Pourquoi faire un rapport RSE et comment le présenter ?

Reporting RSE extra-financier : définition, que doit-il contenir, comment le présenter. Toutes les réponses à vos questions dans cet article 🌱

RSE 🌱
 — 
 MinUTES DE LECTURE
 — 
7/1/2021 17:21
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

S’il est primordial de mener une politique RSE dans son entreprise, effectuer un rapport RSE l’est tout autant. C’est l’une des clés pour gagner en transparence et en crédibilité. Beaucoup d’options différentes existent pour le rédiger et le présenter : on fait le tri pour vous dans cet article.

Reporting extra financier

Qu'est-ce qu'un rapport RSE ? 

Rapport RSE : définition

Le rapport RSE ou rapport extra financier désigne un document périodique (en général annuel) publié par une entreprise pour témoigner de ses actions et de ses résultats en matière de RSE. 

Pour rappel, la RSE - Responsabilité Sociétale des Entreprises - c'est « la contribution des entreprises aux enjeux du développement durable ». Une entreprise qui pratique la RSE va chercher à avoir un impact positif sur la société tout en étant économiquement viable.

Ce rapport RSE a pour but de fournir aux parties prenantes des données claires qui résument en toute transparence des informations accessibles à propos des actions durables menées au sein de l’entreprise.

À qui s'adresse le rapport RSE ?

Le rapport RSE s’adresse aux parties prenantes de l’entreprise. On peut diviser ces parties prenantes internes ou externes en 6 grandes catégories : 

  • Les actionnaires
  • Les salariés
  • Les clients 
  • Les fournisseurs
  • Les pouvoirs publics 
  • Les citoyens
A qui s'adresse le rapport RSE ?

Pour chacune d’entre elles, le rapport RSE vise à garantir la transparence sur le bon fonctionnement de l’entreprise et son engagement vis-à-vis de l’environnement et la société.

Rapport RSE et obligation légale 

En 2010 la loi Grenelle II redéfinit le cadre réglementaire du rapport RSE. Sa publication devient une obligation légale pour :

  • Les entreprises cotées en bourse
  • Les entreprises avec un CA de +100 millions d’euros
  • Les entreprises avec +500 collaborateurs

Le rapport RSE devient ainsi la preuve de l'engagement des entreprises sur le plan environnemental et social. Le conseil de Greenly ? Quand il s'agit de RSE, la question de la loi doit être accessoire ! Pour qu'un rapport RSE soit réussi, ne vous contentez pas de produire un document uniquement pour vous plier aux contraintes légales sans avoir établi de véritable stratégie en amont : vous risqueriez de proposer un rapport aux propositions creuses et aux actions bancales. L'urgence climatique est bien réelle, devancez la législation et montrez à vos parties prenantes que votre entreprise désire sincèrement faire sa part.

Rapport RSE et obligation légale

Un Bilan Carbone Entreprise est justement un bon moyen de témoigner de votre implication et d'apporter de la matière à votre rapport RSE. Il permet dans un premier temps de visualiser ses émissions avec pour objectif de mettre en place des actions de réduction. C’est un excellent premier pas pour les entreprises un peu perdues face aux innombrables leviers d’action possibles.

Rapport RSE et DPEF quelle différence ? 

De nouveaux textes modifient encore une fois en 2017 le paysage du reporting RSE en allant plus loin que le rapport Grenelle II. Ils introduisent notamment la notion de DPEF - Déclaration de Performance Extra-Financière.

Là ou Grenelle II ne fixait aucune règle sur la nature des informations à produire (qualitatif, quantitatif, etc.), la DPEF devient un réel outil de pilotage qui fixe les enjeux prioritaires et les plans d’action. Les informations doivent être présentées sous la forme “politiques, plans d’action, résultats, KPIs”.

Pourquoi faire un rapport RSE ? 

Informer les parties prenantes dans votre stratégie RSE

Comme nous l’avons précisé plus haut, le rapport RSE s’adresse aux parties prenantes de l’entreprise, qu’elles soient internes ou externes, dans un objectif de transparence.

Côté clients

Avec un rapport RSE, l’entreprise est transparente vis-à-vis de ses clients/consommateurs par rapport à la façon dont le produit est conçu et l’impact social et environnemental qu’aura le consommateur en achetant ce produit. L’effet est donc double : l’entreprise améliore son impact en y faisant attention, et l’acheteur se sent valorisé par son achat responsable. En BtoB, c'est la même chose ! Les entreprises clientes doivent elles aussi rendre des comptes en matière de RSE. Elles ont ainsi tout intérêt à choisir des prestataires et fournisseurs qui partagent leurs engagements, et sont désormais de plus en plus nombreuses à intégrer des critères RSE dans le choix de leurs partenaires.

