Pourquoi le dialogue avec les parties prenantes est-il indispensable dans une stratégie RSE

Vous avez entamé une stratégie RSE mais vous ne savez pas qui intégrer dans les échanges ? Toutes les réponses à vos questions dans cet article 💡

RSE 🌱
 — 
3
 MinUTES DE LECTURE
 — 
4/20/2021 14:32
Découvrez LA newsletter Greenly
Chaque mois, recevez un condensé d'​infos green pour parler impact et environnement.
Bien reçu !
Oups, il y a un problème...

Sommaire

Mettre en place une politique RSE efficace, ce n’est pas l’affaire d’une seule personne, d’une équipe dédiée, ou d’un département isolé. Pour se déployer de manière transversale et pérenne, la RSE doit être implémentée à tous les niveaux de l’entreprise : elle doit donc être appréciée et plébiscitée par l’ensemble des parties prenantes de l’organisation. Bien les identifier pour les intégrer à la stratégie RSE de l’entreprise dans le respect de certaines normes, c’est l’une des clés de la réussite de la mise en place d’une démarche responsable. 

Bien identifier les parties prenantes de l'entreprise

Qui sont les parties prenantes de la RSE ? 

De manière générale, il s’agit de toutes les entités interagissant avec les entreprises et étant susceptibles d’être affectées positivement ou négativement par leurs activités. Cela englobe donc les consommateurs, les ONG ou encore les pouvoirs publics, envers qui la RSE induit la plus grande transparence. 

Dans le cercle plus restreint de l’entreprise, il s’agit d’instaurer une relation équivoque avec l’ensemble des acteurs exerçant une fonction dans l'organisation, depuis les collaborateurs jusqu'aux actionnaires, et ce dans une perspective de co-construction. 

Les collaborateurs sont les principaux vecteurs de la stratégie RSE, qu’ils portent et appliquent en première ligne, au sein de leur périmètre respectif. Dans une dynamique synergique, la RSE prévient les risques de discrimination et favorise la diversité parmis les équipes. Il s’agit aussi de dialoguer avec les fournisseurs, qui s’engagent à dispenser des produits responsables et ainsi qu’à contrôler leurs propres fournisseurs partenaires. En contrepartie, les entreprises peuvent par exemple inclure des clauses régulant les appels d’offres et d’achats, tout en s’engageant à exercer la vigilance sur leur chaîne d’approvisionnement. Enfin, il faut composer avec les actionnaires, qui se doivent de répondre aux questions posées par la direction, de publier des informations extra-financières et d’adapter leur politique de management. Les actionnaires sont aussi amenés à exercer leur droit de vote lors d’assemblées générales et  à influer sur le management de l’entreprise.    

La responsabilité sociétale et la norme ISO 26 000

Ce que permet le dialogue entre les différentes parties prenantes de l’entreprise, c’est la promotion et l’adoption de pratiques durables et justes alignées sur la norme ISO 26000

Publiée en 2010 par l’International Standardising Organisation, cette norme est le référentiel le plus complet pour mettre en œuvre une démarche RSE et développement durable. Elle définit le cadre international de la responsabilité sociétale dans le respect des intérêts de parties prenantes et de la réglementation. 

La norme s'articule autour de 7 recommandations, piliers de la responsabilité sociale :

  • Être redevable de ses activités
  • Être transparent
  • Adopter un comportement éthique
  • Reconnaître les intérêts des parties prenantes
  • Respecter le principe de légalité
  • Prendre en compte des normes internationales de comportement
  • Respecter les Droits de l’homme

Intégration des parties prenantes dans la stratégie RSE de l'entreprise

Pour que ces recommandations soient adoptées et suivies au plus près, les échanges entre les différents acteurs de l'organisation sont prépondérants.
En effet, ils solidifient les organisations et assurent la résistance des entreprises face aux enjeux externes, à l'instar de la crise sanitaire que nous traversons actuellement. Aux yeux des consommateurs contemporains, de plus en plus aguerris et exigeants, les entreprises apparaissent d’ailleurs comme des acteurs essentiels pour engager une reprise durable des activités économiques : 85% des Français sont ainsi convaincus que les entreprises auront un rôle clé à jouer pour une société plus durable et plus écologique.

De fait, les différentes parties prenantes sont des éléments clés, dans la mesure où toutes doivent travailler de concert, dans un étroit partenariat, pour assurer la prospérité de la RSE. 

A ce titre, l’entreprise qui souscrit à la RSE s’apparente à un écosystème où la symbiose, une association durable et réciproquement profitable, est de mise pour perdurer…

🚀 Pour aller plus loin :

Partagez le pour plus d'impact

Des centaines d'entreprises nous font déjà confiance

Que vous soyez un particulier, une startup ou un Grand groupe, nous vous aidons à initier une stratégie qui vous aidera à réduire vos émissions et améliorer votre bilan carbone.

Après cela, tu seras incollable ! 📬

Tout voir