Comment calculer son bilan carbone personnel ?

Hormis quelques indéboulonnables climato-sceptiques, la plupart d’entre nous sommes tous d’accord... Le changement climatique est réel, il relève d’actions humaines, et ses effets sont catastrophiques. Le moment est donc venu de se relever les manches pour passer à l’action et calculer son bilan carbone, regarder les choses en face, et voir ce qui nous incombe de faire pour diminuer nos émissions de gaz à effet de serre. De la méthode de calcul, aux sources d'émission, en passant par les outils disponibles pour réaliser un bilan carbone personnel gratuit et les conseils pour réduire son empreinte carbone, on vous explique tout pour faire du bien à la planète !

 

Méthode de calcul du bilan carbone

Pour savoir comment calculer son bilan carbone, encore faut-il savoir ce que recouvre la notion. Le bilan carbone, obligatoire pour un certain nombre d'acteurs publics et privés depuis la loi Grenelle 2 de juillet 2010, est un outil de diagnostic concocté par l’ADEME.

Son but : décortiquer l'activité des particuliers, des entreprises, des collectivités et des administrations en termes d'émissions directes et indirectes de GES.

Le bilan carbone inclut dans son calcul six gaz : méthane, protoxyde d’azote, hydrofluorocarbure, l'hexafluorure de soufre et bien sûr dioxyde de carbone ou CO2, qui est le gaz le plus répandu et a donné son nom à l’outil. Bien que naturellement présent dans l’atmosphère, sa forte progression depuis la Révolution Industrielle en fait le principal responsable du réchauffement climatique actuel. En cause : combustion des énergies fossiles, déforestation, agriculture et élevage intensifs. 

En ce qui concerne les cinq autres gaz, ils sont convertis en équivalent carbone. De fait, le résultat du bilan carbone s’exprime en tonnes équivalent CO2.

Pour réaliser son bilan carbone, il faut prendre en considération l’ensemble du cycle de vie des produits et des services proposés par un acteur privé ou public, ou bien par un individu. En plus des gaz cités ci-dessus, et par souci d’exhaustivité, la méthode intègre à son calcul d’autres postes d’émissions, comme l’énergie, le logement, le transport et l’alimentation, ou encore d’utilisation d’un produit ou d’un service.

Pour évaluer son bilan carbone, de nombreux outils, applications, logiciels ou simulateur existent. Ils sont basés pour la plupart sur la méthode Bilan Carbone Individuel développée par l’ingénieur et spécialiste de l'énergie et du climat Jean-Marc Jancovici pour l’ADEME, et prennent la forme d’un questionnaire… Aller, c’est l’heure de faire le bilan, calmement.

Sources d'émission de GES

Quelles sont les principales sources d’émissions de GES pour les particuliers ? Tout d’abord, les transports. Pour une distance donnée, chaque mode de transport émet plus ou moins de CO2, notamment en fonction du type de carburant utilisé. Les plus polluants : le ferry, avec plus de 2000kg de CO2 par personne pour une traversée de 400 kilomètres, et l’avion, avec 750kg de CO2 par passager pour plus de 6500 kilomètres parcourus. Ensuite, l’alimentation, notamment la (sur)consommation de viande. Selon l’ONUAA (Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture), l’élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde, soit légèrement plus que le secteur des transports…. Il faut également intégrer au calcul l’achat de biens de consommation (jean, iPhone, table de jardin…), qui de par la mondialisation croissante des échanges atterrissent chez nous après avoir voyagé (parfois plusieurs fois !)  à travers la planète. A titre d’exemple un téléviseur 40-49 pouces représente selon l’ADEME environ 71 kg eq. CO2 sur une année d’utilisation (depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin de vie), soit l’équivalent d’un aller-retour Paris-Nice en avion. Enfin, il faut prendre en compte notre consommation d’électricité, et pour cela se concentrer sur le mode de production plutôt que la consommation. En effet, cette dernière ne produit pas de CO2! C’est la production de kWh, qui passe par des centrales nucléaires, des centrales à charbon et des barrages hydrauliques qui en génère. Prêts maintenant à se lancer dans le calcul détaillé ? C’est parti !

Outils pour calculer son bilan carbone personnel

Parmi les outils plébiscités, celui de la Fondation GoodPlanet, qui permet aux particuliers de calculer leur bilan carbone annuel en ligne, ou bien celui d’un simple voyage ponctuel. L’entreprise à vocation sociale certifiée B Corp Reforest’Action propose également un outil pour calculer son empreinte carbone en fonction de différents postes d’émissions, comme le type de régime alimentaire ou l’habitation… L’objectif : prendre conscience de la quantité de nos émissions et contribuer en parallèle à la restauration et au développement de puits de carbone en plantant des arbres. Notons aussi l’outil proposé par l’association Avenir Climatique.org, MicMac, qui permet deux calculs, l’un rapide plus sommaire, et l’autre plus poussé.

 

Conseils pour réduire son empreinte carbone

Pour réduire son bilan carbone individuel, il convient donc de passer au peigne fin ses postes d’émissions un par un, pour à chaque fois trouver des astuces pour diminuer les émissions générées. Si vous ne savez pas par où commencer, une bonne première étape peut-être de télécharger l’application gratuite 90 jours. Elle permet grâce à une série de défis plus ou moins faciles à réaliser de devenir un peu plus écolo chaque jour. L’application vous propose même un petit quizz pour évaluer votre niveau d'implication écologique afin de vous soumettre les défis plus adaptés à votre profil. Exemple : si vous faites déjà pipi sous la douche et que vous avez déjà collé sur votre boite aux lettres un petit sticker « Pas de publicité », vous pouvez passer tout de suite à des défis plus ardus, comme arrêter la viande ou n’acheter plus que des vêtements de seconde main, et dont l’impact n’en sera que plus fort…

 

Changer ses habitudes peut sembler parfois compliqué à certains. Pourtant, une fois le premier pas enclenché, le reste suit aisément… Et puis comme le dit Jean-Marc Jancovici dans Dormez tranquilles jusqu'en 2100, et autres malentendus sur le climat et l'énergie (2015) : « Quel prix sommes-nous prêts à payer tout de suite et de manière concertée pour éviter de déclencher, bien avant la fin du siècle, le retour à la barbarie généralisée sur une planète irréversiblement appauvrie ? »


Contactez-nous

Pour automatiser le pilotage de votre empreinte carbone avec Greenly
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.