Attention toutefois au green et au social washing ! Aujourd'hui, les clients ne sont plus dupes :  un packaging vert ne veut pas tout dire, n'oublions pas que la dernière née de Coca avait une bouteille verte...
Le greenwashing de Coca

Côté collaborateurs 

La présence d’un rapport clair qui présente bien la démarche de l’entreprise et qui prouve aux collaborateurs que leur travail alimente une structure qui s’engage pour la planète comme ils le font dans leur sphère privée au quotidien peut complètement changer le rapport au travail. Motivation et fidélité à l’entreprise qui fournit un sens au travail. 

Mettre en bloc citation ====> 83% des collaborateurs seraient plus fidèles à une entreprise avec une démarche RSE claire, transparente et concrète. Les chiffres parlent d’eux-même. (Source : MEDEF)

Côté investisseurs

Ils consultent évidemment le rapport RSE en amont d’une potentielle collaboration. Cela leur permet d’avoir une visibilité sur les réels engagements de l’entreprise. Ils peuvent aussi faire appel à des agences externes, spécialisées dans l’extra-financier, pour analyser ces rapports plus en profondeur.

Communiquer auprès de votre communauté

Le rapport RSE sert à informer ses parties prenantes mais aussi sa communauté de ses engagements. Nous avons donc sélectionné plusieurs rapports RSE publics d’entreprise destinés à leur communauté : 

  • Bergamotte, atelier fleuriste parisien engagé
  • Disneyland Paris, que l’on ne présente plus
  • CNP Assurances, compagnie d’assurances leader en assurances emprunteur en France
  • Groupe ELBA, entreprise de conseil, design, production et éco-conception dans le secteur de la cosmétique
  • Itancia, distributeur responsable de services, notamment en matière de communication et infrastructures réseaux
  • SIAE, Salon International de l’Aéronautique et de l’Espace

Chez Greenly, on a clairement notre préféré : Bergamotte. Avec ses 23 actions claires et son design floral, difficile de faire plus agréable. Bien joué à eux !

Bergamotte, l'atelir

Améliorer votre image de marque

Mettre en place des actions positives, c’est bien, les faire connaître pour inspirer et valoriser son image de marque, c’est encore mieux ! Bien maîtriser sa communication en la matière est ainsi essentiel, et il existe de nombreuses stratégies à mettre en place. 

Bergamotte l’a bien compris : un rapport RSE bien réalisé permet d’améliorer drastiquement son image de marque.

On l’a vu, les consommateurs et les clients sont attirés par les entreprises à fortes valeurs - les chiffres en témoignent. Comment justement leur montrer que votre entreprise a elle aussi des convictions et s’engage pour la société ? Simplement avec un rapport RSE bien pensé, public, qui témoigne d’actions concrètes de manière claire. Rien de bien compliqué finalement.

Une obligation légale

Plus simplement, pour certaines entreprises, faire son Bilan RSE est tout simplement obligatoire aux yeux de la loi comme nous l’avons vu précédemment. La question du pourquoi ne se pose donc plus vraiment, à la place c’est plutôt le comment qui interroge. Penchons-nous justement sur cette question.

Comment rédiger un rapport RSE ? 

Le rapport RSE obligatoire doit contenir certaines informations. Celles-ci suivent les trois piliers de la norme ISO 26000 : la catégorie sociale, la catégorie économique et sociétale, et la catégorie environnementale

Rédiger son rapport RSE

Le volet social

Au sein du volet social, on peut retrouver : 

  • Les questions liées à l’emploi, c’est à dire l’effectif et la répartition des employés par sexe, par âge et par zone géographique, les embauches et les licenciements, les rémunérations...
  • Les relations sociales au sein de l’entreprise, notamment l’organisation du dialogue social ;
  • Les questions liées à la santé et à la sécurité, notamment les conditions dans lesquelles travaillent les employés ;
  • Les questions liées à la formation, c’est-à-dire les mesures mises en œuvre en matière de formation ; 
  • La diversité et l’égalité des chances et l’égalité de traitement, notamment entre les femmes et les hommes ;
  • Les actions menées pour lutter contre la corruption et celles menées en faveur des droits de l’homme ;

Le volet environnemental

Le volet environnemental s’intéresse quant à lui à des enjeux comme : 

  • La façon dont l’entreprise s’organise pour prendre en compte les questions environnementales ; 
  • La lutte contre la pollution et la gestion des déchets, c’est à dire les mesures de prévention, de réduction ou de réparation de rejets dans l’air et la gestion des déchets ;
  • L’utilisation durable des ressources, c’est-à-dire la consommation et l’approvisionnement en eau et la consommation de matières premières ;
  • Les mesures prises pour s’adapter au réchauffement climatique, notamment les rejets de gaz à effet de serre ;
  • La protection de la biodiversité, à savoir les actions menées pour développer la biodiversité. 

Le volet sociétal

Enfin le volet sociétal comprend les aspects suivants : 

  • L’impact économique de l’activité de votre société (l’emploi dans la région, la ville) ; 
  • Les partenaires sociaux et les actions de mécénat ;
  • Les fournisseurs durables ;
  • Les mesures en faveur des consommateurs (santé, sécurité, dialogue) ;
  • La lutte contre la corruption.

