aussi surprenant que cela puisse paraître, le numérique est l’un des secteurs les plus polluants. Les data centers des entreprises, les terminaux, les réseaux, les mails ont des conséquences sur l’environnement. Pour compenser ce type de pollution, ces sociétés doivent tendre vers le Green IT.

La pollution du numérique et des data centers

Pour les États

En plus de l’Accord de Paris qui est un engagement mondial, il existe la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et le Protocole de Kyoto.

De son côté, la France accélère sa transition écologique de par plusieurs actions. Le Plan Climat 2040 qui définit un nouveau modèle pour réduire les émissions de CO2, économe en énergie et en ressources naturelles. Enfin, l’Assemblée Nationale a décidé d’aller encore plus loin en inscrivant en juin 2019, l’objectif de la neutralité carbone dans la loi européenne sur le climat qui contribue à la compétitivité mondiale.

Financer la transition énergétique

Alors que de nombreuses actions environnementales n’ont pas de coût, d’autres nécessitent un investissement plus important. Les pays (notamment ceux en développement) reçoivent des financements climatiques de la part des États membres afin de mener à bien leur transition écologique. En 2019, pas moins de 23,2 milliards d’euros ont été levés pour soutenir ces pays.

De plus, il existe plusieurs aides :

  • Les pouvoirs publics avec le Fonds de Financement de la Transition Énergétique, la Caisse des Dépôts ou la Banque Publique d’Investissement. 14,1 milliards d’euros ont été investis en 2017 ;
  • Les ménages grâce à la construction de logements bas carbone et les actions quotidiennes. En 2017, ils ont investi 16,6 milliards d’euros ;
  • Entre 2013 et 2014, les flux de la finance climat se sont élevés à 714 milliards USD (82 milliards uniquement destinés aux pays en développement) ;
  • Selon le panorama des financements climat en France, les porteurs de projets reçoivent des aides, subventions, prêts concessionnels, un apport en capital ou des fonds propres ;
  • De leur côté, les entreprises optent pour le financement par le bilan qui associe dette et fonds propres. 
Financer a transition énergétique en tant qu'Etat

Les leviers d'actions

Par la suite, les États doivent s’engager dans cette transition énergétique en suivant deux leviers d’actions : 

  • Réduire les émissions de GES qu’elles soient d’origine fossile ou issue de matière vivante ;
  • Séquestrer le CO2 dans des puits de carbone naturels ou industriels (capture et stockage ou réutilisation du carbone)

Les projets à émissions négatives sont nombreux et variés ! Reforestation et reboisement, protection et réhabilitation de zones humides, séquestration du carbone par les sols, régulation des déchets, opter pour des transports respectueux de l'environnement ou limiter l’usage des engrais dans l’agriculture.

Les technologies ont également un rôle à jouer grâce à la bioénergie, l'altération forcée ou la fertilisation des océans.

Et pour les citoyens ? 

En tant que citoyen, chaque geste compte ! Connaître vo permet de changer vos habitudes et mettre en place une bonne hygiène de vie pour vous comme pour l’environnement. Voici quelques pistes pour s’approcher de la neutralité carbone.

Les facteurs les plus polluants de notre consommation

Un Français émet en moyenne 11 tonnes de CO2 par an, selon l’ADEME. Notre consommation est divisée comme suit, selon Info Compensation Carbone :

  • 27 % logement (chauffage, électricité) ;
  • 25 % transports (notamment l’avion et la voiture) ;
  • 19 % alimentation ;
  • 13 % autres biens et services ;
  • 9 % santé, éducation et service public ;
  • 7 % en équipements de la maison (meubles, électroménagers et les appareils électriques) et habillement. Les émissions carbone des équipements de toute la maison équivalent à 6 allers-retours Paris - New York. 
L'avion : moyen de transport le plus polluant?

Mesurer son empreinte carbone personnelle pour la diminuer

Afin de participer à ce combat contre le réchauffement climatique, vous pouvez calculer votre empreinte personnelle et tenter de la diminuer en faisant des efforts quotidiennement. Bien entendu, il semble compliqué de faire ce calcul soi-même, c’est pourquoi vous pouvez vous référer aux simulateurs de l’ADEME « Nos Gestes Climat », celui de WWF ou de Greenly

Ces deux outils offrent une estimation de votre empreinte personnelle sur le climat en se basant sur votre alimentation, vos modes de transport ou vos équipements. Ces résultats permettent de connaître les points sur lesquels vous focaliser pour améliorer votre quotidien.

Les leviers pour réduire sa compensation

Adoptée en 2015 et révisée en 2019, la « Stratégie Nationale bas carbone » (SNCB) est une feuille de route pour que la France remplisse les objectifs donnés par l’Accord de Paris. Ainsi, l’objectif est double : atteindre la neutralité carbone en 2050 et réduire l’empreinte carbone des citoyens.

Exemples d’initiatives durables et raisonnées

  • Consommer des produits locaux, de saison et diminuer sa consommation de viande ;
  • Privilégier les transports écologiques (le train au lieu de l’avion, le covoiturage, le vélo, à pied ou les transports en commun)
  • Réduire ses déchets et le gâchis alimentaire ;
  • Se fournir en électricité ou en gaz auprès d'un fournisseur d'énergies renouvelables ;
  • Isoler son logement ;
  • Éviter de se sur-équiper et augmenter la durée de vie de vos appareils.

Quand devons-nous atteindre la neutralité carbone ?

Atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 est l’objectif des pays de l’Union Européenne. Afin de remplir cette mission, la Commission européenne a dévoilé son plan « Pacte vert pour l’Europe » en lien avec la Loi européenne sur le climat.

La neutralité carbone est un réel challenge aussi bien pour les États que pour chaque citoyen. En réduisant nos émissions et donc la dégradation des écosystèmes, nous permettons à la nature de nous aider dans la lutte contre le réchauffement planétaire. Comme nous l’avons vu, ces derniers ont un rôle central dans la régulation du climat. 

Il est temps d’adopter un mode de vie et une consommation plus responsables !

🚀 Pour aller plus loin :


Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir