Quel est le bilan carbone d'une famille?

Selon le Commissariat Général au Développement Durable, un Français rejette en moyenne 11,2 tonnes d’équivalent CO2 par an. Ainsi, mathématiquement, une famille nombreuse serait plus polluante qu’un couple sans enfant. Est-ce à dire qu'il faut faire moins d’enfants pour préserver la planète, comme le préconisent de plus en plus de militants écologistes.

Et s'il suffisait d'améliorer l'impact environnemental de sa famille pour éviter tout malthusianisme écologique ? Dans cet article, nous vous proposons d'examiner en détail le bilan d'une famille et les moyen de réduire son empreinte carbone. 

            

Comment mesurer son empreinte carbone ? 

Avant toutes choses, il faut savoir que l’empreinte carbone est un outil de mesure qui permet de quantifier aussi précisément que possible la quantité d’émission de gaz à effet de serre produite par une activité humaine. Cela concerne aussi bien les entreprises que les particuliers.

Pour ce faire, on étudie les émissions directes et indirectes d’un individu, d’une entreprise ou d’une famille (ce qui nous intéresse ici) en se basant sur les activités quotidiennes (chauffage, usage de la voiture, achat de biens de consommation alimentaires et non alimentaires, etc.).

 

Bilan carbone d'une famille

À noter avant de commencer : il est très difficile de calculer et comparer précisément l’empreinte carbone d’un enfant et celle d’un adulte. Certaines études indiquent qu’une naissance en moins représenterait une économie de 60 tonnes d’équivalent CO2 par an. Mais ce calcul est remis en cause. Déjà pour son résultat, mais aussi parce que l’empreinte carbone d’une famille riche est bien supérieure de celle d’une famille pauvre.

De plus, alors que l’enfant grandit, ses besoins évoluent. À la naissance, un nourrisson consomme un certain nombre de produits de puériculture (des couches pour ne citer qu’elles). Puis, au fil du temps, l’enfant s’adapte au rythme de vie d’un adulte en consommant moins au niveau alimentaire. Il est donc possible de supposer qu’entre l’entrée à l’école et l’adolescence, le bilan carbone d’un enfant est moins important que celui d’un adulte.

Ceci étant dit, il est intéressant de détailler précisément les postes les plus polluants pour une famille.  

Le premier d’entre eux est l’achat de biens de consommation non alimentaires (50% des émissions environ). Ici, nous pensons, principalement, aux vêtements, aux jouets, aux matériels hifi et électroménager ainsi qu’à l’achat de la voiture. Pas forcément polluants à l’usage, c’est lors de la fabrication de ces biens que les gazs polluants sont rejetés. Sans oublier le transport du produit en lui-même pour arriver en magasin et chez le client final.

Vient ensuite le poste de l’alimentation (25% environ des émissions). À ce titre, certaines associations écologiques alertent de plus en plus sur l’activité polluante de l’industrie de la viande. Que ce soit pour l’élevage, l’abattage ou le transport.

En troisième position, nous retrouvons le déplacement de personnes (20% environ). Cela comprend évidemment les déplacements quotidiens en voiture. Mais aussi les voyages en avion.

Quatrième position des activités les plus polluantes pour une famille : les services privés. Ici, ce poste est à nuancer, car certaines familles ont recours à des services tels qu’une femme de ménage, un jardinier ou bien une aide à domicile. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. De ce fait, il peut être plus ou moins fort en fonction des moyens financiers et des besoins des familles. Sont pris alors en compte les déplacements du professionnel ainsi que les produits utilisés (fabrication, achat et usage des produits ménagers, par exemple).

Enfin, dernier poste polluant pour une famille : la consommation énergétique du logement. Ici encore, ce poste est à nuancer, car les nouvelles normes obligent les constructeurs à créer des bâtiments écologiques. On parle d’ailleurs de la nouvelle norme RE2020 qui viendrait remplacer la norme RT 2012 afin de diminuer les gazs à effet de serre et bâtir des maisons et appartements plus économes en énergie.

Comment réduire son empreinte carbone ?

Il existe de nombreux moyens de réduire le bilan carbone d’une famille.

Avant toutes choses, il faudrait moins consommer. Ou consommer plus intelligemment. Cela signifie, en d’autres termes, éviter d’acheter des objets neufs et privilégier l’occasion. De plus une mutualisation des équipements est obligatoire pour moins polluer (une seule télévision ou un seul ordinateur par famille, par exemple). Concernant l’alimentation, consommer moins de viande et de produits finis est aussi une excellente idée. Sans oublier d’éviter au maximum la surconsommation et le gaspillage tout en privilégiant les circuits courts.

Pour le déplacement de personnes, les familles qui veulent moins polluer évitent de prendre l’avion et la voiture. Le vélo pour les distances courtes et le train pour les distances les plus longues sont les moyens de transport à privilégier. Concernant la voiture, les études ont montré que les voitures électriques sont moins polluantes que les thermiques seulement si on leur permet d’aller au-delà de 200 000 km (la fabrication de batterie est extrêmement polluante).

Finalement, réfléchir à sa consommation énergétique est aussi important. Si possible, il serait préférable d’installer des panneaux solaires et d’utiliser cette énergie pour alimenter ses appareils électriques. Il est aussi recommandé d’éviter le gaz. Sans oublier de privilégier une bonne isolation de la maison pour avoir moins besoin de la chauffer artificiellement.

Contactez-nous

Pour automatiser le pilotage de votre empreinte carbone avec Greenly
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.