Pourquoi faire un rapport RSE et comment le présenter ?

Reporting RSE extra-financier : définition, que doit-il contenir, comment le présenter. Toutes les réponses à vos questions dans cet article 🌱

 — 
 MinUTES DE LECTURE
 — 
3/24/2021 1:10
Devenir un expert 💌
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

S’il est primordial de mener une politique de responsabilité sociale des entreprises (RSE), effectuer un rapport RSE l’est tout autant. C’est en effet l’une des clés pour gagner en transparence et en crédibilité. Pour le rédiger et le présenter, il existe de multiples options. On vous dit tout.   

Au sein d’une entreprise, la RSE présente de nombreux intérêts : elle donne une meilleure image à l’entreprise, elle lui permet d’améliorer sa performance et sa productivité, elle représente un atout pour la gestion des risques, elle permet de se démarquer sur les marchés concurrentiels...

La RSE, c’est aussi un travail sur le long terme : faire un reporting RSE chaque année permet en effet de vérifier la tenue des objectifs, d’en envisager d’autres, éventuellement d’en abandonner certains qui ne fonctionnent pas ou qui sont compliqués à mettre en place.

Pour cela, il est nécessaire d’être à l’écoute de vos parties prenantes (c’est-à-dire les employés, les fournisseurs, les investisseurs ou les ONG). La RSE présente d’ailleurs un moyen de motivation supplémentaire pour les employés. Ainsi, il est judicieux de l’intégrer au cœur de son entreprise. Après avoir défini une stratégie, il est important d'impliquer toute son équipe dans cette stratégie pour davantage de cohésion. 

Qu’est-ce qu’un rapport RSE ? 

Le rapport RSE (ou rapport de responsabilité sociale de l’entreprise) ou rapport extra financier désigne un document périodique (en général annuel) publié par une entreprise pour rendre compte de ses actions et de ses résultats en matière de responsabilité sociale d’entreprise. Le rapport RSE a pour but de fournir aux parties prenantes des données claires qui résument en toute transparence des informations accessibles concernant les actions menées au sein de l’entreprise en faveur de l’environnement. Le reporting RSE se nomme d’ailleurs officiellement « déclaration de performance extra financière ». En France, les entreprises cotées en bourse ont l’obligation de rédiger un rapport RSE tous les ans.  

Reporting extra financier

Pourquoi faire un rapport RSE ?

L’obligation légale de réaliser un rapport RSE a donc pour objectif d’améliorer la transparence sur l’activité des entreprises. Le reporting RSE doit permettre aux entreprises de mesurer :

  • Les conséquences de leurs activités sur leur environnement,
  • Les conséquences sur l’entreprise et sur son écosystème économique. 

Il aura ainsi un impact plus positif.

En externe, le rapport RSE a pour but de donner les clés aux parties prenantes de l’entreprise de mieux comprendre l’implication de l’entreprise dans le développement durable. Le rapport RSE les aidera à évaluer de manière efficace les conséquences à moyen et long terme de ses activités. Les parties prenantes pourront ainsi faire des choix plus éclairés vis-à-vis de l’entreprise.

💡 Si le rapport RSE est donc d’abord bénéfique pour les employés, il l’est autant pour les consommateurs ou les clients potentiels de l’entreprise. Le rapport RSE est donc primordial pour le fonctionnement à long terme de l’entreprise, et pour que les parties prenantes comprennent avec qui ils travaillent.  

Que doit contenir un rapport RSE ?

Le rapport RSE obligatoire doit contenir certaines informations. Celles-ci sont réparties en trois catégories : la catégorie sociale, la catégorie économique et sociétale, et la catégorie environnementale

Au sein de la catégorie sociale, on trouve notamment : 

  • Les questions liées à l’emploi, c’est à dire l’effectif et la répartition des employés par sexe, par âge et par zone géographique, les embauches et les licenciements, les rémunérations...  
  • Les relations sociales au sein de l’entreprise, notamment l’organisation du dialogue social. 
  • Les questions liées à la santé et à la sécurité, notamment les conditions dans lesquelles travaillent les employés. 
  • Les questions liées à la formation, c’est-à-dire les mesures mises en œuvre en matière de formation.  
  • La diversité et l’égalité des chances et l’égalité de traitement, notamment entre les femmes et les hommes. 
  • Les actions menées pour lutter contre la corruption et celles menées en faveur des droits de l’homme.