Le bilan carbone doit-il être intégré au rapport RSE ? 

Dans sa définition légale, le rapport RSE doit effectivement contenir un bilan des émissions de gaz à effet de serre (BEGES) de l’entreprise. Le but ? évaluer à quel point l’entreprise a un impact sur le réchauffement de la planète. Mais le Bilan prévu en question n’est obligatoire que pour les scopes 1 et 2 : c’est-à-dire les émissions dont l’entreprise est directement responsable (pas en fonction des fournisseurs par exemple). Le problème avec cette approche ? C’est un périmètre bien trop étroit et absolument pas représentatif des émissions de l’entreprise.

Pour avoir une vision d’ensemble sur les émissions réelles de la structure et pouvoir mettre en place un plan de réduction éclairé et efficace, il est nécessaire de s’attaquer aux 3 scopes du Bilan, et notamment le scope 3. Avec son Bilan Carbone complet, Greenly met la technologie au service de l'écologie et permet ainsi à toutes les PME d'avoir accès à un rapport détaillé de leurs émissions sur la totalité des scopes.

Comment présenter le rapport RSE ?

On l’a vu : le rapport RSE est fait pour être lu, notamment par vos employés et plus généralement vos parties prenantes. Le but n’est pas d’écrire un mémoire illisible mais un document agréable qui met en valeur à la fois vos actions concrètes et vos projets futurs. 

Utiliser des formats innovants et faire jouer sa créativité 

Faites sortir l’artiste en vous, pas le rat de laboratoire plongé dans ses indicateurs. La mise en page est tout aussi importante que le fond si ce n’est plus car sans design, pas de lecteurs. Et alors quel intérêt d’avoir mis en place des centaines d’actions impactantes si personne n’est au courant ?

Avoir un beau rapport RSE ce n’est pas du greenwashing ni une volonté d’enjoliver la réalité : simplement une manière de la présenter afin que chacun puisse la voir comme elle est vraiment.

Qu’il s’agisse de vidéos ou d’un site internet, pour que le reporting RSE soit plaisant à lire et à découvrir, utiliser des formats dits « innovants » fait partie des options efficaces. Pour cela, plus on est créatif, mieux c’est ! On utilise donc son imagination et on s’inspire de formats originaux, adaptés aux usages actuels. On peut ainsi créer de courtes vidéos explicatives, créer un site internet dédié ou une rubrique sur le site internet de l’entreprise. Aussi, intégrer plusieurs images et photos permettra d’accrocher l’œil. Dans son rapport intégré 2019-2020, l’entreprise Veolia a intégré de nombreuses photos, notamment de collaborateurs. Ludique ou pas, dépendra bien sûr aussi de la culture de votre entreprise. Mais plus c’est original, plus on aura envie de se plonger dedans !  

Favoriser le storytelling

Tout le monde préfère écouter une histoire plutôt qu’une simple énumération de faits. Alors appliquons ce principe à notre rapport RSE : parlons de situation initiale, d’élément déclencheur, de péripéties, de héros qui nous permettent de surmonter les obstacles pour améliorer l’entreprise sur tel ou tel point.

N’hésitons pas non plus à être honnête et mentionner aussi ce qui reste bloquant : mieux vaut être humble et optimiste pour le futur, plutôt que se voiler la face et affirmer que nous sommes déjà les meilleurs. La transparence est la clé d’un bon rapport.

Ainsi, dans son rapport extra financier de l’année 2019, Decathlon intègre des témoignages, comme celui d’une leader «égalité des genres» et passionnée de randonnée. Elle y raconte, dans un petit texte sous la forme d’un verbatim accompagné d’une photo, comment elle mène ses missions et donne des exemples concrets (comme lorsqu’elle évoque l’engagement de Decathlon à travers un festival qui s’est tenu dans la ville d’Osaka, au Japon). Que l’entreprise soit jeune ou qu’elle existe depuis des décennies, il y a forcément des histoires ou des anecdotes à raconter. Et donc un rapport RSE plaisant à faire découvrir.

Le rapport RSE de Decathlon

Identifier les canaux les plus intéressants

Pour faire la «promotion» de son rapport RSE et pour toucher un maximum de personnes, être actif sur les réseaux sociaux se révèle - évidemment - très efficace. LinkedIn, Twitter, Facebook, Instagram, TikTok... Il n’est pas nécessaire d’être présent sur tous, puisque certains réseaux sociaux se révèleront plus adaptés - par exemple Safran sur TikTok, pas certain du match. Mais meilleur exemple : en juillet 2020, le fournisseur de logistiques DB Schenker postait un tweet en « avant-première » afin de partager son nouveau rapport RSE. En outre, une fois le rapport RSE rédigé, les réseaux sociaux permettront d’intéresser de potentielles nouvelles personnes. Ils peuvent jouer le rôle de “teaser RSE”.


🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir