TerraBase vous donne le contrôle.

Greenly améliore chaque jour son Référentiel Carbone Participatif grâce à ses data scientists et avec le concours actif d’une communauté d’utilisateurs engagés. Ils nous permettent de vous apporter des analyses toujours plus précises sur l’impact carbone de chaque dépense et de chaque produit, pour vous aider à faire les meilleurs choix au quotidien. 

Demander le livre blanc

Calcul des émissions carbone de vos transactions bancaires.

Les émissions sont estimées en appliquant à chaque dépense un “facteur d’émissions monétaire” en fonction du produit, du service ou du panier. Ce coefficient correspond au ratio des émissions d’un produit rapporté au prix. Il peut aussi être calculé à partir du ratio des émissions d’un secteur d’activité rapporté à son chiffre d’affaires.

Par produit

quand le prix indique la quantité (ex dans le transport avec l’essence, ou le logement avec électricité)

Par service

en appliquant au prix le ratio du bilan carbone de l’entreprise à son chiffre d’affaires ( ex contrat d’assurance, licence informatique, frais bancaires...)

Par paniers moyens

composés de produits types avec une empreinte carbone et un prix moyens connus (ex alimentation, habillement...) selon la méthode des facteurs monétaires détaillée par l’ADEME.

Les émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) de vos achats

Les coefficients de conversion Euros/Carbone de vos achats sont calculés selon trois méthodes.

GES par produit

Quand il est possible de déduire la quantité d’un produit à partir de sa quantité, par exemple dans les transports avec l’essence, ou pour le logement avec électricité ;

Par exemple, les facteurs d’émissions de l'électricité en France sont de 0,32 kg de CO2eq par euro dépensé. Ce chiffre est obtenu en estimant les émissions moyennes d'un contrat d'électricité classique en France, qui sont de 0,0571 kg CO2 eq / kWh, avec une incertitude de 5%, et le tarif réglementé en 2019 était de 0,1765€TTC par kWh d'électricité en 2019.

GES par service

En appliquant au montant de la dépense un coefficient par secteur d’activité ou par ratio spécifique d’entreprise. Cette méthode est particulièrement bien adaptée aux services, notamment informatiques et financiers, ou aux offres culturelles.  Ce ratio est calculé en divisant le bilan carbone de l’entreprise ou du secteur (scope 1,2,3), par son chiffre d’affaires ;  

Par exemple, les facteurs d’émissions du streaming vidéo sont estimées à 1,44 kg de CO2eq par euro dépensé. En effet, la vidéo à la demande (VOD) aurait émis 102 Mt de CO2eq pour un chiffres d'affaires total de 71 Mrds en 2018.

GES par paniers

Quand une transaction bancaire renvoie à des achats groupés de produits, par exemple dans l’alimentation ou l’habillement. Selon une méthode utilisée par l’ADEME, l’estimation est obtenue à partir d’un mix représentatif de produits types, dont on connaît l’empreinte carbone et les prix moyens. Pour cette catégorie, Greenly a pour objectif d’affiner en continu les analyses, et de permettre aux utilisateurs de spécifier de quel article il s’agit, afin de préciser toujours davantage les estimations.

Ils battent la mesure chez Greenly

Notre combat au quotidien est simple : accélérer le développement de la technologie de nos différentes offres pour permettre à chaque acteur, entreprises, banques ou simples citoyens, de mieux suivre et maîtriser ses émissions de CO2.

Nicolas Houdant

Président du Cabinet de Conseil Energies Demain

Passionné de la transition énergétique et numérique, Nicolas Houdant s'attache depuis plus de 30 ans, à façonner la donnée au service des acteurs de cette transition. Il est président de l'entreprise ENERGIES DEMAIN.

Lucas Chancel

Co-directeur du Laboratoire sur les Inégalités Mondiales à l'Ecole d'économie de Paris

Co-directeur du Laboratoire sur les Inégalités Mondiales à l'Ecole d'économie de Paris et chercheur associé à l'IDDRI

Antoine Dechezleprêtre

Professeur d’économie de l’environnement à la London School of Economics

Antoine Dechezleprêtre est professeur et économiste spécialiste de l’environnement à l’OCDE et professeur à la LondonSchool Economics et collaborateur de Nicholas Stern.

Chuck Howard

Docteur à l’Université British Columbia

Docteur à l’Université British Columbia, Chuck Howard est spécialisé dans le marketing et la science comportementale.

Luc Julia

Co-inventeur de Siri, Directeur du Centre d’innovation de Samsung

Luc Julia est un ingénieur et informaticien spécialisé dans l'intelligence artificielle. Il est l'un des concepteurs de l'assistant vocal Siri et est depuis 2012 vice-président chargé de l'innovation chez Samsung.

Michel Bauer

Président du Conseil Scientifique de Greenly, économiste et ex-professeur au CNRS et à HEC

Michel Bauer est sociologue et économiste. Diplômé de HEC en 1970, il démarre une carrière d'enseignant chercheur en sociologie à HEC puis à l'École Nationale Supérieure des Mines de Paris (poursuivie par la suite à l'Université Paris I et à l'IEP).

Caroline Alazard

Présidente de NewMeric

Entrepreneure pionnière du numérique et de la Greentech, Innovation à la convergence des transformations numérique et écologique, Caroline Alazard est aujourd'hui présidente de NewMeric.

Yann Leroy

Professeur à Centrale-Supelec, expert des thématiques d’économie circulaire

Docteur en génie Industriel de l’Ecole Nationale Supérieure de Arts et Métiers 2009, Yann Leroy est enseignant-chercheur contratuel du Laboratoire Génie Industriel de CentraleSupélec. Il est expert en analyse du cycle de vie et bilan carbone.

Christian Couturier

Ex partner d’Astorg Capital, investisseur à impact

Ex partner d’Astorg Capital, Christian Couturier est aujourd'hui un investisseur à impact, actif sur les sujets de réchauffement carbone.

Nous avons la conviction que le changement de comportement est la façon la plus efficace de lutter contre le réchauffement climatique

Le numérique permet de mesurer des choses invisibles, et d’inventer de nouveaux modèles économiques finançant la prévention, en créant des incitations immédiates pour les comportements plus vertueux. Nous avons la conviction que le changement de comportement est la façon la plus efficace de lutter contre le réchauffement climatique, et qu’il faut générer une mesure simple au quotidien pour valoriser les bons comportements.