Au sein de la catégorie environnementale, on trouve : 

  • La façon dont l’entreprise s’organise pour prendre en compte les questions environnementales. 
  • La lutte contre la pollution et la gestion des déchets, c’est à dire les mesures de prévention, de réduction ou de réparation de rejets dans l’air et la gestion des déchets. 
  • L’utilisation durable des ressources, c’est-à-dire la consommation et l’approvisionnement en eau et la consommation de matières premières. 
  • Les mesures prises pour s’adapter au réchauffement climatique, notamment les rejets de gaz à effet de serre. 
  • La protection de la biodiversité, à savoir les actions menées pour développer la biodiversité. 

Le bilan carbone doit-il être présent dans le rapport RSE ? 

Dans sa définition légale, le rapport RSE doit effectivement contenir un bilan des émissions de gaz à effet de serre de l’entreprise. Le but : évaluer à quel point l’entreprise a des effets sur le réchauffement de la planète. Le bilan carbone -aussi appelé bilan GES – est calculé en fonction des activités directes de la société (pas en fonction des fournisseurs par exemple). En outre, la lutte contre la pollution et la dégradation de l’environnement fait partie du cœur du bilan RSE. 

Comment présenter le rapport RSE ? 

Il existe divers formats et méthodes possibles pour présenter un bilan RSE. En plus de devoir être clair et précis pour qu’il soit attractif et que l’on ait envie de le lire, voici quelques conseils : 

  • Utiliser des formats innovants et faire jouer sa créativité 

Qu’il s’agisse de vidéos ou d’un site internet, pour que le reporting RSE soit plaisant à lire et à découvrir, utiliser des formats dits « innovants » fait partie des options efficaces. Pour cela, plus on est créatif, mieux c’est ! On utilise donc imagination et on s’inspire de de formats originaux, adaptés aux usages actuels. On peut ainsi créer des vidéos explicatives -d’une durée de quelques secondes ou de plusieurs minutes, créer un site internet dédié au rapport RSE ou créer une rubrique sur le site internet de l’entreprise. Aussi, intégrer plusieurs images et photos permettra d’accrocher l’œil. Dans son rapport intégré 2019-2020, l’entreprise Veolia a intégré de nombreuses photos, notamment de collaborateurs. Ludique ou pas, dépendra bien sûr aussi de la culture de votre entreprise. Mais plus c’est original, plus on aura envie de se plonger dedans !  

  • Favoriser le storytelling

Pour capter l’audience ou les lecteurs, rien de mieux que, là aussi, utiliser son imagination en racontant des histoires. Il ne s’agit évidemment pas d’en inventer, mais de «remonter le fil» pour raconter une histoire plus globale de l’entreprise, qui mettra la lumière sur le fonctionnement, les valeurs et l’engagement de l’entreprise en faveur de l’environnement. Plus c’est incarné, mieux c’est pour donner envie de poursuivre la lecture (ou le visionnage des vidéos). Ainsi, dans son rapport extra financier de l’année 2019*, Decathlon intègre des témoignages, comme celui d’une leader «égalité des genres» et passionnée de randonnée. Elle y raconte, dans un petit texte sous la forme d’un verbatim accompagné d’une photo, comment elle mène ses missions et donne des exemples concrets (comme lorsqu’elle évoque l’engagement de Decathlon à travers un festival qui s’est tenu dans la ville d’Osaka, auJapon). Que l’entreprise soit jeune ou qu’elle existe depuis des décennies, il y a forcément des histoires ou des anecdotes à raconter. Et donc un rapport RSE plaisant à faire découvrir.

  • Être actif sur les réseaux sociaux

Pour faire la «promotion» de son rapport RSE et pour toucher un maximum de personnes, être actif sur les réseaux sociaux se révèle -évidemment- très efficace. LinkedIn, Twitter, Facebook, Instagram, TikTok... Il n’est pas nécessaire d’être présent sur chaque réseau social, puisque certains réseaux sociaux seront plus adaptés à une entreprise. En juillet 2020, le fournisseur de logistiques DB Schenker postait un tweet en « avant-première » afin de partager son nouveau rapport RSE. En outre, une fois le rapport RSE rédigé, les réseaux sociaux permettront d’intéresser de potentielles nouvelles personnes. Ils permettront ainsi de cultiver un certain « teasing ». 

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Pour devenir un véritable professionnel... 📬

Tout voir