Comment réduire et compenser son empreinte carbone?

 Tornades, tempêtes, sécheresses, inondations, feux de forêts, canicules… Réduire son empreinte carbone, c’est l’alpha et l’oméga de tous ceux, individus ou organisations, qui entendent préserver la planète en adoptant des comportements plus responsables. Comme il n’est pas forcément facile de savoir comment procéder, on décortique ici la marche à suivre pour diminuer son empreinte écologique. Cela se passe en trois temps : l’évaluation de son bilan carbone, la mise en place d’un plan d’action pour minimiser ses émissions de gaz à effet de serre, et la compensation de ces dernières grâce au financement de projets visant la séquestration de ces émissions. Spoiler alert : planter des arbres, cela marche vraiment, et on vous explique pourquoi.

Empreinte carbone : évaluer son impact

Commençons par faire un point sur la méthode : de quoi parle-t-on lorsqu’on fait mention d’empreinte carbone ? Et comment faire mon bilan carbone ?

Lorsque l’on parle de l’empreinte carbone d’un français, on fait référence à la totalité des émissions de gaz à effet de serre (GES) émises par un particulier en une année. Selon l’ADEME, agence de la transition écologique, chaque Français émet en moyenne annuellement près de 11,5 tonnes de CO2. (Pour rappel, on ne devrait en théorie pas dépasser 1.2 tonnes par habitant pour être neutres en carbone.) Ce chiffre prend en compte l’ensemble des gaz à effet de serre, du CO2 au méthane, que l’on exprime en équivalents CO2, ou par facilité directement en CO2. Le bilan carbone prend aussi bien en considération les émissions directes, comme celles que nous produisons en effectuant un trajet en voiture, qu’indirectes, celles que nous produisons via notre consommation. A titre d’exemple, l’achat d’un iPhone produit des émissions de GES liées à la production de l’appareil, depuis l’extraction des matériaux nécessaires à son envoi aux quatre coins de la planète par ferry.


Pour
connaître son bilan carbone, de nombreux outils gratuits sont disponibles en ligne sous forme de questionnaire. A titre d’exemple, celui proposé par Reforest’Action ou par Greenly, qui permet notamment de prendre automatiquement la mesure de chacun de nos achats.

Comment réduire son bilan carbone ?

Une fois le diagnostic bilan carbone effectué, il s’agit de réduire son empreinte écologique. Pour cela, il n’y a pas 36 solutions, il faut changer ses habitudes. Objectif : apporter sa (petite) contribution à l’effort collectif tel le colibri du conte amérindien popularisé par le chantre de la sobriété heureuse Pierre Rabhi. 

Sans attendre la refonte complète des secteurs de l’agriculture, du bâtiment ou des transports, principaux contributeurs aux émissions de CO2, nous pouvons tous adopter des écogestes pour lutter contre le réchauffement climatique. Comme le dit le réalisateur Yann Arthus-Bertrand : « Nous avons tous notre rôle à jouer. C’est par l’accumulation d’actes modestes réalisés à notre échelle et reproduits çà et là que nous parviendrons à changer les choses en profondeur. »

Quelques idées faciles à adopter : suivre un régime alimentaire moins riche en viande, utiliser un cabas pour faire ses courses, privilégier les emballages durables, consommer des produits locaux et de saison, baisser son thermostat d’un degré, privilégier les douches aux bains, éviter le gaspillage de nourriture en cuisinant en trop grande quantité (chaque année, 10 millions de tonnes de denrées alimentaires, soit l’équivalent d’environ 100 000 baleines, sont jetées à la poubelle), et trier vos emballages… D’après une étude de la CDC Climat Recherche, les 3,2 millions de tonnes d’emballages recyclés en 2013 ont permis d’éviter l’émission de 2,1 millions de tonnes de gaz à effet de serre… 

En outre, des solutions numériques existent pour nous accompagner, à l’instar des applications 90jours ou Greenly. Cette dernière incite les consommateurs à réduire l'empreinte carbone de leurs dépenses en proposant un avantage financier sous forme de cashback à chaque fois qu’une marque verte est privilégiée.

 

Comment compenser son empreinte écologique ?

Au-delà du changement de ses habitudes, une autre possibilité pour réduire son bilan carbone est le procédé reposant sur la compensation de nos émissions. La démarche dite de compensation carbone consiste à mettre en place des projets de réduction ou de capture, mais aussi de séquestration du carbone

Comment procéder pour compenser son bilan carbone ?

Déjà, planter des arbres. 

En effet, selon les résultat d’une étude publiée en 2019 par la prestigieuse revue Science, l’ajout d’un milliard d’hectares de forêts (environ 1200 milliards d’arbres) pourrait éliminer deux tiers des 300 gigatonnes de carbone émis par les humains dans l’atmosphère depuis les années 1800. Comment s’y prendre pour planter autant d’arbres ? Les initiatives se multiplient. Le moteur de recherche allemand Ecosia annonce déjà plus de 62 millions d’arbres plantés, tandis que l’ONG annonce le chiffre de 22 millions d’arbres.

Le financement d’autres types de projets est aussi possible pour contrecarrer un bilan carbone positif, notamment la protection des forêts existantes, le remplacement d'énergies fossiles par des énergies renouvelables, la promotion de modes de vie moins énergivores.... Via diverses ONG, il est possible de soutenir des familles vulnérables en Amérique latine en leur permettant l’accès à une énergie renouvelable et gratuite, ou en participant à l’amélioration de la gestion des déchets dans les grandes villes africaines…

Des projets de compensation carbone certifiés

Un point d'importance, il faut que les projets soient certifiés pour qu'on puisse dire qu'ils "compensent" les émissions. Cela signifie qu'il faut  que plusieurs conditions sont réunies et qu'un organise certificateur l'atteste:

  • Il faut de l'additionnalité, c'est-à-dire que chaque projet doit réellement éviter des émissions en plus, lié au financement du projet. 
  • Les gains doivent pouvoir être mesurés. C'est le critère de mesurabilité.
  • Les projets doivent être audités. C'est le critère d'auditabilité. 
  • Il ne peut y avoir de double paiement. On ne peut pas utiliser deux fois le même projet pour prétendre à la neutralité carbone. 


Même avec ces précaution, attention toutefois aux dérives que peut provoquer le fait de compenser son bilan carbone : il serait dommage et contre-productif de se sentir le droit d’acheter le dernier iPhone couplée d’une montre connectée uniquement car vous avez financé un demi dinizia excelsan en Amazonie… Réduire ses émissions finit par coûter moins cher que de les compenser !


Contactez-nous

Pour automatiser le pilotage de votre empreinte carbone avec Greenly
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.