Quelle est l'empreinte carbone des transports ?  

En France, les transports sont les principaux émetteurs de CO2, totalisant 39 % des émissions totales du pays selon ADEME. Voiture, avion, bateau, train ou encore trottinettes électriques, tous les modes de transports polluent, certes. Mais certains plus que d’autres. Décortiquons ici les empreintes carbones d’un trajet en avion, en voiture, en train et en bateau pour savoir quels sont les modes de transports à privilégier afin de lutter efficacement contre le réchauffement climatique. 


Qu'est ce que l'empreinte carbone ? 

Avant toutes choses, accordons nous sur les termes. Qu’est-ce que l'empreinte carbone? 


Calcul de l’empreinte carbone

Il s’agit d’un indicateur développé dans le cadre de la transition écologique permettant de mesurer l'impact d'une personne ou d'une organisation sur le climat. L’empreinte carbone, qui se mesure en volumes de CO2, représente la quantité de carbone émise par une entité (moi, vous, votre grand-mère, une entreprise, un pays..) suite à sa consommation d’énergie et de matières premières. Si on parle de volume de CO2, l'empreinte carbone comprend en fait les émissions de plusieurs gaz à effet de serre (GES), comme le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et le protoxyde d’azote (N2O), qui à eux-seuls représentent 97% des six GES pris en compte par le protocole de Kyoto. 


L’empreinte carbone des transports

A ce jour, l’empreinte carbone d’un ménage français (composé donc d’un ou plusieurs individus) représente 16,4 tonnes de CO2 par an. A noter : les émissions induites par le logement, la consommation de produits alimentaires, et l’utilisation d’une voiture compteraient pour 70% des émissions de GES des ménages… Alors, anecdotiques nos transports? Loin de là. 



Pour s’y retrouver, il faut comparer l’empreinte carbone des différents modes de transport (combien de CO2 émis par kilomètre par passager) en prenant en compte plusieurs facteurs : le modèle du véhicule (neuf ou vieux) et son pays de fabrication, sa durée de vie, la vitesse à laquelle se déroule le trajet, ou encore, dans le cas de la voiture, la fluidité du trafic… 

Empreinte carbone d'un trajet en avion

D’après l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), les émissions générées par les avions représentent environ 2% des émissions mondiales (contre 3% selon l’ADEME). Sachant qu'environ seulement 10% de la population mondiale prend l’avion, le chiffre est vertigineux…Et avec 145 à 285 g de CO2 émis par passager par kilomètre parcouru, le bilan carbone de l’avion est sans appel.

Une donnée amenée à baisser? Selon l’Agence suédoise des transports, le nombre de passagers a diminué de 4,4 %  en 2019… Causée par le flyskam, mouvance venue de Suède pointant du doigt les voyages en avion jugés trop polluants, cette baisse du nombre de passagers observée en 2019 s’accélère en 2020. Suite à la crise sanitaire, l'IATA (International Air Transport Association) prévoit d’ici la fin de l’année une chute moyenne des vols de 60% par rapport à 2019. En France, elle serait de 65% à l’issue de l’année... Si les compagnies aériennes sont inquiètes, la planète, elle, respire mieux. 

Empreinte carbone d'un trajet en voiture

En seconde position du classement des modes de transport les plus fréquemment utilisés et nocifs pour le climat, la voiture. 

Moyen de locomotion hautement plébiscité par les Français (82% de nos trajets se font en voiture), le bilan carbone de la voiture oscillerait entre 100 à 150 g par kilomètres et par passager. Des chiffres à prendre avec des pincettes, tant le calcul est complexe et les résultats variables en fonction des critères pris en compte : modèle de la voiture (électrique ou thermique…), pays de production de sa batterie (la Chine ou l’Allemagne…) et du type de conduite. Car oui, une conduite trop rapide, avec trop d’à coups, ou des pneus en mauvais états émettra plus de CO2. 

Empreinte carbone d'un trajet en train

L'empreinte carbone du train varie en fonction de sa catégorie : 2,4 g CO2 par kilomètre pour le TGV, 8,1 g pour l’Intercité, et 29,4 pour les TER. Selon les calculs de l’ADEME, voyager en train pollue 32 fois moins que circuler en voiture, et 23 fois moins que voyager par les airs.

En se basant sur ces chiffres, la SNCF affirme que le total des trajets réservés en 2019 sur OUI.sncf (soit 43,1 milliards de kilomètres) plutôt que via une quelconque compagnie aérienne aurait fait économiser 2,1 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent de 298 années d’éclairage de la ville de Paris…

Empreinte carbone d'un trajet en bateau

Encore une fois, tout dépend du modèle de bateau que l’on considère. Le voilier peut se vanter d’un bilan (quasi) zéro carbone, même si l’allumage d’une petit moteur est nécessaire à l’approche des ports… 

Là où les choses se corsent, c’est en ce qui concerne les ferries, qui émettent 267 grammes équivalent CO2 par kilomètre, contre 209 grammes pour un avion long-courrier. Et c’est sans compter les quantités colossales de particules fines rejetées aux abords des villes où ils s’arrêtent. Si l’ADEME ne communique aucun chiffre en ce qui concerne les paquebots, on peut toutefois supposer que leur bilan carbone se rapproche de celui des ferries. 

De l’avion au bateau, les empreintes carbone sont très disparates. Ce qui est évident, c’est que pour tous ceux qui entendent réduire leur bilan carbone, faire attention à son mode de transport apparaît comme un puissant levier de changement.

Contactez-nous

Pour automatiser le pilotage de votre empreinte carbone avec Greenly
Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.